Discernement Philosophie par Grandeloupo

Bienvenue à Tous et bonne lecture !…. Aprés, vous êtes libre de votre réflexion !

HC. N° 20

Classé dans : Hypocrisie Chrétienne — 20 février, 2011 @ 4:36

lapinoschampiondudiscours.jpg 

Pour certains de mes semblables, je tiens à préciser que je ne fais partie d’aucune SECTE quel qu’elle soit, d’aucune RELIGION quel qu’elle soit, et je suis encore moins un « Prophète », mais un humain comme vous, aussi imparfait, avec mes défauts, mes qualités, et mon caractère.

Je ne recherche que la « vérité » la « Vraie », sachant que jamais je ne la trouverai, car les humains ont détruit ce qui ne leur convenait pas.  Une chose me rassure, quand je regarde tout ce qui vie autour de moi, de l’humain à la bestiole, avec cette diversité de faune et de flore, du soleil à la pluie, avec ces orages, tornade, ces milliers de vent, etc., alors je me dis que la gestion est merveilleuse, et la « Vérité » la « Vraie » est là, devant mes yeux.

De plus, je m’efforce de mettre en pratique ce onzième « Commandement » de Jésus le Nazaréen, ce qui n’est pas toujours facile, car il m’arrive parfois de l’oublier sous l’emprise de la colère :

« Tu aimeras ton prochain comme toi-même »

Mais aussi :

« Aime ton frère (semblable) comme ton âme ; veille sur lui comme sur la pupille de ton œil. » Papyrus Oxyrhynque I —

Je vais continuer sur « L’Hypocrisie Chrétienne » (H.C.), avec des enseignements écrits dans votre « Livre BIBLE »

—————————————————————

Je tiens à préciser qu’il est important pour vous de lire le chapitre précédent avant de lire le nouveau chapitre. La compréhension sera meilleure pour vous.

—————————————————————–

Dernière phrase du chapitre précédent

 

Il connaît aussi les paroles d’EL-SHADDAÏ, Dieu pour vous, qui dit en parlant de son peuple, je cite :

« Je les épurerai comme on épure l’or précieux. »

Allez lire ces versets, et vous-même vous comprendrez que cette idée de « PURGATOIRE » est vraiment une affabulation grossière des textes bibliques.

Sans être médisant, les « Témoins de Jéhovah », « Adventiste du 7ème Jour », « Évangéliste » et autres, affabulent beaucoup sur les versets bibliques, comme ces « Grands Théologiens Chrétiens » que l’on peut lire sur le « Net ».

 

H.C. — Chapitre N° 20

Enseignement Volet II

 

Le « Dieu » Jésus-Christ ne vaut pas un pêt de lapin

 

Pour finir je n’ai pu résister à vous poser ce texte officiel de la religion chrétienne et de son purgatoire, vous prouvant ainsi que l’enseignement de Jésus le Nazaréen est bien oublié, comme les Lois et Préceptes de son père génétique EL-SHADDAÏ.

« Le catéchisme pour adultes, publié par la Conférence des évêques de France en 1991 avec l’accord de la Congrégation  pour la doctrine de la foi qui a donné le 23 janvier 1991 l’approbation du Saint-Siège, indique simplement ce qui suit :

« …Pour parvenir à cette contemplation de Dieu, une étape de purification, appelée purgatoire, peut être nécessaire. Il ne s’agit ni d’un lieu, ni d’un temps ; on peut parler plutôt d’un état. En tout cas, le purgatoire, qui est bien une peine, n’est pas à concevoir comme une punition, par laquelle Dieu se vengerait en quelque sorte de nos infidélités. La communion avec Dieu, dans laquelle nous introduit la mort, nous fait prendre conscience douloureusement de nos imperfections et de nos refus d’aimer, et du besoin de nous laisser purifier par la puissance salvatrice du Christ.

C’est Dieu lui-même qui purifie et transforme. Mais la Tradition de l’Église catholique affirme que ceux qui sont au purgatoire bénéficient des prières et des supplications adressées en leur faveur à Dieu par leurs frères, et aussi de l’intercession des saints déjà introduits dans la béatitude de la vision de Dieu. »

Cet interlude fini je reviens aux « écrits »

Elle reflète l’angoisse des âmes[], par la question du salut.

Dès cette époque, on enregistre les premiers abus, la débauche de certains prêtres et moines qui vivent publiquement en concubinage, s’enrichissent avec l’argent des fidèles, principalement la simonie : les fidèles marchandent auprès du prêtre un acte de charité, souvent sonnant et trébuchant.

[ La simonie est, pour les Chrétiens, l’achat et la vente de biens spirituels, tout particulièrement d’une charge ecclésiastique.]

Ainsi certains prélats devinrent des seigneurs, tirant des profits de la frappe de la monnaie  et exerçant le droit de ban. Ils exploitèrent tous les moyens pour accroître leur puissance : ils jouèrent sur la peur de l’enfer, extorquèrent des dons, et vendirent les sacrements.

Les charges épiscopales et cléricales, vendues, furent l’objet d’un véritable trafic. On vit même des dynasties d’évêques s’établir et de Papes. ]

Les « indulgences » sont par la suite vendues : dès que l’or tombe dans la sébile, l’âme s’échappe du purgatoire. La confusion du spirituel et du matériel accentuent les phénomènes de désacralisation de cette époque. []De plus en plus, le fidèle se confesse, non pas poussé par la conscience de la foi, de sa faiblesse, mais par peur de la punition après la mort.

On monnaie également des dispenses à diverses obligations, les sommes ainsi récoltées finançant des édifices religieux ou permettant à certains prélats de mener grand train.

Ainsi la Tour de beurre de la cathédrale Notre-Dame de Rouen doit son surnom à la vente des dérogations accordées pour consommer des matières grasses pendant le carême.

Amorcée dès le XVème siècle et culminante au XVIème siècle, certains  dénoncent la corruption de toute la société engendrée par le commerce des « indulgences. »

La naissance de l’imprimerie permet la diffusion d’éditions de bibles en langue vernaculaire ou si vous aimez mieux en langues vulgaires en montrant qu’elle ne fait mention ni des saints, ni du culte de la Vierge, ni du Purgatoire. Ce contact direct habitue le lecteur à avoir une relation personnelle avec les textes saints et à réfléchir par lui-même sur leur signification. Le texte originel de la bible se trouve ainsi restauré.

A partir du milieu du XVème siècle, le pouvoir d’achat s’amenuise.

Mais ce qui affaiblit le plus l’Église catholique, c’est la perte de la sacralité. Les fidèles voient trop de fils de prêtres devenir prêtres, trop de clercs s’enrichir aux dépens des laïques, trop d’évêques vivant comme des grands seigneurs.

Les facteurs politiques ne sont pas absents non plus. Le développement des États se heurte à la puissance temporelle de l’Église. De plus en plus, les princes cherchent à intervenir dans le choix des membres du Haut-clergé, évêques, abbés.

En effet, les postes ecclésiastiques sont liés à des bénéfices.

Celui qui contrôle l’élection du prélat, contrôle indirectement le bénéfice[]. L’autorité universelle du Pape, proclamé par Grégoire VII depuis 1075 se heurte à l’autorité grandissante du souverain.

Le Pape peut lever des impôts réguliers ou exceptionnels dans tous les pays d’Occident.

L’Église catholique mettra, suite à la Réforme, un frein aux abus les plus criants. Néanmoins, la pratique perdure jusqu’à nos jours, encadrée d’abord par la Congrégation des « indulgences », créée par Clément VIII (1592–1605), ses compétences sont transférées en 1908 au Saint-Office puis en 1917 à la Pénitencerie apostolique, qui en a toujours la charge.

La doctrine des « indulgences » a été rappelée par le concile Vatican II puis la constitution apostolique [ Indulgentiarum doctrina ] de Paul VI, reprise dans le Code de droit canonique de 1983.

 Dans le Catéchisme de l’Église catholique de 1992, l’Église réaffirme son droit à octroyer les « indulgences », « en vertu du pouvoir de lier et de délier qui lui a été accordé par le Christ Jésus ». Elle précise que « l’indulgence » libère seulement de la « peine temporelle » du péché et non de la « peine éternelle » — c’est-à-dire de la privation de la « vie éternelle », de la communion avec Dieu.

 De nouveau, elle rappelle que « l’indulgence » est accordée au pécheur non pas en vertu de ses pénitences seules, mais de la communion des saints.

Quand je lis ces textes ci-dessus, je suis fier d’être un « PAÏEN », car cette phrase respire le mensonge, la vanité, l’orgueil. Elle est contraire aux Enseignements de Jésus le Nazaréen, ( Jésus-Christ pour vous ).

Comment peut-on en arriver à un degré aussi important de prétention, d’arrogance ? …

Et vous, « Chrétiens », ce sont ces gens d’une insolence remarquable que vous écoutez et suivez, ces humains qui vous entraînent vers le « Néant », vers votre mort définitive.

Pourquoi continuez-vous à suivre leurs mauvais principes et cet « Enseignement » fallacieux ?

Cela est tellement simple pour vous !

La preuve je l’écris ci-dessous !

Jusqu’au concile Vatican II, les paroissiens comportent encore, dans le chapitre consacré aux prières, une section sur les « indulgences. »

Ainsi, le Paroissien des fidèles publie une liste d’invocations indulgenciées : les invocations « Mon Jésus, miséricorde ! » ou « Cœur agonisant de Jésus, soyez mon amour » correspondent à 100 jours de pénitence, tandis que « Saint Joseph, patron de la bonne mort, priez pour nous » équivaut à 300 jours de pénitence.

J’ignore ce que vous allez penser en lisant ces lignes ci-dessus !

Effarant ces textes officiels de la religion chrétienne !

Avez-vous remarqué qu’un « Saint » a plus d’importance que « Jésus-Christ » puisque, invoquer une « Idole », là un saint en statue, remplace 300 jours de pénitence, alors qu’invoquer « Jésus », le fils de Dieu, ne supprime que 100 jours de pénitence ? …

 

Veuillez me pardonner, mais votre « Jésus-Christ », ne vaut pas un pêt de lapin ! …

 

Tiens ! Comme vous considérez votre Jésus-Christ comme un « Dieu », alors c’est vraiment un minuscule « dieu » comparé aux « Saints » comme Saint Joseph ci-dessus qui lui doit être un grand « dieu » puisqu’il vaut trois fois plus ! … !

Avec des textes comme cela vous pouvez faire les « quatre cents coups », vous êtes sûr d’être pardonné … , enfin par la doctrine dogmatique des humains, quant au pardon d’EL-SHADDAÏ, cela est une autre histoire ! …

Comme les paroles de Jésus le Nazôréen, votre Jésus-Christ, sont dans les oubliettes ! …

Matthieu 10 : 8-10

« Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, expulsez les démons. Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement.

Ne vous procurez ni or, ni argent, ni menue monnaie pour vos ceintures, ni besace pour la route, ni deux tuniques, ni sandales, ni bâton : car l’ouvrier mérite sa nourriture. »

J’espère que vous me pardonnerez, mais ne ressemblez-vous pas à ce « Simon » dans les Actes des Apôtres ? …

Vous allez me répondre : « Mais non ! … Nous ne faisons pas ce que tu as écrit ci-dessus ! … Peut-être certains d’entre-nous, mais c’est la minorité ! … Nous, nous ne commettons pas ces actions ! … »

Comment se fait-il que l’Église Chrétienne soit si riche ? …

Avez-vous vu un Prélat mourir de faim et de froid ? …

Malheureusement pour vous, vous les commettez ! …

Existe-t-il une différence entre celui qui donne beaucoup au Prélat et celui qui met une pièce dans le tronc de la statue qui est dans l’église, ou qui met des sous pour faire brûler un cierge devant cette statue en demandant de lui pardonner ses fautes ? …

Aucune ! …

Le geste et la pensée sont les mêmes ! …

Acheter son pardon !

Actes 8 : 19-23  — Le premier qui parle est Simon :

« Donnez-moi, dit-il, ce pouvoir à moi aussi : que celui à qui j’imposerai les mains reçoive l’Esprit Saint. »

Mais Pierre lui répliqua :

« Périsse ton argent, et toi avec lui, puisque tu as cru acheter le don [ d’EL-SHADDAÏ ]  Dieu à prix d’argent !

Dans cette affaire il n’y a pour toi ni part ni héritage, car ton cœur n’est pas droit devant [ EL-SHADDAÏ ] Dieu.

Repens-toi donc de ton mauvais dessein et prie [ EL-SHADDAÏ ] le Seigneur : peut-être cette pensée de ton cœur te sera-t-elle pardonnée ; car tu es, je le vois, dans l’amertume du fiel et les liens de l’iniquité. »

La « Sagesse » veut que je vous laisse à votre réflexion personnelle, que vous vous aperceviez de la réalité de vos actes, de la véracité des textes ci-dessus, afin que, par votre conscience, avec ce « Libre-choix », vous preniez vos responsabilités devant le Dieu unique EL-SHADDAÏ.

Ceci étant écrit, je vais reprendre le cours des textes bibliques que vos « Haut-Personnages » devraient vous inculquer.

Repos obligatoire, alors en attendant la suite, portez-vous bien !

Cordiales salutations !

Sig : JP.G. dit  « GRAND-LOUP » ou « GRANDELOUPO »

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus