Discernement Philosophie par Grandeloupo

Bienvenue à Tous et bonne lecture !…. Aprés, vous êtes libre de votre réflexion !

Archive pour le 19 septembre, 2012

Secte, religion Païenne … Chap. N° 10 – Adoration de la Vraie Croix

Posté : 19 septembre, 2012 @ 1:28 dans Secte religion Païenne le Christianisme | Pas de commentaires »

Découverte de la Vraie Croix

Secte, religion Païenne ... Chap. N° 10 - Adoration de la Vraie Croix dans Secte religion Païenne le Christianisme Rel-Crux-Découverte-de-la-Vraie-Croix-Piero-della-Francesca

Secte,
Religion, Païenne, La Chrétienté

Pendant
quelques chapitres je vais vous écrire la
naissance
d’une religion
qui
est aujourd’hui la
première
mondiale par le nombre de ses fidèles
,
mais aussi par tous
les
Ordres Monastiques

ainsi que toutes les
sectes
se rattachant même indirectement

à cette
Religion-Mère
qui fonctionne
pour
ces Dirigeants

comme
une
secte.

Cette
religion,
embryon
du judaïsme
même
si elle
le
nie
,
les écrits politiques historiques prouvant le contraire et
confirmant sa
naissance
du judaïsme
,
prendra sa légitimité par un homme hors du commun des mortels un
Galiléen
du nom de Jésus le Nazôréen fils du charpentier de Nazareth.

Ces
seules armes
seront son Esprit de raisonnement,
de réflexion, son Verbe, son Amour
pour la race humaine
, rappelant toujours les
Lois indestructibles
de son
Père géniteur, que je
nomme EL-SHADDAÏ
—{ Dieu au-dessus
des Montagnes
} — comme Abram ou Abraham, son
véritable
NOM ayant été rendu « TABOU »
par les humains, qui l’ont supprimé de tous les « 
Écrits »,
en le remplaçant par un tétragramme « 
YHWH. »
et que cette religion nomme vulgairement « Dieu ».

Ce
Galiléen
fait
encore aujourd’hui couler beaucoup d’encre, car entouré d’un
« 
Mystère »
inexplicable de sa
naissance à sa mort, doté d’une rare « 
Sagesse »,
d’une
« Connaissance »
de la matière et de l’immatériel du corps humain, d’un pouvoir
incommensurable et d’une « 
Intelligence »
phénoménale.

Il
s’entoura de
soixante-douze
« 
Disciples »
dans lequel il choisit
douze
« 
Apôtres »
qui représentaient les
douze
Tributs d’Israël
.
Après les avoir enseignés sur les Lois et Préceptes de son Père
géniteur, puis sur un Enseignement personnel, il les envoyât sur la
surface de la Terre pour instruire tous les humains qui vivaient sur
celle-ci faisant des « Disciples », leur inculquant ce
onzième commandement.

Matthieu
XIX : 19, XXII : 39, Marc XII : 31
,
etc

« Tu
aimeras
EL-SHADDAÏ
ton Dieu
de
tout ton cœur, de toute ton âme et

« Tu
aimeras ton prochain comme toi-même ! »

Mais
aussi :

« Aime
ton frère

(semblable)
comme
ton âme ; veille sur lui comme sur la pupille

de
ton œil
. »
Papyrus Oxyrhynque I —

Ce
bel homme, à l’image de son Père
et
de ceux qui vivent avec lui, de caractère dur, autoritaire,
d’une
grande force
,
au verbe haut,
imposant
la crainte, le respect
,
mais aussi la gentillesse et l’amour fut tout le long de sa vie
parfaite sur la Terre, un « 
PARANGON. » 

De
l’enseignement de cet homme, les humains en ont fait en à peine IV
siècles
{ quatre cents ans }  une
Religion d’Idolâtre

C’est
cette histoire que j’écris ! …

 

Dernières
lignes du chapitre précédent

 

Le
20 Mai 325 à Nicée en Bithynie, il préside le premier
« Concile œcuménique » devant 250 à 300 Évêques.

Ils
signèrent un — « Symbole » — [ un accord ]
comportant le « CRÉDO », encore en usage
aujourd’hui dans toutes les Églises et Monastères.

A
ce Concile ils choisirent —— { pour être plus près de
la vérité, Constantin Ier et l’Évêque théologien Eusèbe de
Césarée, son ami,  sélectionnèrent, et firent choisir
…….}
—- les Évangiles, Lettres, Épîtres, pour former un « Codex »…
=  « Livres » , qu’ils relièrent ensemble
afin de former une  « Bible ».

Cette
réunion de « Livres » choisis fut nommée le
« Canon » du « Nouveau Testament »
Ils en firent de même avec les Écrits Anciens du Judaïsme, nommé
« Ancien Testament »

Le
sens du mot « Bible » fut transformé ce jour, en
latin, « biblia ». 

Le
mot « Bible » désignait dorénavant un ensemble
de « Livres Sacrés ».

 

Chapitre
N° 10

 

Adoration
de la Croix

Il
existait un nombre incalculable d’Églises.

A
ce Concile toutes les Églises furent réunies en deux Églises,
chacune avec son courant de pensés ; les Évêques qui
acceptèrent le « Credo », ce fut l’Église
« Orthodoxe », Orientale ….., les Évêques du courant
« Arien » —-[ subordination du Fils au Père
]—-fut l’Église de Rome, Occidentale.

Constantin
était plus proche de l’orient, il installa le Siège à Byzance,
nommé « La Nouvelle Rome ».

Puis
il rebaptisa la ville « Constantinople » ——
depuis 1649 Istambul —— et fit construire la
Basilique « Sainte Sophie ».

A
la fin de sa vie Constantin Ier, dit Le Grand, se rappela des
« ariens » et, c’est leur chef, l’Évêque Eusèbe de
Nicomédie, qui le baptisa sur son lit de mort en 337.

L’Église
doit beaucoup à Constantin grâce à ses Lois :

En
325
il impose le repos « Dominical » …

Il
autorise l’Église à recevoir des legs,…

En
329
pour renforcer le « Mariage », il devait y
avoir une cérémonie religieuse —- [ le « sacrement »
du mariage, c’est lui ! ] —- chrétienne avec un sacrement,…

Il
punit l’adultère d’une femme avec son esclave,…

En
331
il restreint le droit au divorce,…

En
333
il autorise l’affranchissement des esclaves,…

En
336
il promulgue une Loi pénalisant la bâtardise. …

On
ne dit plus les Églises mais « l’Église de Rome ».

Le
« Christianisme » ne deviendra officiellement « Religion
d’ÉTAT » que sous l’Empereur Théodose Ier en 380.

« Hélène »,
sa mère, chrétienne très croyante, en 326 entreprend un
pèlerinage en Palestine à la recherche de la « Croix du
Christ ».

Le
bois de cette « Croix » fut découvert sur le lieu
du calvaire appelé le « Golgotha » —- [ lieu
du crâne
] —, après que l’on fît détruire le Temple de
Vénus bâti par Hadrien, afin d’y ériger une Basilique — {
Basilique du Saint Sépulcre } — C’est au cours de ce
chantier qu’auraient été trouvées ces trois  « croix ».

Légende
ou réalité ? ……

Retranscriptions
des faits … !

« Hélène
vint à Jérusalem, inspirée par Dieu.

Un
signe céleste lui indiqua le lieu qu’elle devait creuser.

 Elle
en retira trois croix
, celle du Christ et celles des deux
larrons. Hélène demeura perplexe car comment reconnaître parmi
elles le bois sur lequel Jésus avait subi sa douloureuse agonie ?

Macaire,
l’évêque de Jérusalem, qui assistait l’impératrice dans ses
recherches, demanda qu’on amenât sur une civière une femme
mourante. Au contact de la première croix, la moribonde demeura
insensible : la seconde croix elle aussi, ne produisit aucun
effet, mais à peine la femme eut-elle touché la troisième
qu’aussitôt elle se leva et se mit à marcher avec entrain et à
louer Dieu.

 Ce
miracle permit ainsi de distinguer la « Vraie Croix ».

 Hélène
fit trois parts de cette croix, l’une destinée à Jérusalem, la
seconde à Constantinople, la troisième à Rome. »

Quelques
données historiques grâce à l’archéologie.

Le
matériel de torture Romain — « La Crucifixion »
—-, était composé de deux bois qui formaient un « ».

Le
supplicié était attaché par les poignets à une traverse de bois,
—- nommée « stauros » en grec = « patibulum »
en latin —- qu’il portait jusqu’au lieu de supplice. Arrivé,
il était cloué sur cette traverse par les poignets sans être
détaché. — { et non au milieu de la paume de la main
} — Cette traverse était fichée dans un pieu verticale, —
appelé « xylon » en
grec, c’est à dire bois, et « crux »
ou « furca » en latin
—- puis élevée, les pieds du condamné touchant presque le sol.

Le
tout formait ce que les Romains appelaient un « Crux » =
« T » …. d’où l’origine française « croix »

Pour
« 
Jésus-Christ »
le « patibulum »
fut légèrement
descendu pour laisser la place à une plaque de bois sur laquelle
était inscrit :  « 
Jésus
de Nazareth, Roi des
Juifs
 »
——« 
I.N.R.I. »,
voulu par Ponce
Pilate.

Le
torturé mourrait par asphyxie, après de longues heures de
souffrance. Pour certains, avant la tombée de la nuit, on leur
fracturait les tibias.

Au
IVème siècle l’Empire Romain étant devenu chrétien, ce supplice
fut abandonné.

On
oublia les circonstances réelles de la mort du Christ et l’image
de la « Croix » se
modifia pour devenir un objet de piété et d’adoration.

Après
ces quelques précisions, reprenons le cours des évènements avec
« Hélène ».

L’importance
de la découverte de cette relique, supposée le 3 mai 326,
donna naissance à la fête religieuse de « l’Invention de
la Sainte-Croix
 ».

Avant
de terminer un peu d’histoire sur cette «
 croix »

L’usage
de la croix en tant que symbole religieux remonte beaucoup plus loin
que l’époque du Christ et n’est donc pas seulement d’origine
chrétienne. Cela montre que la croix des Chrétiens est déjà
universelle avant même l’arrivée de Jésus.

La
croix
n’était
pas un
symbole
utilisé
par les premiers
chrétiens,
car
ils craignaient que ce symbole soit un signe qui les livre plus
rapidement encore aux terribles persécutions romaines
qui
ont ensanglanté les premiers siècles du Christianisme.

Après
la reconnaissance de la chrétienté par Constantin le Grand, mais
surtout après les empereurs Théodose, pour l’
Empire
d’Orient

et
Gratien,
pour l’
Empire
d’Occident
,
tous deux chrétiens, élèvent le
christianisme
au
rang de seule religion officielle et obligatoire par
l’Édit
du
28
février

380,
dit l’
édit
de Thessalonique
.

L’empereur
Gratien cesse alors de porter le titre de

pontifex
maximus

(souverain
pontife)
du culte romain.

Ce
titre
est
donné de
nouveau
à l’
évêque
de Rome

des
siècles plus tard.

Les
chrétiens ne craignant plus les persécutions et encore plus à
partir du Vème siècle, la croix commença à être représentée
sur des sarcophages, se sont des cercueils en pierre, des
lampes, des coffrets et d’autres objets. —- [ Sir Wallis Budge
ajoute dans Amulets and Talismans : « La croix ne
devint pas le principal emblème et symbole de la chrétienté avant
le IV
e siècle. » ] —

On
utilise une véritable croix pour de nombreux rites.

La
messe catholique et orthodoxe ne peut avoir lieu que si un crucifix
est présent sur ou à côté de l’autel du sacrifice.

La
croix
est également portée
lors
des
pèlerinages
,
des rassemblements et lors de cérémonies religieuses.

Deux
fêtes marquent, dans le calendrier liturgique catholique romain,
l’importance de cet objet :

 L’Invention
de la Croix 3 mai et l’Exaltation de la Croix 14 septembre.

L’adoration
de la
« Croix »
commence et devient le
signe officiel
de
la «
 Chrétienté »
et des
« Chrétiens »
début du
Vème siècle

Mais
il existe beaucoup de divisions dans cette religion, et, chacun
dessinera sa propre « Croix » …Catholiques, Orthodoxes,
Jérusalem, Malte, Templiers, etc.

Cet
emblème, la « Croix
 », selon son dessin,
servira de rassemblement pour s’entre-tuer avec ardeur et
allégresse entre chrétiens.
Depuis le Vème siècle
jusqu’à nos jours les chrétiens avec leur emblème se massacreront
sans aucune pitié sans aucun remord et tout cela au
nom de Jésus-Christ.

Regardez
bien une procession pour un Saint ou une Sainte quelconque en tête
du cortège vous avez le curé qui porte en effigie un crucifix, et
de chaque côté les emblèmes en porte-drapeau.

Voilà
comment en IV siècle vous êtes devenu des « Idolâtre »,
Vous les « Chrétiens », qui nommez des personnes comme
moi des « PAÏEN »…

Avec
ce qui est écrit ci-dessus vous allez avoir beaucoup de mal à me
prouver que votre religion n’est pas « Idolâtre »

Vos
offices ne peuvent se faire sans cette « Croix »
objet matériel façonné de mains d’humains.

Alors ?

Comment
pouvez-vous continuer à fréquenter ces Temples de l’Idolâtrie ?


est

passée
l’Époque des Apôtres et Disciples ?…

Vous
suivez vos dirigeants, Prêtres, Évêques, Cardinales, Papes, Popes,
Pasteurs …,qui se servent du Nom de Jésus le Nazaréen
en oubliant ses Enseignements, les Lois et Préceptes de son Père,
pour vous entraîner vers votre perte.

Vous
tous « Chrétiens » je commence à comprendre
pourquoi les bases du « Mal » vous sont agréables,
vanité, convoitise, orgueil, hypocrisie, mensonge, car se sont vos
pierres de fondement, vos piliers, vos pierres angulaires ! … !
… !

Moi
le « PAÏEN » je suis un menteur ? …Un
calomniateur ? …

Certes
pas ! …

Il
ne suffit que d’écouter les ouailles, les fidèles au sortir des
Églises, Cathédrales, Chapelle après la messe ou autre cérémonie
religieuse comme les enterrements ; ça pleure le « défunt »
et sa dénigre en même temps sur « Lui, le Mort » et les
autres humains qui sont présents ! …

Quelle
hypocrisie !….. !

Comme
disait un certain « Messie », je le cite : ( Mt 15 :
11, Év. De Thomas log. 14 ) 

{
«  Ce qui est mauvais, ce n’est pas ce
qui entre dans la bouche, mais, c’est ce qui en sort !… »
}….

—–
A méditer ! ……——-

En
attendant les prochains « Écrits » ou « Textes »,
vous laissant à votre réflexion, raisonnement, jugement personnel,
portez-vous bien ! Prenez soins de vous et de votre maisonnée !

Salutations
cordiales !

Sig :
JP.G. dit
« GRAND-LOUP » ou
« GRANDELOUPO »

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus