Discernement Philosophie par Grandeloupo

Bienvenue à Tous et bonne lecture !…. Aprés, vous êtes libre de votre réflexion !

Archive pour septembre, 2012

Secte,religion … Chap. N° 11 – Le Signe de Croix

Posté : 28 septembre, 2012 @ 12:13 dans Secte religion Païenne le Christianisme | 2 commentaires »

Secte,religion ... Chap. N° 11 - Le Signe de Croix dans Secte religion Païenne le Christianisme Rel-Cardinal-signe-+

Secte, Religion, Païenne, La Chrétienté

Pendant quelques chapitres je vais vous écrire la naissance d’une religion qui est aujourd’hui la première mondiale par le nombre de ses fidèles, mais aussi par tous les Ordres Monastiques ainsi que toutes les sectes se rattachant même indirectement à cette Religion-Mère qui fonctionne pour ces Dirigeants comme une secte.

Cette religion, embryon du judaïsme même si elle le nie, les écrits politiques historiques prouvant le contraire et confirmant sa naissance du judaïsme, prendra sa légitimité par un homme hors du commun des mortels un Galiléen du nom de Jésus le Nazôréen fils du charpentier de Nazareth.

Ces seules armes seront son Esprit de raisonnement, de réflexion, son Verbe, son Amour pour la race humaine, rappelant toujours les Lois indestructibles de son Père géniteur, que je nomme EL-SHADDAÏ —{ Dieu au-dessus des Montagnes } — comme Abram ou Abraham, son véritable NOM ayant été rendu « TABOU »  par les humains, qui l’ont supprimé de tous les « Écrits », en le remplaçant par un tétragramme « YHWH. » et que cette religion nomme vulgairement « Dieu ».

Ce Galiléen fait encore aujourd’hui couler beaucoup d’encre, car entouré d’un « Mystère » inexplicable de sa naissance à sa mort, doté d’une rare « Sagesse », d’une « Connaissance » de la matière et de l’immatériel du corps humain, d’un pouvoir incommensurable et d’une « Intelligence » phénoménale.

Il s’entoura de soixante-douze « Disciples » dans lequel il choisit douze « Apôtres » qui représentaient les douze Tributs d’Israël. Après les avoir enseignés sur les Lois et Préceptes de son Père géniteur, puis sur un Enseignement personnel, il les envoyât sur la surface de la Terre pour instruire tous les humains qui vivaient sur celle-ci faisant des « Disciples », leur inculquant ce onzième commandement.

Matthieu XIX : 19, XXII : 39, Marc XII : 31, etc

« Tu aimeras EL-SHADDAÏ ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et

« Tu aimeras ton prochain comme toi-même ! »

Mais aussi :

« Aime ton frère (semblable) comme ton âme ; veille sur lui comme sur la pupille de ton œil. » — Papyrus Oxyrhynque I —

Ce bel homme, à l’image de son Père et de ceux qui vivent avec lui, de caractère dur, autoritaire, d’une grande force, au verbe haut, imposant la crainte, le respect, mais aussi la gentillesse et l’amour fut tout le long de sa vie parfaite sur la Terre, un « PARANGON. »

De l’enseignement de cet homme, les humains en ont fait en à peine IV siècles { quatre cents ans }  une Religion d’Idolâtre

C’est cette histoire que j’écris ! …

Dernières lignes du chapitre précédent

 

Moi le « PAÏEN » je suis un menteur ? …Un calomniateur ? …

Certes pas ! …

Il ne suffit que d’écouter les ouailles, les fidèles au sortir des Églises, Cathédrales, Chapelle après la messe ou autre cérémonie religieuse comme les enterrements ; ça pleure le « défunt » et sa dénigre en même temps sur « Lui, le Mort » et les autres humains qui sont présents ! …

Quelle hypocrisie !….. !

Comme disait un certain « Messie », je le cite : ( Mt 15 : 11, Év. De Thomas log. 14 )

…{ «  Ce qui est mauvais, ce n’est pas ce qui entre dans la bouche, mais, c’est ce qui en sort !… » }….

—– A méditer ! ……——-

 

Chapitre N° 11

 

Le « Signe de la Croix »

 

Je reviens sur la croix, je dirai plus exactement sur « le signe de la croix »

Un autre symbole très puissant de toute la chrétienté sans aucune exception, catholique, orthodoxe, protestant, c’est le signe de la croix. Pour toute cette chrétienté, la « CROIX » et son image représentent tout. Aucune prière, aucun culte ne peut se faire sans l’usage constant du « signe de la croix »

La croix est regardée comme le grand moyen d’enchantement, comme le grand refuge au moment du danger, comme la ressource infaillible contre toutes les puissances des Ténèbres.

Il suffit de regarder nos sportifs à la télévision qui se signe de la croix pour un but, un essai, une balle de tennis bien placé, être qualifié en natation, etc, remerciant je ne sais quel Dieu par ce signe.

Dans une Messe, les participants se signent trois ou quatre fois pendant l’office, si ce n’est plus. Dans une procession au passage de la statue, représentant un Saint ou une Sainte quelconque, portée par des fidèles souvent cagoulés en signe de pénitence, les ouailles se signent du « signe de la croix ».

Tous ces gestes machinales prouvent le degré d’idolâtrie de la chrétienté.

Mais d’où vient l’origine de cette signature sur eux-mêmes, ce signe de la Croix ?

En premier, la façon de se signer a toujours été un sujet de discorde entre les différents courants chrétiens,  Occident catholique, Orient orthodoxe, voir protestant selon la faction !

Selon les Églises et les pensées dogmatiques, les humains se signeront, la main ouverte, avec deux ou trois doigts, de droite à gauche ou inversement, et je ne m’aventurerai pas à évaluer les justifications théologiques de telle ou telle pratique. Il est plus judicieux de raisonner en examinant, si celui qui se signe, participe par cet acte de façon vivante à la présence spirituelle du Galiléen crucifié et ressuscité. Communie-t-il à ce don avec une foi et un amour qui le portent à partager le sort du Serviteur pour parvenir à la Gloire Céleste ?

Rien ne serait plus détestable que de reproduire et de prolonger les vaines et subjectives considérations d’une mauvaise dithyrambique. –( action de louer un dieu ou un saint pompeusement avec exagération) –

L’honneur et la dignité du signe de la croix serait le bienfait spirituel que l’on en tire et non ses règles d’accomplissement.

Cela est d’autant plus vrai que l’action de se signer, comme geste, n’est pas spécifiquement chrétien. Pas plus d’ailleurs que la forme de la croix, symbole de bonheur que l’on retrouve sur des sceaux, des pendentifs, des stèles bien avant l’ère chrétienne.

Les humains chrétiens adorent la croix avec tout le respect qui n’est dû qu’à l’Être Suprême, ce Dieu unique que je nomme EL-SHADDAÏ –( Dieu Shaddaï )—

Ce qu’on appelle maintenant la croix du christianisme, n’était nullement à l’origine un emblème chrétien, c’était le Tau mystique des Chaldéens et des Égyptiens, la vraie forme première de la lettre « T », l’initiale du nom de Tammuz,

En Égypte, la première forme de ce que l’on appellera la croix, n’était autre chose que la « Crux Ansata » ou le « signe de la vie », porté par Osiris et tous les autres dieux égyptiens.

Ce même signe que toute la chrétienté fait aujourd’hui était en usage dans les Mystères Babyloniens. Le paganisme l’employait pour les mêmes desseins mystiques, il l’entourait des mêmes honneurs.

Jamais les vertus magiques attribuées au signe de la croix, jamais le culte qu’on lui rend n’ont eu une pareille origine !

Le Tau mystique était marqué au moment du baptême sur le front de ceux qu’on initiait aux mystères et on l’employait de bien des manières différentes comme le plus sacré des symboles. —[ TERTULLIEN,( 150 – 220 ) De prœscitt. Hœret., vol. II, ch. 40, p. 54 et note. Il dit que les initiés aux mystères par le baptême étaient marqués au front comme ses compatriotes chrétiens d’Afrique, qui commençaient à être marqués par le signe de la croix.

Tertullien, À ma femme, II, 9 ; trad. E.-A. De Genoude :

« Chez eux point de signes de croix furtifs, point de timides félicitations, point de muettes actions de grâces »]

Le Tau mystique, symbole de la grande divinité, était appelé le signe de vie. On le portait sur le cœur comme une amulette. Ce signe de la croix fut reproduit sur les vêtements offi­ciels des « Prélats » de toute la chrétienté.

Les rois le portaient à la main, comme signe de leur dignité ou de l’autorité qu’ils tenaient de la divinité

Les Vierges Vestales de la Rome païenne le portaient suspendu à leurs colliers, comme le font aujourd’hui les religieuses

Les Égyptiens faisaient de même, et plusieurs des nations barbares avec lesquelles ils étaient en rapport, le faisaient aussi, comme le témoignent les monuments Égyptiens. Parlant des ornements de quelques-unes de ces tribus, Wilkinson dit :

« La ceinture était parfois richement ornée : hommes et femmes portaient des boucles d’oreille; souvent ils avaient une petite croix suspendue à un collier, ou au col de leur vêtement »  Tout ce qui est écrit ci-dessus vous pouvez les trouver dans les références suivante : {STEPHEN, L’Amérique centrale, tome II, p. 344. LAYARD, Ninive et Babylone, p. 211 et Ninive et ses ruines, tome II, p. 446. WILKINSON, tome I, p. 363. Père LAFITAN, Mœurs des sauvages américains, tome I, p. 442.}

Ce symbole païen le « T » devenu une croix vers le IIème siècle ap. EC était le signe du Dieu Chaldéen Tammuz, Dieu babylonien qui avait beaucoup d’adeptes dans tout le Bassin Méditerranéen particulièrement dans toute l’Afrique du Nord, Égypte comprise. Tertullien cité plus haut dans une déclaration montre à quel point la cité de Carthage était infectée de ce vieux levain. Les nouveaux chrétiens en inscrivant le Tau en tête des inscriptions et en mettant ce « signe de vie » sur les tombes n’avaient nullement l’intention de rappeler la crucifixion de Jésus le Nazaréen mais c’était simplement le résultat d’un profond attachement aux anciens symboles païens, attachement toujours puissant, chez ceux qui, malgré le nom et la profession de chrétiens, étaient encore, dans une large mesure, païens de cœur et de senti­ments…

C’est là et là seulement l’origine de l’adoration de la croix et du « signe de la croix »

Chez les Babyloniens, la croix verticale était un symbole sacré. La croix était adorée des siècles avant le début de l’ère dite chrétienne.

Dans son ouvrage V. Gordon Childe ( New Light on the Most Ancient East, ed. De 1953, chap. IX « Cvilisation indienne au IIIème millénaire av. J-C » ) dit:

« Le svastika et la croix qui apparaissent souvent sur les sceaux et les plaques, étaient des symboles religieux ou magiques comme en Babylonie et en Elam dans les premiers temps de la préhistoire, mais ils conservent encore ce caractère dans l’Inde moderne comme ailleurs. »

« La croix était vénérée, adorée, au Mexique bien avant que les catholiques Espagnoles et Portugais n’y eussent pénétré. On y élevait de grandes croix de pierre pour implorer le Dieu de la pluie. »

« La croix adorée par beaucoup de nations ou regardée comme emblème sacré, était le symbole indubitable de Bacchus ou Tammouz, le Messie babylonien, car il était représenté ayant sur la tête un bandeau couvert de croix

Ce symbole du Dieu babylonien est aujourd’hui en honneur dans l’Europe Centrale comme la Mongolie, le Caucase et toute la Steppe »

La croix en tant que symbole remonte à une date inconnue de l’humain. De tous les temps, elle a été reconnue dans tous les pays du monde. Avant notre ère les Druides, Bouddhistes, Brahmans, Babyloniens utilisaient cet emblème.

Les druides considéraient que la grande branche de la croix symbolisait le chemin de la vie, et que les petites branches représentaient les trois conditions du monde spirituel

Ce « signe de la croix » montre bien son origine païenne et prouve avec certitude que toute la chrétienté est dans l’idolâtrie et le paganisme.

Voici comment le pape Innocent III en 1100 s’exprime au sujet du signe de croix :

« Le signe de la croix doit se faire avec trois doigts, parce qu’on le trace en invoquant la Trinité, dont le prophète dit : Il a soutenu sur trois doigts la masse de la terre[][]. Il est tracé de haut en bas, et est ensuite coupé de droite à gauche, parce que Jésus-Christ est descendu du ciel en terre et a passé des Juifs aux Gentils. Certains, cependant, font le signe de la croix de gauche à droite, parce que nous devons passer de la misère à la gloire, tout comme le Christ a passé de la mort à la vie, et du séjour des ténèbres au paradis… »

Je continue

Vos « Dirigeants » Curé, Abbé, Évêque, Cardinal, Pasteur et autres, peut-être « Pape », « Pope » ne sont-ils pas homosexuel pour certains, pédophile pour d’autres, et tous « Fornicateurs » car un homme reste un homme et les Lois de la nature sont valable pour Tous, ils n’échappent pas à la règle.

Quand je pense qu’ils vont jusqu’à marié des humains de même sexe au NOM de Jésus-Christ et de son Père qu’ils nomment « DIEU », alors que ce même Dieu a détruit deux cités à cause de ces actes …. ! ….. !…

Si vraiment ils croyaient sincèrement dans leur ministère, ils feraient comprendre la portée des actions de ces humains qui agissent contre nature, car le contre nature, l’homosexualité n’est pas de l’amour mais un vice intérieur profond cultivé volontairement par l’humain quel qu’il soit ! … Car ces humains savent en parfaite conscience qu’ils agissent mal, ils ont le « Libre Choix »

Cela me prouve bien que cette religion est vraiment une Religion IDOLÂTRE sans aucune morale !

Voilà pourquoi je resterai le « PAÏEN » toute ma vie !…                         

Toute la liturgie chrétienne d’aujourd’hui n’est que transformation des Écrits Originels

Notre « BIBLE » d’aujourd’hui est une Bible modifiée.

Heureusement il y a des éditeurs qui impriment des Bibles avec la référence des Manuscrits, ainsi que le nom des traducteurs. Certes, elles valent un peu plus cher, mais au moins vous êtes sûr de posséder quelque chose d’authentique, si je peux encore écrire cela, non traficoté par des dogmes religieux et sectaires

Comme je vous l’ai écrit l’athéisme n’existe pas !…

Tous ceux qui se disent « Athée » sont des menteurs !…

Mon Temple, mon Église c’est ce « Ciel » infini au-dessus de ma tête, toute cette merveille de nature qui m’entoure…. !

ça !…c’est le vrai « DIEU » !…

pas d’images taillées, de statues, de peintures,…. !

pas de prières toutes faites !….

pas d’êtres humains, pour certains plus imparfait que moi, pour me confesser !…

fini les Prêtres, les Pasteurs….….

Seul le « TRÈS-HAUT » et ma conscience !…..

Je sais que les conseilleurs ne sont pas les payeurs !…

Mais je vais enfreindre cette règle !..

Faites comme moi !…

Prenez cinq minutes par jour, regardez toute la vie autour de vous, puis scrutez votre conscience, sans aucune hypocrisie, tel que vous êtes, en bien ! en mal !…

Alors vous saurez ce que vous êtes sur cette Terre et vous chercherez la vérité de la vie avec ses innombrables questions !…

Vous vous apercevrez que le « dieu » que vous avez prier n’est que matière destructible, mais que Celui qui est invisible au-dessus de votre tête est visible et indestructible à l’intérieur de vous…

Faites l’expérience pendant 3 mois, cela ne coûte rien, cinq minutes par jour , c’est tout !

Nommez-le comme bon vous semble,…Très-Haut, Tout-Puissant, Maître de l’Univers, ou comme Abraham « EL-SHADDAÏ »…..etc… sauf ce nom vulgaire « DIEU »

« DIEU » est un mot hérité du latin « deus », lui-même issu d’une racine « Indo-Européenne »—{ DYEUS PITAR }—, « Père Ciel brillant »

Je n’ai écrit qu’un centième de tout ce qu’il y a , à écrire.

Je reviendrai certainement sur l’histoire de « JÉSUS le NAZARÉEN », sur tous les textes détournés par le Vatican, et cela demande un certain temps. Sachant que la vérité pour certains n’est pas bonne à dire, je suis sûr que je me suis fait des ennemis, mais pour ceux-là je connais déjà leur fin, car ce sont des sots et des insensés, bornés comme des ânes avec des œillères, sans aucune réflexion personnelle et se mentant à eux-mêmes.

En attendant les prochains « Écrits » ou « Textes », vous laissant à votre réflexion, raisonnement, jugement personnel, portez-vous bien ! Prenez soins de vous et de votre maisonnée !

Salutations cordiales !

Sig : JP.G. dit « GRAND-LOUP » ou « GRANDELOUPO »

 

Secte, religion Païenne … Chap. N° 10 – Adoration de la Vraie Croix

Posté : 19 septembre, 2012 @ 1:28 dans Secte religion Païenne le Christianisme | Pas de commentaires »

Découverte de la Vraie Croix

Secte, religion Païenne ... Chap. N° 10 - Adoration de la Vraie Croix dans Secte religion Païenne le Christianisme Rel-Crux-Découverte-de-la-Vraie-Croix-Piero-della-Francesca

Secte,
Religion, Païenne, La Chrétienté

Pendant
quelques chapitres je vais vous écrire la
naissance
d’une religion
qui
est aujourd’hui la
première
mondiale par le nombre de ses fidèles
,
mais aussi par tous
les
Ordres Monastiques

ainsi que toutes les
sectes
se rattachant même indirectement

à cette
Religion-Mère
qui fonctionne
pour
ces Dirigeants

comme
une
secte.

Cette
religion,
embryon
du judaïsme
même
si elle
le
nie
,
les écrits politiques historiques prouvant le contraire et
confirmant sa
naissance
du judaïsme
,
prendra sa légitimité par un homme hors du commun des mortels un
Galiléen
du nom de Jésus le Nazôréen fils du charpentier de Nazareth.

Ces
seules armes
seront son Esprit de raisonnement,
de réflexion, son Verbe, son Amour
pour la race humaine
, rappelant toujours les
Lois indestructibles
de son
Père géniteur, que je
nomme EL-SHADDAÏ
—{ Dieu au-dessus
des Montagnes
} — comme Abram ou Abraham, son
véritable
NOM ayant été rendu « TABOU »
par les humains, qui l’ont supprimé de tous les « 
Écrits »,
en le remplaçant par un tétragramme « 
YHWH. »
et que cette religion nomme vulgairement « Dieu ».

Ce
Galiléen
fait
encore aujourd’hui couler beaucoup d’encre, car entouré d’un
« 
Mystère »
inexplicable de sa
naissance à sa mort, doté d’une rare « 
Sagesse »,
d’une
« Connaissance »
de la matière et de l’immatériel du corps humain, d’un pouvoir
incommensurable et d’une « 
Intelligence »
phénoménale.

Il
s’entoura de
soixante-douze
« 
Disciples »
dans lequel il choisit
douze
« 
Apôtres »
qui représentaient les
douze
Tributs d’Israël
.
Après les avoir enseignés sur les Lois et Préceptes de son Père
géniteur, puis sur un Enseignement personnel, il les envoyât sur la
surface de la Terre pour instruire tous les humains qui vivaient sur
celle-ci faisant des « Disciples », leur inculquant ce
onzième commandement.

Matthieu
XIX : 19, XXII : 39, Marc XII : 31
,
etc

« Tu
aimeras
EL-SHADDAÏ
ton Dieu
de
tout ton cœur, de toute ton âme et

« Tu
aimeras ton prochain comme toi-même ! »

Mais
aussi :

« Aime
ton frère

(semblable)
comme
ton âme ; veille sur lui comme sur la pupille

de
ton œil
. »
Papyrus Oxyrhynque I —

Ce
bel homme, à l’image de son Père
et
de ceux qui vivent avec lui, de caractère dur, autoritaire,
d’une
grande force
,
au verbe haut,
imposant
la crainte, le respect
,
mais aussi la gentillesse et l’amour fut tout le long de sa vie
parfaite sur la Terre, un « 
PARANGON. » 

De
l’enseignement de cet homme, les humains en ont fait en à peine IV
siècles
{ quatre cents ans }  une
Religion d’Idolâtre

C’est
cette histoire que j’écris ! …

 

Dernières
lignes du chapitre précédent

 

Le
20 Mai 325 à Nicée en Bithynie, il préside le premier
« Concile œcuménique » devant 250 à 300 Évêques.

Ils
signèrent un — « Symbole » — [ un accord ]
comportant le « CRÉDO », encore en usage
aujourd’hui dans toutes les Églises et Monastères.

A
ce Concile ils choisirent —— { pour être plus près de
la vérité, Constantin Ier et l’Évêque théologien Eusèbe de
Césarée, son ami,  sélectionnèrent, et firent choisir
…….}
—- les Évangiles, Lettres, Épîtres, pour former un « Codex »…
=  « Livres » , qu’ils relièrent ensemble
afin de former une  « Bible ».

Cette
réunion de « Livres » choisis fut nommée le
« Canon » du « Nouveau Testament »
Ils en firent de même avec les Écrits Anciens du Judaïsme, nommé
« Ancien Testament »

Le
sens du mot « Bible » fut transformé ce jour, en
latin, « biblia ». 

Le
mot « Bible » désignait dorénavant un ensemble
de « Livres Sacrés ».

 

Chapitre
N° 10

 

Adoration
de la Croix

Il
existait un nombre incalculable d’Églises.

A
ce Concile toutes les Églises furent réunies en deux Églises,
chacune avec son courant de pensés ; les Évêques qui
acceptèrent le « Credo », ce fut l’Église
« Orthodoxe », Orientale ….., les Évêques du courant
« Arien » —-[ subordination du Fils au Père
]—-fut l’Église de Rome, Occidentale.

Constantin
était plus proche de l’orient, il installa le Siège à Byzance,
nommé « La Nouvelle Rome ».

Puis
il rebaptisa la ville « Constantinople » ——
depuis 1649 Istambul —— et fit construire la
Basilique « Sainte Sophie ».

A
la fin de sa vie Constantin Ier, dit Le Grand, se rappela des
« ariens » et, c’est leur chef, l’Évêque Eusèbe de
Nicomédie, qui le baptisa sur son lit de mort en 337.

L’Église
doit beaucoup à Constantin grâce à ses Lois :

En
325
il impose le repos « Dominical » …

Il
autorise l’Église à recevoir des legs,…

En
329
pour renforcer le « Mariage », il devait y
avoir une cérémonie religieuse —- [ le « sacrement »
du mariage, c’est lui ! ] —- chrétienne avec un sacrement,…

Il
punit l’adultère d’une femme avec son esclave,…

En
331
il restreint le droit au divorce,…

En
333
il autorise l’affranchissement des esclaves,…

En
336
il promulgue une Loi pénalisant la bâtardise. …

On
ne dit plus les Églises mais « l’Église de Rome ».

Le
« Christianisme » ne deviendra officiellement « Religion
d’ÉTAT » que sous l’Empereur Théodose Ier en 380.

« Hélène »,
sa mère, chrétienne très croyante, en 326 entreprend un
pèlerinage en Palestine à la recherche de la « Croix du
Christ ».

Le
bois de cette « Croix » fut découvert sur le lieu
du calvaire appelé le « Golgotha » —- [ lieu
du crâne
] —, après que l’on fît détruire le Temple de
Vénus bâti par Hadrien, afin d’y ériger une Basilique — {
Basilique du Saint Sépulcre } — C’est au cours de ce
chantier qu’auraient été trouvées ces trois  « croix ».

Légende
ou réalité ? ……

Retranscriptions
des faits … !

« Hélène
vint à Jérusalem, inspirée par Dieu.

Un
signe céleste lui indiqua le lieu qu’elle devait creuser.

 Elle
en retira trois croix
, celle du Christ et celles des deux
larrons. Hélène demeura perplexe car comment reconnaître parmi
elles le bois sur lequel Jésus avait subi sa douloureuse agonie ?

Macaire,
l’évêque de Jérusalem, qui assistait l’impératrice dans ses
recherches, demanda qu’on amenât sur une civière une femme
mourante. Au contact de la première croix, la moribonde demeura
insensible : la seconde croix elle aussi, ne produisit aucun
effet, mais à peine la femme eut-elle touché la troisième
qu’aussitôt elle se leva et se mit à marcher avec entrain et à
louer Dieu.

 Ce
miracle permit ainsi de distinguer la « Vraie Croix ».

 Hélène
fit trois parts de cette croix, l’une destinée à Jérusalem, la
seconde à Constantinople, la troisième à Rome. »

Quelques
données historiques grâce à l’archéologie.

Le
matériel de torture Romain — « La Crucifixion »
—-, était composé de deux bois qui formaient un « ».

Le
supplicié était attaché par les poignets à une traverse de bois,
—- nommée « stauros » en grec = « patibulum »
en latin —- qu’il portait jusqu’au lieu de supplice. Arrivé,
il était cloué sur cette traverse par les poignets sans être
détaché. — { et non au milieu de la paume de la main
} — Cette traverse était fichée dans un pieu verticale, —
appelé « xylon » en
grec, c’est à dire bois, et « crux »
ou « furca » en latin
—- puis élevée, les pieds du condamné touchant presque le sol.

Le
tout formait ce que les Romains appelaient un « Crux » =
« T » …. d’où l’origine française « croix »

Pour
« 
Jésus-Christ »
le « patibulum »
fut légèrement
descendu pour laisser la place à une plaque de bois sur laquelle
était inscrit :  « 
Jésus
de Nazareth, Roi des
Juifs
 »
——« 
I.N.R.I. »,
voulu par Ponce
Pilate.

Le
torturé mourrait par asphyxie, après de longues heures de
souffrance. Pour certains, avant la tombée de la nuit, on leur
fracturait les tibias.

Au
IVème siècle l’Empire Romain étant devenu chrétien, ce supplice
fut abandonné.

On
oublia les circonstances réelles de la mort du Christ et l’image
de la « Croix » se
modifia pour devenir un objet de piété et d’adoration.

Après
ces quelques précisions, reprenons le cours des évènements avec
« Hélène ».

L’importance
de la découverte de cette relique, supposée le 3 mai 326,
donna naissance à la fête religieuse de « l’Invention de
la Sainte-Croix
 ».

Avant
de terminer un peu d’histoire sur cette «
 croix »

L’usage
de la croix en tant que symbole religieux remonte beaucoup plus loin
que l’époque du Christ et n’est donc pas seulement d’origine
chrétienne. Cela montre que la croix des Chrétiens est déjà
universelle avant même l’arrivée de Jésus.

La
croix
n’était
pas un
symbole
utilisé
par les premiers
chrétiens,
car
ils craignaient que ce symbole soit un signe qui les livre plus
rapidement encore aux terribles persécutions romaines
qui
ont ensanglanté les premiers siècles du Christianisme.

Après
la reconnaissance de la chrétienté par Constantin le Grand, mais
surtout après les empereurs Théodose, pour l’
Empire
d’Orient

et
Gratien,
pour l’
Empire
d’Occident
,
tous deux chrétiens, élèvent le
christianisme
au
rang de seule religion officielle et obligatoire par
l’Édit
du
28
février

380,
dit l’
édit
de Thessalonique
.

L’empereur
Gratien cesse alors de porter le titre de

pontifex
maximus

(souverain
pontife)
du culte romain.

Ce
titre
est
donné de
nouveau
à l’
évêque
de Rome

des
siècles plus tard.

Les
chrétiens ne craignant plus les persécutions et encore plus à
partir du Vème siècle, la croix commença à être représentée
sur des sarcophages, se sont des cercueils en pierre, des
lampes, des coffrets et d’autres objets. —- [ Sir Wallis Budge
ajoute dans Amulets and Talismans : « La croix ne
devint pas le principal emblème et symbole de la chrétienté avant
le IV
e siècle. » ] —

On
utilise une véritable croix pour de nombreux rites.

La
messe catholique et orthodoxe ne peut avoir lieu que si un crucifix
est présent sur ou à côté de l’autel du sacrifice.

La
croix
est également portée
lors
des
pèlerinages
,
des rassemblements et lors de cérémonies religieuses.

Deux
fêtes marquent, dans le calendrier liturgique catholique romain,
l’importance de cet objet :

 L’Invention
de la Croix 3 mai et l’Exaltation de la Croix 14 septembre.

L’adoration
de la
« Croix »
commence et devient le
signe officiel
de
la «
 Chrétienté »
et des
« Chrétiens »
début du
Vème siècle

Mais
il existe beaucoup de divisions dans cette religion, et, chacun
dessinera sa propre « Croix » …Catholiques, Orthodoxes,
Jérusalem, Malte, Templiers, etc.

Cet
emblème, la « Croix
 », selon son dessin,
servira de rassemblement pour s’entre-tuer avec ardeur et
allégresse entre chrétiens.
Depuis le Vème siècle
jusqu’à nos jours les chrétiens avec leur emblème se massacreront
sans aucune pitié sans aucun remord et tout cela au
nom de Jésus-Christ.

Regardez
bien une procession pour un Saint ou une Sainte quelconque en tête
du cortège vous avez le curé qui porte en effigie un crucifix, et
de chaque côté les emblèmes en porte-drapeau.

Voilà
comment en IV siècle vous êtes devenu des « Idolâtre »,
Vous les « Chrétiens », qui nommez des personnes comme
moi des « PAÏEN »…

Avec
ce qui est écrit ci-dessus vous allez avoir beaucoup de mal à me
prouver que votre religion n’est pas « Idolâtre »

Vos
offices ne peuvent se faire sans cette « Croix »
objet matériel façonné de mains d’humains.

Alors ?

Comment
pouvez-vous continuer à fréquenter ces Temples de l’Idolâtrie ?


est

passée
l’Époque des Apôtres et Disciples ?…

Vous
suivez vos dirigeants, Prêtres, Évêques, Cardinales, Papes, Popes,
Pasteurs …,qui se servent du Nom de Jésus le Nazaréen
en oubliant ses Enseignements, les Lois et Préceptes de son Père,
pour vous entraîner vers votre perte.

Vous
tous « Chrétiens » je commence à comprendre
pourquoi les bases du « Mal » vous sont agréables,
vanité, convoitise, orgueil, hypocrisie, mensonge, car se sont vos
pierres de fondement, vos piliers, vos pierres angulaires ! … !
… !

Moi
le « PAÏEN » je suis un menteur ? …Un
calomniateur ? …

Certes
pas ! …

Il
ne suffit que d’écouter les ouailles, les fidèles au sortir des
Églises, Cathédrales, Chapelle après la messe ou autre cérémonie
religieuse comme les enterrements ; ça pleure le « défunt »
et sa dénigre en même temps sur « Lui, le Mort » et les
autres humains qui sont présents ! …

Quelle
hypocrisie !….. !

Comme
disait un certain « Messie », je le cite : ( Mt 15 :
11, Év. De Thomas log. 14 ) 

{
«  Ce qui est mauvais, ce n’est pas ce
qui entre dans la bouche, mais, c’est ce qui en sort !… »
}….

—–
A méditer ! ……——-

En
attendant les prochains « Écrits » ou « Textes »,
vous laissant à votre réflexion, raisonnement, jugement personnel,
portez-vous bien ! Prenez soins de vous et de votre maisonnée !

Salutations
cordiales !

Sig :
JP.G. dit
« GRAND-LOUP » ou
« GRANDELOUPO »

Secte, religion … Chap. N° 9 –

Posté : 10 septembre, 2012 @ 3:14 dans Secte religion Païenne le Christianisme | 3 commentaires »

Secte, religion ... Chap. N° 9 -  dans Secte religion Païenne le Christianisme Rel-Constantin-Pont-de-Milvius-en-2012

Secte, Religion, Païenne, La Chrétienté

Pendant
quelques chapitres je vais vous écrire la naissance d’une religion qui est aujourd’hui la première mondiale par le nombre de ses fidèles,
mais aussi par tous les Ordres Monastiques
ainsi que toutes les sectes se rattachant même
indirectement à cette Religion-Mère
qui fonctionne pour ces Dirigeants
comme une secte.

Cette
religion, embryon du
judaïsme même si elle le nie,
les écrits politiques historiques prouvant le contraire et confirmant sa naissance du judaïsme, prendra sa légitimité
par un homme hors du commun des mortels un Galiléen du nom de Jésus le Nazôréen fils du charpentier de Nazareth.

Ces seules armes seront son Esprit de raisonnement, de réflexion, son Verbe, son
Amour pour la race humaine, rappelant toujours les Lois indestructibles
de son Père géniteur, que je nomme EL-SHADDAÏ —{ Dieu au-dessus des Montagnes } — comme Abram ou Abraham, son véritable NOM ayant été rendu « TABOU »  par les humains, qui l’ont supprimé de tous
les « Écrits », en le remplaçant par un tétragramme « YHWH. »
et que cette religion nomme vulgairement « Dieu ».

Ce
Galiléen fait encore aujourd’hui couler beaucoup d’encre, car entouré
d’un « Mystère »
inexplicable de sa naissance à sa mort, doté d’une rare « Sagesse », d’une « Connaissance » de la
matière et de l’immatériel du corps humain, d’un pouvoir incommensurable et
d’une « Intelligence » phénoménale.

Il
s’entoura de soixante-douze
« Disciples »
dans lequel il choisit douze
« Apôtres »
qui représentaient les douze Tributs d’Israël. Après les
avoir enseignés sur les Lois et Préceptes de son Père géniteur, puis sur un
Enseignement personnel, il les envoyât sur la surface de la Terre pour
instruire tous les humains qui vivaient sur celle-ci faisant des
« Disciples », leur inculquant ce onzième commandement.

Matthieu
XIX : 19, XXII : 39, Marc XII : 31, etc

« Tu aimeras EL-SHADDAÏ ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme
et

« Tu aimeras ton prochain comme
toi-même ! »

Mais aussi :

« Aime ton frère (semblable) comme ton âme ; veille sur lui
comme sur la pupille
de ton œil. » — Papyrus Oxyrhynque I —

Ce bel homme, à l’image
de son Père et de ceux
qui vivent avec lui, de caractère dur, autoritaire, d’une grande force, au verbe haut, imposant la crainte,
le respect, mais aussi la gentillesse et l’amour fut tout le long de sa
vie parfaite sur la Terre, un « PARANGON. »

De l’enseignement de cet
homme, les humains en ont fait en à peine IV
siècles
{ quatre cents ans }  une Religion d’Idolâtre

C’est cette histoire que
j’écris ! …

Dernières
lignes du chapitre précédent

 

Cet
Évangile ressemble étrangement en écriture à l’Évangile de Thomas !

Bizarrement
le Vatican ne parle pas de ces Écrits
mais les garde jalousement en le déclarant « Apocryphe ».

Après
ces quelques lignes, je peux me permettre de vous conseillez :

« Vous Tous les « Chrétiens », Catholiques, Orthodoxes,
Protestants, et vos innombrables Sectes, faites comme moi le « PAÏEN » …

Cherchez !…

Cherchez
encore… !

Vous
serez étonnés… !

Comme moi vous

deviendrez « PAÏEN »…! »

 

Chapitre
N° 9

 

Constantin


le Grand

 

Un
extrait de l’Évangile de Thomas
et du premier Évangile de Matthieu
en araméen ou il est écrit

JÉSUS
a dit :

—-« Que celui
qui cherche ne cesse de chercher, jusqu’à ce qu’il trouve. Et quand il aura
trouvé, il sera troublé ; quand il sera troublé, il sera émerveillé, et il
régnera ;…et ayant régné il atteindra le repos. »

—-« Le
Royaume est à l’intérieur de vous
 ; et il est à l’extérieur de
vous.
Lorsque vous vous connaîtrez, alors on vous connaîtra ; et vous
saurez que c’est vous les fils du PÈRE [ EL-SADDAÏ ]  vivant. »

—-« Reconnais ce qui est devant
ta face, et ce qui t’es caché te sera dévoilé. Car il n’y a rien de caché qui
ne sera manifesté, rien de couvert qui restera sans être dévoilé, et rien de ce
qui a été enseveli qui ne sera soulevé. »…[ Papyrus Oxyrhynque 654.  Mt 10 :26, Mc 4 :22, Lc
8 :17 ; 12 :2.]

Je
vous laisse à votre réflexion car ces paroles-là, jamais vous entendrez un Curé
les prononcer, cela détruirait leur « Dogmes ».

Oui ! Approfondissez bien ces paroles de
Jésus le Nazaréen.

L’empereur
romain « Néron » en
64
ap. JC., par ses
persécutions fit connaître cette « Secte »,
les « Nazôréens » ou les « Nazaréniens »,
qui prirent de l’ampleur.

C’est
l’ère primitive du christianisme…. 200, 250 années passent

Les
« Théologiens »
de tout horizon s’affrontent ! …

Les
chefs des « Assemblées »
— { les Églises } — sont appelés « ÉVÊQUE »,
…[ l’Évêque de Rome, d’Antioche, de Jérusalem, de Philadelphie, de Smyrne, de
Nicée,……]

Plus
de 2000 Lettres, Épîtres, Évangiles circulent entre les Églises.

Comme
toujours certains de ces responsables s’aperçoivent de la richesse …{ en
propre, comme au figuré }…de toutes ces communautés désordonnées, alors ils
fixent des règles, et en prennent le commandement.

Ils
dotent ces communautés d’un « Conseil »
avec à sa tête …{ le nom} …. un « Évêque » — du grec « épiskopos » = surveillant,
protecteur — ou un « Presbytre » — du grec « presbytéros »
= ancien — Le premier terme finira par
l’emporter. L’Évêque sera assisté par un « Diacre » — du grec « diakonos » = serviteur —

Ils
seront désignés comme « Les Pères Apostoliques », dont Ignace d’Antioche,
Clément de Rome, Polycarpe de Smyrne, Papias, Hermas Le Pasteur, Hégésippe,
etc.

C’est Ignace d’Antioche qui décida que l’Évêque était le représentant
de « DIEU »
sur la Terre.

Étonnant ! …
Non ! …

Quant
à l’humilité conseillée par Jésus le
Nazaréen ! … ? … ?

—[ le commencement de la corruption des
Paroles de JÉSUS le Nazaréen]—-

Ce
sont ces mêmes « Dignitaires »
qui, se réunissant en « Concile »,
comme celui de Carthage en 216 qui a réuni plus de 71 « Évêques » du
Bassin Méditerranéen, compris ceux des Régions et Pays plus lointain,
élaborèrent les Lois et Doctrines—-{
dogmes
}—du « Christianisme »
naissant, et
imposèrent un corpus de tous les textes qui circulaient, les choisissant, faisant autorité…

C’est le premier « CANON »….

A ce  « Colloque »  ils choisirent  les Évangiles « synoptiques »
….Matthieu, Marc, Luc……Les autres
« Conciles »  furent
nommés  « œcuménique »  [ qui rassemble l’ensemble des Églises], « Concile œcuménique » de Nicée en 325,
Constantinople en
381, Éphèse en 431,….. ,
….,

Fin du Ier, début du IIème siècle les « Nazôréens » {
premiers Chrétiens } commencent à conserver pieusement des reliques des Apôtres
et Disciples ….vêtements, ossements, peintures, tableaux, sculptures,……et leur
accordent une certaine dévotion.

Les Évêques, et surtout les théologiens sont
déclarés « SAINT » après leur décès.

Les décennies passent… !

IIIème
siècle…!

Les « Nazôréens »
ou « Nazaréens »
sont appelés « CHRÉTIENS »….. !

Jésus de Nazareth est nommé « Jésus-Christ »
—- du grec « Christos »
= sauveur, salut, Messie, ou du langage courant oindre, enduire,
graisser — du latin « Crux » = Croix transformée
en « Christ »
= Jésus sur la Croix
= « Jésus-Christ » —

La
« Chrétienté »
stagne !…

Au
gré des Empereurs Romains qui se succèdent, il y a, ou il n’y a pas de
persécutions contre les chrétiens.

Cette « Religion » a bien changé !…

Il existe une multitude de courant qui se
combattent pour imposer, « sa Doctrine », « sa Pensé » : adoptianisme,
sabellianisme, donatisme, melècisme, apollinarisme, etc.

Les Évêques théologiens, Traducteurs, Docteurs de
théologie, Copistes ou Scribes,
transforment, suppriment,
rajoutent les textes
originels !

L’enseignement de Jésus-Christ, des Apôtres et Disciples
de celui-ci et des premiers Chrétiens —- les « Nazôréens », — est bien loin !…

C’est
la « Doctrine » des hommes, leurs pensés, leur façon de
comprendre les « Écritures »
qui fait « Loi »
et « Foi »
au « Nom
de Jésus-Christ notre Seigneur » disent-ils, de ce « DIEU »
égal à son « Père » … !
… ! — [ je ne fait que les citer ]—-

Nous voilà au début du IVème siècle …. !

L’Empereur
romain Dioclétien — 245-313,
son règne 284 à 305 —-, est au pouvoir.

En 293 il fait une « tétrarchie » de l’Empire { gouvernement à quatre }… Dioclétien, l’Orient….Maximien, l’Italie et l’Afrique….Galère, l’Illyrie et les régions du
Danube….Constance, la Bretagne,
la Gaule et l’Espagne.

A
l’instigation de Galère, en 303,
Dioclétien mène des persécutions très brèves, d’une cruauté inégalée, qui
furent les plus meurtrières contre les Chrétiens — La Grande persécution
– qui restera marquée dans les mémoires jusqu’au VIème siècle — …

Il
aura l’intelligence de céder le pouvoir à Constance en 305.

Constantin Ier,
né à Naissus, aujourd’hui Nis en Serbie, le 27 Février 272 et mort le 22 mai 337 près de
Nicomédie, fils de Constance et de sa première épouse Hélène.

Constantin Ier, en 305, rejoignit son père,
Constance, devenu « Auguste »
après l’abdication de Dioclétien et de Maximien Hercule, en Bretagne Grande —-  l’Angleterre actuelle, qui doit son nom à une peuplade
germanique du Nord de l’Europe, les « Angles », qui venaient du
Danemark, de Frise, des Iles de Fyn avec sa cité Odense, et de Sjaelland avec
sa cité Copenhague
—– Un an après, en 306, son père étant décédé, il est proclamé « César » par ses troupes.

Puis
il épousa la sœur de Maxence, Fausta, et prit le titre « d’Auguste »…….

En
311
il existe
quatre « Augustes »
dans l’Empire romain : Maximin Daïa
neveu de Galère, Constantin,
Licinius et Maxence.

Entre ces
quatre c’est la guerre pour prendre le titre d’ « Empereur »…

En 312 Maxence qui a les faveurs de Rome se
fait proclamer « Auguste » et
rallie toute l’Italie à sa cause en accusant Constantin de parricide et de
rebelle.

A
l’est les deux
« tétrarques », Licinius et Maximin Daïa s’opposent pour le contrôle de la partie Orientale de
l’Empire.

Après
avoir scellé une alliance avec Licinius —- { qui épousa sa demi-sœur Constantina } —,
Constantin part à la conquête de
l’Italie et de Rome.

Celui
qui tiendrait la route de Rome aurait les faveurs du SÉNAT et serait
« Empereur ».

Les deux armées —-[ Constantin—Maxence]
— s’affrontèrent à SAXA RUBA …. { Les Roches Rouges } …, sur la via Flaminia à 10 Km au Nord-est de la
Capitale. Maxence choisit de combattre devant le « PONT MILVIUS » qui enjambe le TIBRE.
La possession de ce pont est essentielle pour Maxence…..c’est la route de Rome.

Nous sommes le 28 Octobre  312 au matin … !

Les troupes ?….

Constantin, ….1 à 4 pour 10 Maxence….. ! …

Environ 150.000 hommes vont se battre !…

Romains contre Romains …. !

Maxence dispose des cohortes prétoriennes et des
troupes de protection de la ville, les « Vigiles »… ! —— [ Eusèbe de Césarée et d’autres
commentateurs,….ont estimé les forces….ils ont écrit : 1 à 4 soldats de
Constantin contre 10 à Maxence
…..] —–

Réalité
ou Légende … ?

Avant
la bataille les troupes de Constantin semblent battues, perdues… !

Sur
de sa victoire Maxence fait construire un pont mobile … { fait de bateaux
alignés }

Son armé traverse et se positionne devant le Pont Milvius… !

Constantin implore ses « DIEUX »… !

Regarde le ciel ! …

Dans
le ciel des nuages d’altitude fins, forment comme un « » et un « P »
entremêlés et en plus le soleil les rend lumineux.

Constantin
est, — comme moi — « païen », mais il y voit un
« Signe », les lettres du mot « CHRIST » en grec, et
regardant ces cirrus il a l’impression d’entendre une voix lui disant en
grec :—-traduit en latin—

-«  In hoc signo vinces » = « Tu vaincras par ce « signe » ».

Alors Constantin jure que, s’il gagne cette
bataille, il se fait « CHRÉTIEN ».

Dans
l’élan il fait peindre en rouge les « signes » du ciel
« X » « P » sur tous les boucliers de ses soldats, — [ ce signe de la croix avec la lettre mélangée « XP » deviendra
l’emblème de la chrétienté combattante de l’Empire d’Orient ]—- les exhorte, et les envoie au
combat……

La
lutte fait rage !…

Les
troupes de Maxence se replient vers le pont !…

Les
pertes en hommes pour Maxence sont énormes !…

Ses
soldats sont maintenant acculés au « Pont
Milvius
 »…!

Alors que Maxence se repliait vers Rome en
traversant un pont mobile, ses ingénieurs pris de panique sectionnèrent les
amarres et les attaches de celui-ci… !

Les
bateaux furent emportés dans la tourmente du fleuve, entraînant dans la mort,
Maxence et plusieurs centaines d’hommes.

La
victoire de Constantin est
grandiose !…

Il
est accueilli à Rome et est proclamé « Empereur »
d’Occident.

Constantin
respecte sa « parole » .

Il
dédit sa victoire au « Dieu »
des Chrétiens. Puis il interdit la persécution des chrétiens sur son empire, et
la déclare religion d’État.

Le 20 Mai 325 à Nicée
en Bithynie, il préside le premier
« Concile œcuménique » devant 250 à 300 Évêques.

Ils
signèrent un — « Symbole »
— [ un accord ] comportant le « CRÉDO »,
encore en usage aujourd’hui dans toutes les Églises et Monastères.

A
ce Concile ils choisirent —— { pour être plus près
de la vérité, Constantin Ier et l’Évêque théologien Eusèbe de Césarée, son
ami,  sélectionnèrent, et firent choisir
…….} —- les Évangiles, Lettres,
Épîtres, pour former un « Codex »…
=  « Livres » ,
qu’ils relièrent ensemble afin de former une
« Bible ».

Cette
réunion de « Livres »
choisis fut nommée le « Canon »
du « Nouveau Testament »
Ils en firent de même avec les Écrits Anciens du Judaïsme, nommé « Ancien Testament »

Le sens du mot « Bible » fut transformé ce jour, en
latin, « biblia ».

Le mot « Bible » désignait dorénavant un ensemble de « Livres Sacrés ».

Il
vous faudra attendre quelques jours pour la prochaine lecture !

Portez-vous
bien et prenez soin de vous !

Cordialement

Sig : JP.G. dit « GRANDELOUPO »

Secte, religion le… Chap. N°8 –

Posté : 3 septembre, 2012 @ 12:05 dans Secte religion Païenne le Christianisme | Pas de commentaires »

Secte, religion le... Chap. N°8 -  dans Secte religion Païenne le Christianisme Rel-Pépin-le-Bref

Secte, Religion, Païenne, La Chrétienté

Pendant
quelques chapitres je vais vous écrire la naissance d’une religion qui est aujourd’hui la première mondiale par le nombre de ses fidèles,
mais aussi par tous les Ordres Monastiques
ainsi que toutes les sectes se rattachant même
indirectement à cette Religion-Mère
qui fonctionne pour ces Dirigeants
comme une secte.

Cette
religion, embryon du
judaïsme même si elle le nie,
les écrits politiques historiques prouvant le contraire et confirmant sa naissance du judaïsme, prendra sa légitimité
par un homme hors du commun des mortels un Galiléen du nom de Jésus le Nazôréen fils du charpentier de Nazareth.

Ces seules armes seront son Esprit de raisonnement, de réflexion, son Verbe, son
Amour pour la race humaine, rappelant toujours les Lois indestructibles
de son Père géniteur, que je nomme EL-SHADDAÏ —{ Dieu au-dessus des Montagnes } — comme Abram ou Abraham, son véritable NOM ayant été rendu « TABOU »  par les humains, qui l’ont supprimé de tous
les « Écrits », en le remplaçant par un tétragramme « YHWH. »
et que cette religion nomme vulgairement « Dieu ».

Ce Galiléen fait encore aujourd’hui couler
beaucoup d’encre, car entouré d’un « Mystère »
inexplicable de sa naissance à sa mort, doté d’une rare « Sagesse », d’une « Connaissance » de la
matière et de l’immatériel du corps humain, d’un pouvoir incommensurable et
d’une « Intelligence » phénoménale.

Il s’entoura de soixante-douze « Disciples » dans lequel il choisit douze « Apôtres » qui
représentaient les douze Tributs d’Israël. Après les avoir
enseignés sur les Lois et Préceptes de son Père géniteur, puis sur un
Enseignement personnel, il les envoyât sur la surface de la Terre pour
instruire tous les humains qui vivaient sur celle-ci faisant des
« Disciples », leur inculquant ce onzième commandement.

Matthieu
XIX : 19, XXII : 39, Marc XII : 31, etc

« Tu aimeras EL-SHADDAÏ
ton Dieu de tout ton cœur, de toute
ton âme et

« Tu
aimeras ton prochain comme toi-même ! »

Mais aussi :

« Aime ton frère (semblable) comme ton âme ; veille sur lui
comme sur la pupille
de ton œil. » — Papyrus Oxyrhynque I —

Ce bel homme, à l’image de son Père et de ceux qui vivent avec lui, de caractère dur,
autoritaire, d’une grande force, au verbe haut, imposant la crainte, le respect, mais aussi la gentillesse et
l’amour fut tout le long de sa vie parfaite sur la Terre, un « PARANGON. »

De l’enseignement de cet
homme, les humains en ont fait en à peine IV
siècles
{ quatre cents ans }  une Religion d’Idolâtre

C’est cette histoire que
j’écris ! …

Dernières
lignes du chapitre précédent

 

Certains
critiques   littéraires :

—- « La littérature
consacrée à Jésus ou attribuée aux Apôtres :

« Ce qui favorise la
suivie d’un Texte ou l’entrave, c’est le rapport qu’entretient le Texte avec la
vérité doctrinal du moment. Cette remarque se vérifie à propos de la
littérature Chrétienne, dite patristique du IIème et IIIème siècle
et suivant. Ce n’est pas la vérité historique ni
l’authenticité qui facilitèrent la suivie d’un Écrit ou sa mort. De nombreux
« souvenirs » inauthentiques ont survécu, alors que d’innombrables
« souvenirs » historiques se sont estompés—-« le
dogme »—-//

Certaines sentences de Jésus furent
créées de toutes pièces pour répondre à un besoin pressant tel
que :

[ On créa à
Antioche un système hiérarchique et, pour le conforté un Évêque
« prophète chrétien » s’estimant inspiré, prononça pour la première
fois la fameuse sentence
 ]

Tu es
Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Église
——

 

Chapitre N°8

 

Véritable
premier Pontife – PAPE – Étienne II

 

De
même, pour libéraliser les pratiques alimentaires en milieu pagano-chrétien on
attribua une valeur normative à une vision :


celle de l’Apôtre Pierre qui, en prière, vit une foule d’animaux purs et impurs
et reçut l’ordre d’en tuer et d’en manger sans distinction. —Act. 10–9.16.]

Aujourd’hui nous
connaissons
la véracité de certains « ÉCRITS » plus véridiques que
quelques livres canoniques du « Nouveau Testament » grâce aux
archéologues qui confirment les écrits et traductions de Celse, Arius Justin,
Méliton de Sardes, Origène, Clément d’Alexandrie, Eusèbe de Césarée,  Épiphane et tous les autres. » —-

Autre
démonstration…

Au
cours du VIIIème concile de l’Église à Constantinople en 869, Constantinople IV, il a été décrété la suppression de l’esprit dans le 11ème
canon, l’âme comportant désormais une partie spirituelle.

C’est de cette époque que date la confusion entre
âme et esprit.

Auparavant,
on associait l’esprit à la pensée et l’âme au sentiment. La trichotomie, corps, âme et esprit, a été remplacée
par la dichotomie, corps et âme. On
est donc passé d’une vision de l’homme dans laquelle l’âme équilibre le conflit
entre le corps et l’esprit à une vision dans laquelle le corps s’harmonise avec l’âme ou l’esprit.

Pour mettre de la
confusion on ne fait pas mieux

Tout ce qui est écrit
ci-dessus ne vient pas de moi, mais des discussions des Dirigeants de l’époque
qui étaient Évêques.

Voici
comment l’Église des Chrétiens en ait arrivé à nommer un Évêque
« Pape »

J’ai bien dit « ÉVÊQUES » et non « PAPE » !… !

Nous
sommes en l’an 492, Gélase Ier est Évêque de Rome  — { faussement appelé pape, car cette fonction
n’existe pas encore. Encore un mensonge de « chrétien »  La
preuve ci-dessous
}

Gélase
Ier fait parvenir à Anastase, l’empereur romain de l’époque, une lettre où il
formule avec clarté le principe qui selon lui doit inspirer les relations entre
[--- le terme exact est l’évêché de Rome ---] la « papauté » et
l’Empire.

« Deux pouvoirs, auguste
Empereur, règnent sur le monde :

Le
pouvoir sacré des
évêques
et le pouvoir des rois.

Le pouvoir des évêques l’emporte d’autant plus sur celui des rois que les évêques auront à répondre au tribunal de Dieu
de tous les hommes, fussent-ils rois.

Votre pieuse majesté ne pourra donc qu’en conclure que personne, en
aucun temps, sous aucun prétexte humain, ne pourra jamais se dresser contre la
fonction absolument unique de cet homme que
le précepte du Christ lui-même a placé à la tête de tous et que la Sainte Église reconnaît comme son chef. »

Comme
je vous l’ai déjà écrit, je sais lire ! …

Il
est bien écrit : « Le pouvoir de l’Évêque »,
et après qu’il est placé à la tête de tous comme « chef »,
au-dessus des Empereurs.

Il
n’a pas écrit « Pape ou Pontife » ! …

—Petite histoire….751,….752,…Après JC.

L’Évêque Boniface couronne Pépin
le Bref
« Roi des Francs »
à Soisson.

Environ
trois ans après, en 754, le nouvel Évêque de Rome, Étienne II, fait appel à Pépin le Bref ;
celui-ci à une dette d’honneur envers l’évêché de Rome. Pépin va battre les
Lombards et offre tous les territoires conquis à Étienne II.

Étienne en profite pour ce déclaré « Pontife », c’est à dire « PAPE » de ces territoires.

Ce sont les premiers « États Pontificaux ».

Pour
asseoir définitivement son autorité avec les Pays Chrétiens, il couronne une seconde fois Pépin le Bref à l’abbaye de Saint-Denis « Roi
des Francs
 » et « Patrice des Romains »,…c’est à dire Noble….., bénit Bertrade
de Laon
— ( Berthe aux grands pieds ) — femme de Pépin, puis sacre les
deux fils de Pépin, Carloman Ier et
Charles ( Charlemagne), roi.

Dès lors Pépin
Bref
se considère le ROI
par la volonté de Dieu ; le principe de cette
royauté durera onze cents ans en
France.

Le véritable premier « PAPE » est !…

Aux
premiers siècles la « Clèrogamie »
était autorisée, c’est à dire
concubinage, mariage des gens d’Église, Prêtre, Évêque, Pape, Cardinal…

Ces
dirigeants faisaient vœux de « Chasteté » ;
chasteté
signifiant une sexualité ordonnée, ne pas confondre avec la « Continence » qui
signifie—« abstention
de relations sexuelles
 »— comme dans certains Monastères et
Couvents.

La chasteté
pour la personne « célibataire »
est une sexualité non active, mais qui s’exprime par l’amitié, l’énergie donné
pour l’autre,…pour la personne « marié » c’est la
fidélité à l’autre, son attachement

Il
faut attendre le concile œcuménique de « Vatican
I »

Le
18 Juillet 1870
le pape PIE IX
défini la primauté universelle
du droit divin —– « le PAPE est divinement révélé »
—– en conséquence  « l’infaillibilité pontificale » ……

Par
la suite à ce même concile, il rend obligatoire la « Continence »
pour tous les Prélats.

Le mariage de ceux-ci est interdit.

Comment un
homme aussi imparfait que Vous et Moi peut-il déclarer de telles forfaitures ?…

De
tels blasphèmes …? … ?

Depuis ce jour ils, « ces Pontifes », se croient des
représentants du  « TRÈS-HAUT » !…

Écœurant !…

Une
autre réalité !…… Le
Vatican !….

La
bibliothèque du Vatican possède 1.600.000
livres antiques et modernes.  150.000
manuscrits, parchemins et documents d’archives. 100.000 documents et incisions. 8300 incunables—–du latin « berceau » enfance de
l’imprimerie—–dont plusieurs dizaines en parchemin, + 300.000 monnaies et médailles, sans
compter 20.000 objets d’art, mais voici le meilleur,…disons plutôt les
meilleurs !….

Une petite
parenthèse——-

Le
Codex « Alexandrinus » datant
du Vème siècle est conservé à la British-Library

Le
Codex « Sinaïticus »
découvert en 1844 dans le monastère de Sainte-Catherine au Sinaï est conservé
au British-Muséum. Ce codex est de la même époque, de la même origine que le
codex Vaticanicus—–320–330, IVème
siècle.

Le meilleur !…

Le
Codex « Vaticanicus »,
manuscrit en « Vélin », écrit en grec « oncial »—–ancien
grec—–, daté du IVème siècle,
320—330.

Il
s’agit de l’un des plus anciens manuscrits de la Bible, le plus complet, Ancien et Nouveau Testament confondus.
C’est peut-être l’un des 50 exemplaires commandés par l’empereur « CONSTANTIN Ier » à Eusèbe de Césarée –265–339– Évêque théologien et historien.

Un « CODEX » :

C’est un assemblage de feuillets en parchemin,
manuscrits, qui forme un parallélépipédique. Ceci est l’ancêtre du « Livre ». Le codex remplace
les « Rouleaux »

Le Codex
« Vaticanus »
—- comme le « Sinaïticus »
—– en plus des « Livres » que nous connaissons, comprend, pour
l’Ancien Testament le — « Livre
d’Hénoch » et le  « Livre des Jubilés » — [--seule la Bible Éthiopienne
a gardé ces Livres --] –, pour
le Nouveau Testament, après l’Apocalypse de Jean il y a : Épître de Barnabé, Épître d’Hermas le Pasteur, Épître des Apôtres, Épître de Jacques, la Deuxième Épître de Pierre, la Deuxième et Troisième
Épître de Jean,  Évangile de Pierre, Évangiles des Hébreux
qui a été la source de l’évangile canonique de Matthieu,……en fin de Livre les Écrits de Papias, Épître de Clément de Rome,
Deuxième Épître de Clément de Rome, la « Didaché »
qui signifie « enseignement » appelé aussi « Doctrine des Douze
Apôtres » , que je vous conseille de lire, moi le PAÏEN, et vous vous apercevrez que
c’est le « Père »,
c’est-à-dire le Très-Haut —
« EL-SHADDAÏ » —, qui est prié et non Jésus le Nazaréen, son Fils
unique. LUI, il est le « Serviteur » de son « Père ». ……Les Lettres
d’Ignace d’Antioche, aux
Éphésiens, Magnésiens, Tralliens, Romains, Philadelphiens, Smyrniotes, à  Polycarpe de Smyrne, ces Lettres sont plus
authentiques que certains Écrits Pauliniens.

Ma
plus grande « utopie »,
mon plus grand « fantasme »
serait de visiter —-  « l’Enfer ». —–

Je
suis sûr, convaincu même, que dans cet « Enfer »
je ferai des découvertes sensationnelles, merveilleuses, de quoi remplir
mon   « Cœur » et mon « Esprit ».

Ah !
Excusez-moi !

« L’Enfer »
est une pièce de la bibliothèque du Vatican,  plus sécurisée que les plus importants
coffres-forts mondiaux,  où sont gardées
jalousement des Écrits comme des Évangiles, Lettres, Épîtres, Livres, Documents
…,—-[ de véritables Manuscrits datés du IIème, IIIème, IVème siècle et
suivant, car il ne faut pas oublier qu’il y avait plus de deux milles –2000–
Lettres et Epîtres qui circulaient dans tout le bassin Méditerranéen  à cette époque. Il y a de quoi faire tirer
une langue de 15 mètres
à tous les « Paléontologues »
]— que l’on ne veut pas
montrer au public pour des raisons …
religieuses …ou moral

PAPIAS !

Cet
homme peut connu des catholiques d’aujourd’hui, a fréquenté dans sa jeunesse
quelques Apôtres et Disciples qui étaient avec Jésus le Nazaréen, tout particulièrement l’apôtre Jean. Il connaît les filles de l’apôtre
Philippe, et est en relation
avec Polycarpe de Smyrne son
ami. Il a écrit un ouvrage de cinq Livres intitulé « Explication des Paroles de [ du Seigneur ]
Jésus le Nazaréen ».

Il
a lu le Ier Évangile de Matthieu ;
cet Évangile est écrit en « Logia de Jésus »—–[ Jésus a dit ----- Jésus
a fait ---]—- dans la langue hébraïque du
Messie, « ….l’Araméen….. »

Cet
Évangile ressemble étrangement en écriture à l’Évangile de Thomas !

Bizarrement
le Vatican ne parle pas de ces Écrits
mais les garde jalousement en le déclarant « Apocryphe ».

Après
ces quelques lignes, je peux me permettre de vous conseillez :

« Vous
Tous les « Chrétiens »,
Catholiques, Orthodoxes, Protestants, et vos innombrables Sectes, faites comme
moi le « PAÏEN » …

Cherchez !…

Cherchez
encore… !

Vous
serez étonnés… !

Comme moi vous
deviendrez « PAÏEN »…! »

Prochainement la
suite de ces Textes !

En attendant prenez soin de
vous et de vos proches !

Portez-vous bien ! …

Salutations cordiales à tous

Sig :
JP.G. dit  « GRANDELOUPO »

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus