Discernement Philosophie par Grandeloupo

Bienvenue à Tous et bonne lecture !…. Aprés, vous êtes libre de votre réflexion !

Archive pour février, 2011

HC. N° 20

Posté : 20 février, 2011 @ 4:36 dans Hypocrisie Chrétienne | Pas de commentaires »

lapinoschampiondudiscours.jpg 

Pour certains de mes semblables, je tiens à préciser que je ne fais partie d’aucune SECTE quel qu’elle soit, d’aucune RELIGION quel qu’elle soit, et je suis encore moins un « Prophète », mais un humain comme vous, aussi imparfait, avec mes défauts, mes qualités, et mon caractère.

Je ne recherche que la « vérité » la « Vraie », sachant que jamais je ne la trouverai, car les humains ont détruit ce qui ne leur convenait pas.  Une chose me rassure, quand je regarde tout ce qui vie autour de moi, de l’humain à la bestiole, avec cette diversité de faune et de flore, du soleil à la pluie, avec ces orages, tornade, ces milliers de vent, etc., alors je me dis que la gestion est merveilleuse, et la « Vérité » la « Vraie » est là, devant mes yeux.

De plus, je m’efforce de mettre en pratique ce onzième « Commandement » de Jésus le Nazaréen, ce qui n’est pas toujours facile, car il m’arrive parfois de l’oublier sous l’emprise de la colère :

« Tu aimeras ton prochain comme toi-même »

Mais aussi :

« Aime ton frère (semblable) comme ton âme ; veille sur lui comme sur la pupille de ton œil. » Papyrus Oxyrhynque I —

Je vais continuer sur « L’Hypocrisie Chrétienne » (H.C.), avec des enseignements écrits dans votre « Livre BIBLE »

—————————————————————

Je tiens à préciser qu’il est important pour vous de lire le chapitre précédent avant de lire le nouveau chapitre. La compréhension sera meilleure pour vous.

—————————————————————–

Dernière phrase du chapitre précédent

 

Il connaît aussi les paroles d’EL-SHADDAÏ, Dieu pour vous, qui dit en parlant de son peuple, je cite :

« Je les épurerai comme on épure l’or précieux. »

Allez lire ces versets, et vous-même vous comprendrez que cette idée de « PURGATOIRE » est vraiment une affabulation grossière des textes bibliques.

Sans être médisant, les « Témoins de Jéhovah », « Adventiste du 7ème Jour », « Évangéliste » et autres, affabulent beaucoup sur les versets bibliques, comme ces « Grands Théologiens Chrétiens » que l’on peut lire sur le « Net ».

 

H.C. — Chapitre N° 20

Enseignement Volet II

 

Le « Dieu » Jésus-Christ ne vaut pas un pêt de lapin

 

Pour finir je n’ai pu résister à vous poser ce texte officiel de la religion chrétienne et de son purgatoire, vous prouvant ainsi que l’enseignement de Jésus le Nazaréen est bien oublié, comme les Lois et Préceptes de son père génétique EL-SHADDAÏ.

« Le catéchisme pour adultes, publié par la Conférence des évêques de France en 1991 avec l’accord de la Congrégation  pour la doctrine de la foi qui a donné le 23 janvier 1991 l’approbation du Saint-Siège, indique simplement ce qui suit :

« …Pour parvenir à cette contemplation de Dieu, une étape de purification, appelée purgatoire, peut être nécessaire. Il ne s’agit ni d’un lieu, ni d’un temps ; on peut parler plutôt d’un état. En tout cas, le purgatoire, qui est bien une peine, n’est pas à concevoir comme une punition, par laquelle Dieu se vengerait en quelque sorte de nos infidélités. La communion avec Dieu, dans laquelle nous introduit la mort, nous fait prendre conscience douloureusement de nos imperfections et de nos refus d’aimer, et du besoin de nous laisser purifier par la puissance salvatrice du Christ.

C’est Dieu lui-même qui purifie et transforme. Mais la Tradition de l’Église catholique affirme que ceux qui sont au purgatoire bénéficient des prières et des supplications adressées en leur faveur à Dieu par leurs frères, et aussi de l’intercession des saints déjà introduits dans la béatitude de la vision de Dieu. »

Cet interlude fini je reviens aux « écrits »

Elle reflète l’angoisse des âmes[], par la question du salut.

Dès cette époque, on enregistre les premiers abus, la débauche de certains prêtres et moines qui vivent publiquement en concubinage, s’enrichissent avec l’argent des fidèles, principalement la simonie : les fidèles marchandent auprès du prêtre un acte de charité, souvent sonnant et trébuchant.

[ La simonie est, pour les Chrétiens, l’achat et la vente de biens spirituels, tout particulièrement d’une charge ecclésiastique.]

Ainsi certains prélats devinrent des seigneurs, tirant des profits de la frappe de la monnaie  et exerçant le droit de ban. Ils exploitèrent tous les moyens pour accroître leur puissance : ils jouèrent sur la peur de l’enfer, extorquèrent des dons, et vendirent les sacrements.

Les charges épiscopales et cléricales, vendues, furent l’objet d’un véritable trafic. On vit même des dynasties d’évêques s’établir et de Papes. ]

Les « indulgences » sont par la suite vendues : dès que l’or tombe dans la sébile, l’âme s’échappe du purgatoire. La confusion du spirituel et du matériel accentuent les phénomènes de désacralisation de cette époque. []De plus en plus, le fidèle se confesse, non pas poussé par la conscience de la foi, de sa faiblesse, mais par peur de la punition après la mort.

On monnaie également des dispenses à diverses obligations, les sommes ainsi récoltées finançant des édifices religieux ou permettant à certains prélats de mener grand train.

Ainsi la Tour de beurre de la cathédrale Notre-Dame de Rouen doit son surnom à la vente des dérogations accordées pour consommer des matières grasses pendant le carême.

Amorcée dès le XVème siècle et culminante au XVIème siècle, certains  dénoncent la corruption de toute la société engendrée par le commerce des « indulgences. »

La naissance de l’imprimerie permet la diffusion d’éditions de bibles en langue vernaculaire ou si vous aimez mieux en langues vulgaires en montrant qu’elle ne fait mention ni des saints, ni du culte de la Vierge, ni du Purgatoire. Ce contact direct habitue le lecteur à avoir une relation personnelle avec les textes saints et à réfléchir par lui-même sur leur signification. Le texte originel de la bible se trouve ainsi restauré.

A partir du milieu du XVème siècle, le pouvoir d’achat s’amenuise.

Mais ce qui affaiblit le plus l’Église catholique, c’est la perte de la sacralité. Les fidèles voient trop de fils de prêtres devenir prêtres, trop de clercs s’enrichir aux dépens des laïques, trop d’évêques vivant comme des grands seigneurs.

Les facteurs politiques ne sont pas absents non plus. Le développement des États se heurte à la puissance temporelle de l’Église. De plus en plus, les princes cherchent à intervenir dans le choix des membres du Haut-clergé, évêques, abbés.

En effet, les postes ecclésiastiques sont liés à des bénéfices.

Celui qui contrôle l’élection du prélat, contrôle indirectement le bénéfice[]. L’autorité universelle du Pape, proclamé par Grégoire VII depuis 1075 se heurte à l’autorité grandissante du souverain.

Le Pape peut lever des impôts réguliers ou exceptionnels dans tous les pays d’Occident.

L’Église catholique mettra, suite à la Réforme, un frein aux abus les plus criants. Néanmoins, la pratique perdure jusqu’à nos jours, encadrée d’abord par la Congrégation des « indulgences », créée par Clément VIII (1592–1605), ses compétences sont transférées en 1908 au Saint-Office puis en 1917 à la Pénitencerie apostolique, qui en a toujours la charge.

La doctrine des « indulgences » a été rappelée par le concile Vatican II puis la constitution apostolique [ Indulgentiarum doctrina ] de Paul VI, reprise dans le Code de droit canonique de 1983.

 Dans le Catéchisme de l’Église catholique de 1992, l’Église réaffirme son droit à octroyer les « indulgences », « en vertu du pouvoir de lier et de délier qui lui a été accordé par le Christ Jésus ». Elle précise que « l’indulgence » libère seulement de la « peine temporelle » du péché et non de la « peine éternelle » — c’est-à-dire de la privation de la « vie éternelle », de la communion avec Dieu.

 De nouveau, elle rappelle que « l’indulgence » est accordée au pécheur non pas en vertu de ses pénitences seules, mais de la communion des saints.

Quand je lis ces textes ci-dessus, je suis fier d’être un « PAÏEN », car cette phrase respire le mensonge, la vanité, l’orgueil. Elle est contraire aux Enseignements de Jésus le Nazaréen, ( Jésus-Christ pour vous ).

Comment peut-on en arriver à un degré aussi important de prétention, d’arrogance ? …

Et vous, « Chrétiens », ce sont ces gens d’une insolence remarquable que vous écoutez et suivez, ces humains qui vous entraînent vers le « Néant », vers votre mort définitive.

Pourquoi continuez-vous à suivre leurs mauvais principes et cet « Enseignement » fallacieux ?

Cela est tellement simple pour vous !

La preuve je l’écris ci-dessous !

Jusqu’au concile Vatican II, les paroissiens comportent encore, dans le chapitre consacré aux prières, une section sur les « indulgences. »

Ainsi, le Paroissien des fidèles publie une liste d’invocations indulgenciées : les invocations « Mon Jésus, miséricorde ! » ou « Cœur agonisant de Jésus, soyez mon amour » correspondent à 100 jours de pénitence, tandis que « Saint Joseph, patron de la bonne mort, priez pour nous » équivaut à 300 jours de pénitence.

J’ignore ce que vous allez penser en lisant ces lignes ci-dessus !

Effarant ces textes officiels de la religion chrétienne !

Avez-vous remarqué qu’un « Saint » a plus d’importance que « Jésus-Christ » puisque, invoquer une « Idole », là un saint en statue, remplace 300 jours de pénitence, alors qu’invoquer « Jésus », le fils de Dieu, ne supprime que 100 jours de pénitence ? …

 

Veuillez me pardonner, mais votre « Jésus-Christ », ne vaut pas un pêt de lapin ! …

 

Tiens ! Comme vous considérez votre Jésus-Christ comme un « Dieu », alors c’est vraiment un minuscule « dieu » comparé aux « Saints » comme Saint Joseph ci-dessus qui lui doit être un grand « dieu » puisqu’il vaut trois fois plus ! … !

Avec des textes comme cela vous pouvez faire les « quatre cents coups », vous êtes sûr d’être pardonné … , enfin par la doctrine dogmatique des humains, quant au pardon d’EL-SHADDAÏ, cela est une autre histoire ! …

Comme les paroles de Jésus le Nazôréen, votre Jésus-Christ, sont dans les oubliettes ! …

Matthieu 10 : 8-10

« Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, expulsez les démons. Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement.

Ne vous procurez ni or, ni argent, ni menue monnaie pour vos ceintures, ni besace pour la route, ni deux tuniques, ni sandales, ni bâton : car l’ouvrier mérite sa nourriture. »

J’espère que vous me pardonnerez, mais ne ressemblez-vous pas à ce « Simon » dans les Actes des Apôtres ? …

Vous allez me répondre : « Mais non ! … Nous ne faisons pas ce que tu as écrit ci-dessus ! … Peut-être certains d’entre-nous, mais c’est la minorité ! … Nous, nous ne commettons pas ces actions ! … »

Comment se fait-il que l’Église Chrétienne soit si riche ? …

Avez-vous vu un Prélat mourir de faim et de froid ? …

Malheureusement pour vous, vous les commettez ! …

Existe-t-il une différence entre celui qui donne beaucoup au Prélat et celui qui met une pièce dans le tronc de la statue qui est dans l’église, ou qui met des sous pour faire brûler un cierge devant cette statue en demandant de lui pardonner ses fautes ? …

Aucune ! …

Le geste et la pensée sont les mêmes ! …

Acheter son pardon !

Actes 8 : 19-23  — Le premier qui parle est Simon :

« Donnez-moi, dit-il, ce pouvoir à moi aussi : que celui à qui j’imposerai les mains reçoive l’Esprit Saint. »

Mais Pierre lui répliqua :

« Périsse ton argent, et toi avec lui, puisque tu as cru acheter le don [ d’EL-SHADDAÏ ]  Dieu à prix d’argent !

Dans cette affaire il n’y a pour toi ni part ni héritage, car ton cœur n’est pas droit devant [ EL-SHADDAÏ ] Dieu.

Repens-toi donc de ton mauvais dessein et prie [ EL-SHADDAÏ ] le Seigneur : peut-être cette pensée de ton cœur te sera-t-elle pardonnée ; car tu es, je le vois, dans l’amertume du fiel et les liens de l’iniquité. »

La « Sagesse » veut que je vous laisse à votre réflexion personnelle, que vous vous aperceviez de la réalité de vos actes, de la véracité des textes ci-dessus, afin que, par votre conscience, avec ce « Libre-choix », vous preniez vos responsabilités devant le Dieu unique EL-SHADDAÏ.

Ceci étant écrit, je vais reprendre le cours des textes bibliques que vos « Haut-Personnages » devraient vous inculquer.

Repos obligatoire, alors en attendant la suite, portez-vous bien !

Cordiales salutations !

Sig : JP.G. dit  « GRAND-LOUP » ou « GRANDELOUPO »

Saint Valentin

Posté : 10 février, 2011 @ 1:13 dans Fêtes de toutes la Chrétienté | Pas de commentaires »

saintvalentin.jpg 

Saint Valentin

Nous voilà au mois de Février et il y a cette fête chrétienne des amoureux, la Saint Valentin.

Encore une fois, je vais être dans l’obligation de vous prouver que cette fête n’a rien avoir avec la Bible.

À la fin du Vème siècle, certaines fêtes traditionnelles romaines sont toujours en vigueur telle que la fête de « Lupercales » consacrée à la fécondité et aux amoureux.

Dans la Rome antique, les « Lupercales » sont les fêtes annuelles célébrées à Rome du 13 au 15 février, près d’une grotte nommée le « Lupercal », en l’honneur du dieu des troupeaux, Faunus Lupercus

Faunus est le protecteur des troupeaux contre les loups d’où son nom de « Lupercus » et il leur donne la fécondité

Les luperques, prêtres de Faunus, sacrifiaient un bouc à leur dieu dans la grotte du Lupercal, au pied du mont Palatin, où, selon la légende, la louve avait allaité Romulus et Rémus, après avoir découvert les deux jumeaux sous un figuier sauvage situé devant l’entrée de celle-ci.

La coutume voulait que, une fois le sacrifice du bouc et la cérémonie religieuse terminée, deux jeunes hommes, vêtus uniquement d’un pagne en peau de bouc, courraient dans toute la ville de Rome, armés de lanières taillées dans la peau du bouc sacrifié, avec lesquelles ils fouettaient les femmes rencontrées sur leur passage et qui souhaitaient avoir un enfant dans l’année, afin de les rendre fécondes.

Valentin de Terni était un moine qui vivait à l’époque de l’Empereur Claude II le Gothique — 214-270 règne de 268 à 270 — surnommé Claude II le Cruel

Valentin était connu pour conseiller les jeunes amoureux. Il est dit qu’une fois les jeunes hommes assurés par les paroles de Valentin, celui-ci donnait, en guise d’offrande, une fleur de son jardin au prétendant, lequel s’empressait de rejoindre sa dulcinée pour la lui offrir.

La légende

« Claude II n’aimait pas particulièrement la chrétienté et ordonna que Valentin de Terni soit arrêté et emprisonné.

C’est dans cette période de sa vie qu’il rencontra la fille de son geôlier, laquelle s’appelait Julia et était aveugle de naissance. Durant sa captivité, Valentin entretint des relations amicales avec Julia. Celle-ci, étant donnée sa cécité, avait demandé à Valentin la description du monde. Julia, par amour envers Valentin, lui apporta à manger jusqu’au soir où, un miracle se produisit.

Certains témoins auraient dit avoir aperçu une vive et forte lumière par la fenêtre de sa cellule, Julia venait de trouver enfin la vue ! Ses paroles furent :

« Maintenant je vois ! Je vois le monde tel que vous me l’avez décrit ! »

Ce grand événement parvint jusqu’aux oreilles de Claude II le Cruel, lequel n’apprécia pas ce genre d’histoire, et ordonna sur le champ l’exécution de Valentin.

Le jour de son exécution, il fut roué de coups par les légionnaires romains et fut décapité sur la voie Flaminia, le 14 février 269.

Il est dit que Julia planta, près de la tombe de Valentin, un amandier et cet arbre fut depuis ce jour, le symbole de l’amour. »

Gélase Ier, d’origine berbère, est l’Évêque de Rome de 492 à 496

J’écris sur cet Évêque que la chrétienté nomme « Pape », alors que lui se considère « Évêque » car le terme pontife « Pape » n’existe pas encore dans le christianisme, mais aussi pour « notre fête ».

Gélase défendit vigoureusement la primauté de Rome lors du schisme d’Acacius, patriarche de Constantinople, conséquence de la politique religieuse de l’empereur Zénon

Il continue la politique d’indépendance de l’Église, entamée par Félix III, en particulier vis-à-vis de la cour de Byzance et du nouvel empereur Anastase Ier en lui faisant parvenir en 494, une lettre où il formule avec clarté le principe, qui selon lui, doit inspirer les relations entre l’évêché et l’empire.

« Deux pouvoirs, Auguste Empereur, règnent sur le monde.

Le pouvoir sacré des Évêques et le pouvoir des Rois. Le pouvoir des Évêques l’emporte d’autant plus sur celui des Rois que les Évêques auront à répondre au tribunal de Dieu de tous les hommes, fussent-ils rois.

Votre pieuse Majesté ne pourra donc qu’en conclure que personne, en aucun temps, sous aucun prétexte humain, ne pourra jamais se dresser contre la fonction absolument unique de cet homme que le précepte du Christ lui-même a placé à la tête de tous et que la Sainte Église reconnaît comme son chef. »

Comme vous venez de le lire le terme « pape » n’est absolument pas employé. Vous constaterez en même temps le peu d’humilité dans cette écriture. En plus le mensonge ne le dérange pas beaucoup car jamais, je dis bien jamais, Jésus le Nazaréen n’aurai accepté une telle vanité.

Pour éradiquer la fête de Lupercales, Gélase Ier décide en 495 de célébrer la fête de la « Saint Valentin » le 14 février qui sera la fête chrétienne des amoureux, et dans le même élan il interdit cette fête païenne

Si cela n’est pas une christianisation d’une fête païenne, dites moi ce que c’est !

À cette fête Gélase Ier ajouta la fête de la « Chandeleur » qui devient une fête chrétienne le 2 février en remplacement de la fête païenne de purification des « Chandelles », qui faisait partie des fêtes de Lupercales.

Quand j’écris que la chrétienté est l’emblème de SAMMAËL sur la Terre je suis vraiment dans la vérité.

Et aujourd’hui que reste-il de cette fête théoriquement religieuse. En premier c’est une fête commerciale pour enrichir les riches qui sont de plus en plus riche.

Mais au niveau spirituel. ?

La chrétienté par une Messe ce jour là bénit les lesbiennes, les homosexuels, les adultérins, enfin tous ceux qui s’aiment par un acte sexuel, cette fête étant la fête de la fécondité. Je ne dis pas que les deux premières catégories citées ci-dessus peuvent se reproduire, quoiqu’il y en a de plus en plus.

Il faut bien que les « Prophéties » se réalisent ! …

Ce qui me fait plaisir c’est que nous sommes vraiment retournés à une fête païenne, transformée et encore beaucoup plus inique que la fête d’origine, approuvé par le « Dieu » des Chrétiens — soi-disant —

Pour finir aucun texte Biblique ne parle de cette fête de la Saint Valentin ou plus exactement de « Lupercales »

Alors devrait-on supprimer cette fête ?

Que nenni !

Jamais EL-SHADDAÏ n’a interdit une fête tant qu’il n’y pas d’adoration d’idoles pour un « Dieu » quelquonque.

La fête des amoureux c’est la fête de ses êtres humains qui ne font qu’un. Ces couples hétérosexuels, homme femme, qui vivent depuis un certains nombre d’années. Ceux que vous appelé les « vieux jeux » !

Dans cette époque moderne sans amour, si l’amour sexuel, que vous reste-t-il ?

Rien !

Ce n’est pas vos Curé, Abbé, Pasteur qui vous apprennent l’amour au sens « SAIN » du terme. Pour vivre avec quelqu’un pendant trente, quarante, cinquante ans et plus, il faut beaucoup d ‘amour, car l’amour demande des concessions, de la patiente, s’accepter avec ses qualités et ses défauts, savoir pardonné, je ne parle pas d’adultère ceci est une autre histoire, et que chacun tienne le rôle de sa génétique. Combien de femme de quarante ans quitte leur marie pour la « Bisouquette » et quelles t’ont gagné ?

Que des déboires !

Il est reconnu aujourd’hui le nombre incalculable de femme qui étant à l’âge de la retraite se retrouve seule, bannit par leurs propres enfants, filles où garçons. Les enfants sont plus indulgents pour leur père que pour leur mère car ils disent : Papa est un homme il propose, si la femme refuse il s’en va. Comme ils disent l’homme propose la femme dispose, donc c’est à leurs yeux la femme qui est responsable et non l’homme.

En plus la femme veut être légale de l’homme, c’est sa perte !

J’ai beaucoup de jeunes qui me rendent visite et dans nos discussions tous disent la même chose. Mon propre fils pense comme eux Il y en a qui ont été marié, Église et Mairie et tous disent :

Granleloupo, pourquoi voudrais-tu que je prenne une gonzesse ? Pour faire comme avec la première que je fasse le ménage, la vaisselle, le repassage, même le lit conjugale elles ont la rame de le faire et si tu fais une réflexion elle te disent «  t’as qu’à te le faire ! »

« Alors pour faire tout cela je n’ai pas besoin de « Nana » je suis assez grand pour le faire tout seul sans être emmerdé par une gonzesse et puis comme je suis un garçon Maman me lave et repasse mon linge ou sinon je le donne à la laverie et il est tout propre et repassé alors pourquoi veux-tu que je m’emmerde ? 

Quand à la bagatelle ce n’est pas les « salopes » qui manque, surtout avec internet deux heures après tu en as une dans ton lit voir deux alors ! »

Ce que je viens d’écrire est malheureusement la vérité !

Enfin chez nous, nous ne fêtons pas la « Saint Valentin » car cela est une fête idolâtre et comme mon épouse dit

« Nous la fête des amoureux c’est tous les jours, car les jours passant nous nous aimons de plus en plus, cela n’empêche pas que nous devons faire des concessions car nous ne sommes pas toujours en accord et ils nous arrivent des prises de bec, cela fait partie de la vie de couple. »

Je tenais à dire qu’une femme qui tient son rôle de femme est une fortune pour l’homme qui la possède !

Et il en existe car j’en connais même des jeunes et elles sont loin d’être malheureuse même si leurs copines les prennent pour de tarées.

Comme elle disent ; «  Moi, je suis heureuse et je n’ai pas besoin d’aller me défouler et me saouler en boîte de nuit car je suis contente de ma vie, et mon marie n’a pas besoin d’aller chercher ailleurs car il a le vêtement soigné, le ventre plein d’une bonne cuisine et il m’offre et je lui donne le nécessaire au lit. »

Ça, c’est de l’amour !

Maintenant c’est à vous de choisir, comme je le dis souvent vous êtes responsable de vous, de vos actions, vous avez la liberté de choisir sans torture, sans menace, pour mon Maître EL-SHADDAÏ ou pour le Roi de cette Terre et de ses environs SAMMAËL, celui que vous nommez « SATAN ».

Portez-vous bien et prenez soins de vous !

Salutations cordiales !

Sig : JP.G. dit « GRAND-LOUP » ou « GRANDELOUPO »

HC. Chap. N° 19 – Enseignements Volet I

Posté : 7 février, 2011 @ 3:49 dans Hypocrisie Chrétienne | Pas de commentaires »

cathdraleorthodoxedekiev.jpg

 

Pour certains de mes semblables, je tiens à préciser que je ne fais partie d’aucune SECTE quel qu’elle soit, d’aucune RELIGION quel qu’elle soit, et je suis encore moins un « Prophète », mais un humain comme vous, aussi imparfait, avec mes défauts, mes  qualités, et mon caractère.

Je ne recherche que la « vérité » la « Vraie », sachant que jamais je ne la trouverai, car les humains ont détruit ce qui ne leur convenait pas.  Une chose me rassure, quand je regarde tout ce qui vie autour de moi, de l’humain à la bestiole, avec cette diversité de faune et de flore, du soleil à la pluie, avec ces orages, tornade, ces milliers de vent, etc., alors je me dis que la gestion est merveilleuse, et la « Vérité » la « Vraie » est là, devant mes yeux.

De plus, je m’efforce de mettre en pratique ce onzième « Commandement » de Jésus le Nazaréen, ce qui n’est pas toujours facile, car il m’arrive parfois de l’oublier sous l’emprise de la colère :

« Tu aimeras ton prochain comme toi-même »

Mais aussi :

« Aime ton frère (semblable) comme ton âme ; veille sur lui comme sur la pupille de ton œil. » Papyrus Oxyrhynque I —

Je vais continuer sur « L’Hypocrisie Chrétienne » (H.C.), avec des enseignements écrits dans votre « Livre BIBLE »

—————————————————————

Je tiens à préciser qu’il est important pour vous de lire le chapitre précédent avant de lire le nouveau chapitre. La compréhension sera meilleure pour vous.

—————————————————————–

Dernière phrase du chapitre précédent

Voici un autre verset que les Témoins de Jéhovah, jamais ne vous citeront , Jacques 4 : 12

« Il n’y a qu’un seul Législateur et Juge, celui qui peut sauver ou perdre. Et toi, qui es-tu pour juger le prochain ? »

Maintenant je vais jouer l’ « Enseignant », mais à ma manière uniquement avec des textes « Bibliques » que je vous laisserais chercher, ce qui vous permettra de « tomber » sur des textes qui vous plairont car ils iront dans votre pensé, votre sens de réflexion, car aucun humain ne raisonne comme son semblable, mais tous ceux qui cherchent, se trouvent sur un chemin parallèle qui mène vers EL-SHADDAÏ et la « VIE ».

 

 

H.C. — Chapitre N° 19

Enseignement Volet I

 

« Indulgence »

 

Le VIN :

 « Avec le vin ne fais pas le brave, car le vin a perdu bien des gens.

La fournaise éprouve la trempe de l’acier, ainsi le vin éprouve les cœurs dans un tournoi de fanfarons. ( autre texte : dans la querelle des orgueilleux )

Le vin c’est la vie pour l’homme, quand on en boit modérément. Quelle vie mène-t-on privé de vin? Il a été créé pour la joie des hommes.

Gaîté du cœur et joie de l’âme, voilà le vin qu’on boit quand il faut et à sa suffisance. ( autre texte : Allégresse du cœur et joie de l’âme, voilà le vin bu en son temps et à sa mesure )

Amertume de l’âme, voilà le vin qu’on boit avec excès, par passion et par défi.

L’ivresse excite la fureur de l’insensé pour sa perte, elle diminue sa force et provoque les coups. ( autre texte : L’ivresse accroît la fureur du stupide jusqu’au scandale, elle diminue la force et entraîne des blessures.)

Au cours d’un banquet ne provoque pas ton voisin et ne te moque pas de lui s’il est gai, ne lui adresse pas de reproche, ne l’agace pas en lui réclamant de l’argent. »

Ceci sont les versets 25 à 31

Tiens un texte d’Isaïe, 5 :

« Malheur à ceux qui sont des héros pour boire du vin et des champions pour mélanger la boisson, qui acquittent le coupable pour un pot-de-vin, et refusent au juste la justice. »

Autre livre, autres textes v :1, puis autre chapitre v :20-21, 29-35

« Raillerie dans le vin! Insolence dans la boisson! Qui s’y égare n’est pas sage.

Ne sois pas de ceux qui s’enivrent de vin, ni de ceux qui se gavent de viande, car buveur et glouton s’appauvrissent, et la torpeur fait porter des haillons.

Pour qui les  malheurs ?

Pour qui les hélas ?

Pour qui les querelles ?

Pour qui les plaintes ?

 Pour qui les coups à tort et à travers ?

 Pour qui les yeux troubles ?

Pour ceux qui s’attardent au vin, qui vont en quête de boissons mêlées.

Ne regarde pas le vin, comme il est vermeil !

 Comme il brille dans la coupe !

 Comme il coule tout droit !

Il finit par mordre comme un serpent, par piquer comme une vipère.

Tes yeux verront d’étranges choses, ton cœur s’exprimera de travers.

Tu seras comme un homme couché en haute mer, ou couché à la pointe d’un mât, « On m’a battu, je n’ai point de mal ! On m’a rossé, je n’ai rien senti ! Quand m’éveillerai-je ?… J’en demanderai encore ! » »

Oui, mais voici un autre texte du Nouveau testament : v 23

« Cesse de ne boire que de l’eau. Prends un peu de vin à cause de ton estomac et de tes fréquents malaises. »

Autre chapitre, autre verset 8 :

« Les diacres, eux aussi, seront des hommes dignes, n’ayant qu’une parole, modérés dans l’usage du vin, fuyant les profits déshonnêtes. »

La LIBERTÉ HUMAINE.

Depuis longtemps je vous écris que vous êtes responsable de vous-même, que vous avez le « Libre-Choix », voici ci-dessous une preuve écrite dans votre livre « Bible », versets 11 à 20, que certains chrétiens enseignants sur Internet devraient s’inspirer.

« Ne dis pas : « C’est à cause du Seigneur EL-SHADDAÏ  que je me suis écarté », car ce qu’il déteste, il ne le fait pas.

Ne dis pas : « Lui-même m’a égaré », car il n’a que faire du pécheur.

Le Seigneur EL-SHADDAÏ  déteste toute abomination, on ne peut à la fois s’y abandonner et le craindre.

Lui-même a créé l’homme au commencement et l’a laissé à son propre conseil.

Si tu le veux, tu peux observer les commandements, rester fidèle dépend de ton bon vouloir.

Il a placé auprès de toi le feu et l’eau ; selon ton choix tu peux étendre la main.

Aux hommes sont proposées la vie et la mort : à chacun sera donné selon son choix.

Car grande est la sagesse du Seigneur EL-SHADDAÏ; il est fort et puissant et voit toutes choses, ses regards sont tournés vers ceux qui le craignent, lui-même connaît toutes les œuvres des hommes.

Il n’a prescrit à personne d’être impie, il n’a accordé à personne la permission de pécher. »

Le verset 15 ( Si tu le veux, …. vouloir ) est bref dans la version grecque, mais dans la version originelle hébraïque voici ce verset qui est beaucoup plus explicite.

« Si tu veux, tu garderas le commandement et l’intelligence pour faire sa volonté ; si tu as foi en lui, toi aussi tu vivras. »

Par ces écrits ci-dessus nous ne pouvons pas accuser EL-SHADDAÏ d’être la cause du mal, selon l’habitude des humains de toutes confessions, juifs, chrétiens, musulmans, bouddhistes, païens. Déjà, il y a un peu plus de deux mille ans, les juifs hellénistes réfutaient ainsi que les grecs, cette vue courante.

D’autre part, le fait qu’EL-SHADDAÏ «  n’a pas besoin du pécheur », semble impliquer qu’il a besoin de justes ce qui est une magnifique nouvelle remplie de perspective.

L’Apôtre Jacques, entre-autre, dans son Epître se sert de ce texte pour reprendre ses semblables.

Epître de Jacques 1 : 13-15

« Que nul, quand il est tenté, ne dise : « Ma tentation vient d’EL-SHADDAÏ. ( Dieu ) » Car EL-SHADDAÏ ( Dieu ) ne peut être tenté de faire le mal et ne tente personne.

 Chacun est tenté par sa propre convoitise, qui l’entraîne et le séduit.

Une fois fécondée, la convoitise enfante le péché, et le péché, arrivé à la maturité, engendre la mort. »

 

Veuillez me pardonner, mais je vais faire une petite interruption de tous ces conseils bibliques pour écrire sur l’historicité des changements de cette religion « Chrétienne ». En effet, je cherchais  pour vous, certains textes bibliques,  ma curiosité m’a poussé plus loin et je me suis trouvé avec des textes étonnants que je vais vous écrire ci-dessous car ils vont vous étonner, et vous prouver combien ce que j’écris sur « l’hypocrisie chrétienne » est d’une réalité flagrante.

Qu’elles sont loin les paroles de Jésus le Nazaréen ! …

Qu’il est loin tout son « Enseignement » ! …

Ce qui  me rend triste c’est que c’est l’histoire réelle de cette religion, que vous Chrétiens vous niez, alors que ces faits sont historiques.

En effet, je vais écrire sur ce que le « Christianisme » nomme « INDULGENCE  »

Dans l’Église catholique romaine, l’indulgence (du latin indulgere, « accorder ») est la rémission totale ou partielle devant Dieu de la peine temporelle encourue en raison d’un péché déjà pardonné.

Selon la doctrine catholique, le péché est effacé par le sacrement du pardon (confession). Mais ce sacrement n’enlève pas la peine temporelle due au péché, qui se traduit généralement par un temps de purgatoire si elle n’est pas d’abord purgée sur terre par des actes de foi et de charité (actes de réparation).

Sa pratique, héritée du droit romain, remonte au  IIIème siècle.

 Il s’agit alors de réintégrer dans le giron de l’Église les chrétiens ayant apostasié pendant les persécutions. Au XIIème siècle, elle reçoit une définition juridique dans les décrétales pontificales : une distinction est clairement établie entre l’absolution, réservée à Dieu, et l’indulgence, qui permet la réconciliation avec l’Église.

L’indulgence est obtenue en contrepartie d’un acte de piété (pèlerinage, prière, mortification) effectué à cette fin dans un esprit de repentir.

Suite à la grande peste qui eut lieu dans toute l’Europe en 1347 ou 1351 et qui dura cinq ans faisant plus de vingt-cinq millions de victimes, sans compter toutes les autres épidémies, la peur de la mort et de l’enfer  eurent comme conséquence le développement du culte marial, des saints, des reliques et les pratiques des « indulgences. »

 Le but est de gagner son paradis sur la terre même au prix d’un séjour au purgatoire[]. À la fin du XVe siècle, les indulgences sont un moyen de plus en plus en vogue pour réduire le nombre des années passées par une âme au purgatoire après sa mort.

N’oubliez pas que le « PURGATOIRE » est une invention humaine, mais pour vous fidèles lectrices et lecteurs, vous le savez puisque je vous l’ai déjà écrit ultérieurement.

Pour les nouveaux venus voici un petit rappel.

Le mot désignant le lieu purgatoire était inconnu avant le XIème  siècle mais pas ce qu’il désigne. Un des premiers documents à mentionner ce nom est une lettre du bénédictin Nicolas de Saint-Alban au cistercien Pierre de Celle en 1176

Une explication concise de la doctrine catholique sur le Purgatoire a été présentée par le cardinal Julien Cesarini aux pères Orientaux Orthodoxes assemblés au Conseil de Ferrara-Florence, lors de la Session VI, en juin 1438

Un développement de la doctrine sur le Purgatoire se retrouva par la suite dans les canons du Concile de Trente, Session XXV, qui tire l’idée de Purgatoire « des Écritures saintes [I Co 3, 12-17 et II Ma 12, 43-45] et de la tradition ancienne des Pères enseignée dans les Conciles. »

Étant d’un naturel curieux j’ai lu ces fameux chapitres et versets cités ci-dessus. Là, on s’aperçoit de la fertilité de l’esprit humain, car il faut être ingénieux pour trouver un « esprit de purgatoire.»

 Que ne fait pas faire le dogme avec l’esprit humain ! …

Sauf erreur de ma part, il me semble que Paul écrit en comparant la matière avec le comportement et l’esprit humain. Il connaît aussi les paroles d’EL-SHADDAÏ, Dieu pour vous, qui dit en parlant de son peuple, je cite :

« Je les épurerai comme on épure l’or précieux. »

Allez lire ces versets, et vous-même vous comprendrez que cette idée de « PURGATOIRE » est vraiment une affabulation grossière des textes bibliques.

Sans être médisant, les « Témoins de Jéhovah », « Adventiste du 7ème Jour », « Évangéliste » et autres, affabulent beaucoup sur les versets bibliques, comme ces « Grands Théologiens Chrétiens » que l’on peut lire sur le « Net ».

La suite dans quelques jours, en attendant portez-vous bien !

Salutations cordiales à Tous.

Sig : JP.G. dit  « GRAND-LOUP » ou « GRANDELOUPO »

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus