Discernement Philosophie par Grandeloupo

Bienvenue à Tous et bonne lecture !…. Aprés, vous êtes libre de votre réflexion !

Archive pour mars, 2016

Pâque et non les Pâques, chap.N°3 – Mystère sur la …..

Posté : 11 mars, 2016 @ 11:55 dans Fêtes de toutes la Chrétienté | Pas de commentaires »

Rel-Joachim et Anne-fresque Moyen-ÂgeLa Pâque et non les Pâques de l’an 2016

 

Chapitre N° 3

 

 

Mystère sur la perfection de Marie,

 

 de Jésus le Nazôréen

 

 

Pendant une quinzaine de jours je n’ai pu écrire pour vous, sur la Pâque, étant hospitalisé. Comme la santé n’est pas au rendez-vous, je tiens à vous rappeler que pour nous « Enfants d’EL-SHADDAÏ » la fête de la Pâque sera le Mardi 22 Mars entre les deux soirs, soit après le coucher du soleil jusqu’à la nuit noire soit vers 23h, 23h30mn. Nous mangerons une viande rôtie où aucun os n’aura été brisé pour une épaule d’agneau, un gigot, voir une volaille, accompagnée d’un pain sans levain où d’une galette de céréales dans lequel il n’y aura aucun ferment. Cette galette nous pouvons la façonner nous-mêmes avec de la farine, un peu d’eau, un œuf ou deux, mais cela n’est pas obligatoire, une pincée de sel, fabriquer une boule de pâte qui ne colle pas aux doigts, l’étaler en plusieurs petites galettes ou en faire une seule grosse, enfourner, four au maximum préalablement chauffé soit 230°, et avant badigeonner le dessus des galettes avec un jaune d’œuf et faire des dessins avec une fourchette. Le tout sera accompagné d’un verre de vin rouge.

Le chef de famille contera à l’assemblée la libération du carquois religieux par la vie terrestre parfaite de Jésus le Nazôréen, lui le « Grand-Prêtre », au-dessus de tous les autres.

Cela je vous l’explique ci-dessous !

Comme écrit au chapitre numéro deux, la première Pâque, celle de la libération à dû être terrible pour les humains l’ayant vécu. Les Pâques suivantes étaient une commémoration de ce jour de liberté, donc une fête joyeuse et particulièrement ce jour les hébreux pensaient à leur Dieu EL-SHADDAÏ, qu’ils nomment Yahvé, car ce dernier allait, par l’intermédiaire de leur Grand Prêtre, pardonner leurs péchés de l’année.

Je reviens à cette Pâque, jours de libération du « Peuple » choisit par EL-SHADDAÏ, qui fut formé en terre étrangère, l’Égypte. Ce « Peuple », six-cents mille hommes de pieds fut libéré de son esclavage égyptien le jour que les humains fêtaient le renouveau de la nature par la victoire de la « Lumière » sur la période sombre, les « Ténèbres », le rallongement des jours étant évident, tout comme la sortie des bourgeons sur les arbustes et arbres, ainsi que les fleurs des champs qui s’épanouissaient. Ce jour se nommait la « Pâque » car l’on offrait aux Dieux des jeunes caprins, ovins, bovins, ainsi que différentes volailles, ceci pour l’élevage, les agriculteurs offrant des galettes non fermentées façonnées avec différentes farines de céréales. Cette fête durait plusieurs jours.

EL-SHADDAÏ a choisi ce jour pour libérer son « Peuple » car dans l’esprit des humains c’était la période du renouveau, comme la nature. Les jours devenaient plus long, la terre se réchauffait, les animaux hivernant sortaient de leur tanière, les oiseaux chantaient et commençaient à faire leur nid, en un mot toute la nature se réveillait pour un nouveau cycle.

Nous sommes à l’ère de Jésus le Nazaréen. Le « Peuple » d’EL-SHADDAÏ est l’esclave des Nations. La Palestine est sous la domination de l’Empire Romain, Galilée, Samarie, Judée. Les hébreux livrés à eux même espèrent la venue d’un « Messie » qui les délivrera du joug romain comme leurs ancêtres ont été libérés de l’esclavage de Pharaon en Égypte. Le pays sous occupation est gouverné par les Religieux avec leur tendance. Tout est permis pour accéder au pouvoir. Il y a les Hasmonéens, les Sadducéens, puis les Pharisiens qui se font la guerre faisant et défaisant les alliances avec l’occupant. Il existe aussi cette secte importante des Esséniens qui vit en autarcie. Les hébreux ont rejeté leur Dieu et les Dirigeants de ceux-ci, le Sanhédrin et le Grand-Prêtre se vendent au gré des occupants. En effet le pays d’Israël n’existe plus il y a bien longtemps, le Temple d’EL-SHADDAÏ construit par Salomon fut détruit puis reconstruit, mais cela n’a rien changé le cœur des humains choisit par cet Être Suprême était toujours aussi dur, la nuque toujours aussi raide.

Comme tout pays sous occupation, il existe beaucoup de restrictions.

A la naissance de Jésus le Nazaréen que reste-t-il du « Peuple » d’EL-SHADDAÏ ?

Rien ! Il ne reste plus rien en terme spirituel !

Les hébreux vivant en Palestine respectent les fêtes religieuses instituées par les humains, qui ne sont qu’une dérive des anciennes fêtes célébrées au temps de David et du roi Salomon, seuls les noms sont restés. La seule fête qui ne bouge pas est la cérémonie de « Pâque »

La « Pâque » à l’ère de Jésus le Nazaréen à toujours ce sens de libération, de renouveau. D’ailleurs beaucoup d’hébreux espèrent en la venue d’un Messie qui les libérera du joug romain, qui protègera le pays d’Israël et que celui-ci retrouvera sa splendeur de l’ère du Roi David.

EL-SHADDAÏa choisi un « Peuple » qui n’a pas cessé de transgresser ses Lois, car comme tous les humains vivant sur cette Terre, grâce à leur « Esprit », faculté de réflexion, de raisonnement, ils étaient libres de choisir leur voie, mais la vanité, l’orgueil, la convoitise, l’idolâtrie étaient leur pierre angulaire. Avec les deux premiers humains de sa Création, dont nous aujourd’hui sommes les descendants, il avait eu l’expérience, malgré leur perfection.

Il y avait maintenant, à l’ère de Jésus, beaucoup d’humains qui connaissaient son Père, mais aussi ses Lois et Préceptes et qui les suivaient sans être de son « Peuple » c’est-à-dire hébreux. Étant un Dieu de justice, il devait trouver anormal que des humains des « Nations » suivent ses Lois sans faire partie de son « Peuple ».

Il fallait donc créer une nouvelle « Alliance » !

Cette « Alliance » devait être l’équivalence d’Adam et d’Ève, c’est-à-dire la possibilité pour l’humain de recouvrer la perfection, et de vivre éternellement sur cette Terre.

Il avait demandé à son Fils Emmanuel, Jésus le Nazaréen sur la Terre, s’il désirait descendre sur la Terre en tant que matière, comme les humains.

« Si tel est ta volonté, Père, je le ferai »avait-il répondu.

Jean 8 :42 — Comme souvent je vous l’écris, je remplace ce nom vulgaire de « Dieu » par son nom EL-SHADDAÏ, nom qui fut le sien pour les humains d’Abraham jusqu’à Moïse.

Jésus leur dit :

 « Si EL-SHADDAÏ était votre Père, vous m’aimeriez, car c’est d’EL-SHADDAÏ que je suis sorti et que je viens.  Je ne viens pas de moi-même, mais lui m’a envoyé. »

Confirmation que Jésus le Nazaréen fut engendré et non créé comme l’humain, il le dit lui-même : « c’est d’El-Shaddaï que je suis sorti »

Là je n’invente rien, il suffit de lire le chapitre 17 de l’évangile de Jean.

EL-SHADDAÏ par l’intermédiaire de ses Prophètes n’avait-il pas annoncé cette venue ?

Isaïe 42 : 1-5

« Voici mon Serviteur que je soutiens, mon élu en qui mon âme se complaît. J’ai mis sur lui mon esprit, il présentera aux nations le droit.

Il ne crie pas, il n’élève pas le ton, il ne fait pas entendre sa voix dans la rue, il ne brise pas le roseau froissé, il n’éteint pas la mèche qui faiblit, fidèlement, il présente le droit. Il ne faiblira ni ne cédera jusqu’à ce qu’il établisse le droit sur la terre, et les îles attendent son enseignement.

Ainsi parle le Seigneur EL-SHADDAÏ, qui a créé les cieux et les a déployés, qui a affermi la terre et ce qu’elle produit, qui a donné le souffle au peuple qui l’habite, et l’esprit à ceux qui la parcourent. »

Isaïe 52 : 13-15

« Voici que mon Serviteur prospérera, il grandira, s’élèvera, sera placé très haut.

De même que des multitudes avaient été saisies d’épouvante à sa vue, – car il n’avait plus figure humaine, et son apparence n’était plus celle d’un homme – de même des multitudes de nations seront dans la stupéfaction, devant lui des rois resteront bouche close, pour avoir vu ce qui ne leur avait pas été raconté, pour avoir appris ce qu’ils n’avaient pas entendu dire. »

Quel esprit doit avoir EL-SHADDAÏ pour cet « Humain » qu’il a créé à son image, celle de son Fils Bien-Aimé, à la ressemblance de tous les incorporels vivants dans l’immensité des Cieux ?

Avoir façonné la plus merveilleuse machine de l’Univers, la plus complexe, lui avoir laissé une liberté complète pour être comme « Lui », un « Dieu », capable de créée, d’inventée, fabriquée, modelée, sculptée, de l’avoir fait au départ parfaite, et regarder le résultat de cette liberté aujourd’hui, doit, dans le cœur de cet Être Suprême, être une immense déception, un chagrin incommensurable, une envie sans doute de tout détruire !

Mais il existe toujours sur la Terre des humains qui, sans trop le connaître, le vénèrent, l’adorent par le cœur et l’esprit en toute sincérité et c’est à cause d’eux qu’EL-SHADDAÏ ne détruit pas la race humaine !

Voici ce qu’EL-SHADDAÏ a prévu pour ses humains qui le choisissent comme leur seul et unique « Dieu »

Ce Dieu magnifique disait à leur sujet à son fidèle prophète Isaïe LXI : 8

 « Car moi, EL-SHADDAÏ, qui aime le droit, qui hais le vol et l’injustice, je leur donnerai fidèlement leur récompense et je conclurai avec eux une alliance éternelle. »

Il veut conclure une « Alliance éternelle »avec son nouveau « Peuple » sous la juridiction de son Fils le Bien-Aimé. Lui, EL-SHADDAÏ, ne choisi plus un « Peuple » parmi les Nations, mais c’est les humains des Nations qui formeront sont « nouveau Peuple ».

Un onzième commandement sera ajouté qui sera le plus merveilleux par sa grandeur d’application.

« Tu aimeras ton prochain comme la pupille de ton œil, comme toi-même ! »

En effet, si tous les humains le mettaient en pratique, la Terre deviendrait sûrement un « Paradis »

Cet Être Suprême envoya sur la Terre son propre fils, sa progéniture, sachant que cette race ingrate qu’il inventa, puis façonna de ses propres mains, à son image, à son reflet, la machine la plus merveilleuse, la plus splendide et la plus complexe de tout l’Univers, allait, tuer son propre enfant comme elle l’avait fait avec les prophètes.

Oui ! Mais depuis que l’humain est sur la Terre il y a eu toujours un petit nombre de ces humains qui restât fidèle à ce Dieux seul et unique. Avant le Déluge il y eut Hénoch, Nêr, Melchisédech, Noé qui lui traversât le Déluge, puis il y eut Abraham, Jacob, Moïse, Josué, et les prophètes tel que Sédrach, Baruch, Esdras, Isaïe, Jérémie, Élie et Élisée, Joël, Michée, etc, pour finir par le dernier Prophète et Grand-Prêtre Jésus le Nazôréen.

Le Temple d’EL-SHADDAÏ est devenu une « histoire de gros sous », les hébreux devaient payer une certaine somme, la dîme d’Abraham, pour que les Prêtres puissent faire des offrandes à leur Dieu pour le pardon de leur faute selon la Loi hébraïque.

Les changeurs du Temple étaient ces marchands qui changeaient vos drachmes en sicle israélien, monnaie du Temple et prenaient un pourcentage au passage. Mais il y avait aussi tous ces vendeurs d’animaux pour le sacrifice au Temple. Nombreux étaient les hébreux qui allaient célébrer Pâques en pèlerinage à Jérusalem. Ils sacrifiaient le petit bétail au temple puis le mangeaient en famille.

Jésus le Nazôréen est né dans l’ignorance complète du peuple, sauf les « Grands » apprirent sa naissance en tant que Roi d’où le massacre des innocents.

Les parents de Jésus respectueux de la Loi viendront chaque année à Jérusalem pour la Pâque, et c’est là, qu’à l’âge de douze ans Jésus se fera connaître en lisant le rouleau d’Esaïe au Temple, devant le Sanhédrin. Le Sanhédrin est une administration de soixante et onze « Grand Prêtre » qui ont la charge de vérifier les Lois religieuses, de les faire appliquer ; il est aussi le tribunal suprême dont le rôle important est la promulgation du calendrier ; il a un pouvoir politique et religieux puisqu’il peut contrôler les actions et décision du Roi, ainsi que ceux du Grand Prêtre du Temple.

A l’ère de Jésus, la majorité des croyants hébreux ressemble beaucoup aux chrétiens d’aujourd’hui. Ils font plus la Pâque par habitude que par conviction religieuse, les mariages entre humain de confession hébraïque étant minoritaire.

La bible ne parlera jamais de la perfection de Jésus le Nazôréen, le Jésus-Christ des Chrétiens. De cet humain considéré comme le fils engendré d’EL-SHADDAÏ, les Écritures c’est-à-dire la Bible, livre sacré des hébreux et des chrétiens, parlera peu sur sa naissance mystérieuse, puis pour une aventure à douze ans dans le Temple et seulement sur les trois dernières années de sa vie, celle de son ministère. Heureusement, parallèle à cette Bible il y eut une littérature dite apocryphe très riche souvent plus authentique que certains Livres Canoniques du Nouveau Testament.

Si l’on s’en tient à la Bible uniquement alors, nous humains, magnifique création de tout l’Univers, d’une complexité remarquable qui fait démentir toute « Évolution » par sa gestion fantastique, dérivé du monde microbien, acarien, puis animalier, nous sommes la race, le genre maudit de l’Univers, car comme notre concepteur nous possédons le langage pour nous exprimer, mais aussi le cerveau pour la réflexion, le raisonnement avec le cœur pour la pensée et les sentiments, capable comme un « Dieu » d’inventer, sculpter, modeler, façonner, et nous vivons plus misérablement que les animaux. La responsabilité à qui ? A nous ! Car par cette liberté que nous avons-nous connaissons le « Bien » et le « Mal » de nos pensés, de nos actions.

Les deux premiers humains posés sur la terre de la Terre était parfait et c’est volontairement qu’ils ont transgressé une seule Loi, une seule interdiction de leur Père Créateur amenant leur propre mort et celle de leur descendance par une tare sanguine, le sang de ces deux êtres étant parfait quand ils furent posés sur la Terre, mais perdait de sa perfection à la vitesse de reproduction de celui-ci. Il est prouvé scientifiquement que les humains de l’antiquité étaient beaucoup plus intelligents que nous et que leurs ascendants étaient plus intelligents qu’eux. Ne pas confondre intelligence et instruction !

La mort de l’humain sur la Terre est venue par l’humain car ce dernier fut créé comme les êtres vivants de l’invisible, comme les Anges pour vivre éternellement. Cet humain parfait à son origine, propre sans tache, sans péché, pur comme l’or précieux, limpide comme le cristal, a, par une transgression d’une seule Loi amené « sa Destruction », la « Mort », alors pour vaincre cette dernière il fallait un humain qui naisse parfait de corps, et qu’il vive en restant parfait de corps, mais aussi d’esprit comme le premier humain, propre, pur limpide.

A aucun moment ce livre sacré la Bible, particulièrement le Nouveau Testament, nous dit que Jésus-Christ est parfait. Voilà pourquoi j’écris que la race humaine est maudite ! …

Pour cet Être Suprême existe-t-il une difficulté à déposer son propre spermatozoïde dans l’ovule féminin, lui le Créateur de cet être humain ? Sûrement pas ! La femme et femelle porte en elle le secret de la procréation et sa progéniture possédera un ADN pour cinquante pourcents venant d’elle l’autre moitié ADN venant du mâle. N’oublions pas non plus que la progéniture est nourrie dans l’abdomen par le sang de la maman. Je déduis que si le père est EL-SHADDAÏ donc spermatozoïde parfait, Marie la mère de Jésus-Christ, n’étant pas parfaite, puisque d’après la chrétienté elle doit se purifier le 02 février soit quarante jours après la naissance de son fils le jour de la « Présentation au Temple », sa progéniture, Jésus-Christ est imparfaite.

Ce Jésus-Christ étant imparfait il ne peut rendre l’équivalence au premier humain parfait. Alors l’humain est condamné à mourir par suicide dans d’atroces souffrances, quand ce sang sera tellement imparfait qu’il transportera la « Mort » et non la « Vie ». Ma réflexion est logique tout comme mon raisonnement, nous sommes les « Maudits de la Terre » ! Jésus-Christ cet humain imparfait avait quand même de grands pouvoirs, ce devait être un très grand guérisseur comme il en existait beaucoup à cette époque, et un magnifique charlatan pour faire déplacer autant de foule !…

Toujours dans ma déduction il ne pouvait pas être le fils d’EL-SHADDAÏ ! Impossible !

Donc Marie a forniqué !

Je vous écris souvent sur l’hypocrisie chrétienne, et bien en voilà une preuve.

Le livre avec lequel je vais écrire les desseins d’EL-SHADDAÏ, est, par les Chrétiens de confession Orthodoxe, en haute estime dans leurs liturgies sur Anne, femme de Joachim, la mère de Marie et sur cette dernière, la mère de Jésus, tandis que, en Occident, les Chrétiens de confession Catholique condamnent ce livre au même titre que les autres textes apocryphes. — Historique : Ainsi le Décret de Gélase au IVème siècle le mentionne parmi les livres à rejeter du fait qu’ils émanent d’hérétiques et de schismatiques —

Sauf erreur de ma part, à moins que je ne sois un peu débile, il me semble que le « Dieu » des Chrétiens est le même pour les Orthodoxes, Catholiques, Protestants, et que son fils « Jésus-Christ » est bien le même pour ces trois confessions religieuses ! … !

A l’ère du christianisme primitif les écrits des Apôtres, qu’ils soient à Rome, Sparte, Antioche, Jérusalem, Alexandrie ou à Babylone étaient les mêmes et circulaient entre les Églises de ces différentes communautés ! … ! Pourquoi les Orthodoxes acceptent et les Catholiques renient, quant aux Protestants ils sont encore plus forts car ils sont divisés à l’intérieur même de leur Église.

Le « Livre » que je vais me servir pour expliquer la perfection de la naissance de Jésus le Nazaréen — vous constaterez que je dis bien Jésus le Nazaréen ou Nazôréen, et non Jésus-Christ afin qu’il n’y ait pas confusion entre le FILS Bien-Aimé d’EL-SHADDAÏ, et le fils de « Dieu », même si je parle de la même personne — comporte plusieurs titres : Protévangile de Jacques, Livre de la Nativité de Marie, Évangile du Pseudo Matthieu, Évangile de Jacques le Mineur.

Le plus étonnant et qui confirme mon opinion sur ce que je pense de la religion chrétienne, c’est d’admirer toute l’histoire de la nativité de Marie, mère de Jésus le Nazôréen, par les innombrables iconographies que nous voyons en vitraux dans les plus grandes cathédrales du monde, alors que les écrits sont déclarés apocryphes et hérétiques. Là, vous chrétiens, vous ne pouvez pas me contredire contre cette hypocrisie monstrueuse ! …

Ce « Livre » malgré tout ce que la « Haute Sphère Catholique », même encore aujourd’hui il suffit de lire toutes les ignominies et mensonges dû à l’ignorance sur le Net par des chrétiens fanatiques, a fait pour le détruire, est encore pour les exégètes modernes de la fin du XXème siècle, début du XXIème, un grand sujet de controverses, non pas sur l’authenticité, mais sur la date de l’écrit originel – pour certains Jésus était encore vivant, pour d’autres vers la fin du premier siècle et pour quelques farfelus vers le VI ou VIIème siècle ce qui est invraisemblable puisque ce texte était connu de Justin, Origène, Eusèbe de Césarée …–  et de son auteur.

Je cite,

« Cet Écrit la  « Nativité de Marie » était connue de plusieurs théologiens, traducteurs, philosophes du Ier, IIème et IIIème siècle après J-C. comme Clément d’Alexandrie { 150-211 } —Stromates, VII – 93 : 7Origène { 185-253 } — Commentaire sur Matthieu X – 17— ou encore Justin { 100-165 } — Dialogue avec « Tryphon »—, mais encore Tertullien, Celse, Eusèbe de Césarée, Épiphane, Jérôme, etc …et Augustin qui fut un grand calomniateur de ce livre le déclarant hérétique car écrit en araméen comme l’Évangile des Hébreux. » ( M.Neander Protenangelica siue de natalibus …, J.C.Thilo, codex apochyphus …,etc )

« Les allusions de Clément d’Alexandrie (Stromates, VII,93,7)et d’Origène (Commentaire sur Matthieu, X,17) à ce texte, ainsi que l’effort de ce dernier pour répondre aux calomnies concernant Jésus et sa mère attestent l’ancienneté du Protévangile de Jacques. » (Le Discours véritable env.178-180 )

Que dit ce « Livre » qui suscite autant de pour, autant de contre et qui sème le trouble et la discorde.

Ce « Livre » est le « Protévangile de Jacques » ou plus exactement  « Nativité de Marie. » Ce titre fut donné par le jésuite français Guillaume Postel qui découvrit ce texte hébreu au cours de l’un de ses voyages en Orient et le porta à la connaissance des lecteurs occidentaux en 1552, lors de son édition en lettres d’imprimerie. —

Encyclopédie :

—- « Protévangile » signifie « qui se situe au commencement de » ou « qui est immédiatement antérieur à » car il porte sur des événements antérieurs à ceux qui sont relatés dans les Évangiles canoniques. Le titre original était Nativité de Marie. » —-

Des autres textes, je cite :

« Le premier à avoir traduit la « Nativité de Marie » serait, de source certaine, Saint Jérôme. » (A.M. di Nola protévangelo di Giacomo …., A. Fuchs, Ch. Eckmair Die griechischen …, etc )

Le manuscrit de la « Nativité de Marie » fut envoyer à Jérôme — ( 340-420 ) —  par les évêques Chromace et Héliodore » —-{ É. Aman  le Pro.de J. et ses remaniements latins Paris 1910 voir aussi K. von Tischendorf traduction annotée.}

« —- L’Évangile du Pseudo-Matthieu est un remaniement latin de plusieurs textes originaux indépendants, — textes originaux d’écriture araméenne et d’ancien hébreu— de la « Nativité de Marie » dans une recension latine traduit du grec entre le Vème et la fin du VIème siècle. » —- [ codex apocryphus Nivi Testamenti — J.C. Thilo et Leipzig Evangelia apocrypha ] 

« L’Évangile de l’Enfance dit du Pseudo-Matthieu, qui rapporte l’histoire d’Anne et de Joachim avec la naissance de leur enfant Marie, mère de Jésus le Nazaréen, et de la naissance de celui-ci, est connue généralement dans les manuscrits sous le nom de « De nativita sanctae Mariae virginis » ou de « Liber de natavitate beatae Mariae et infancia Salvatoris » ( É.Amann Paris 1910, p 278-281 et p 340-365 — texte de K. von Tischendorf traduction annoté. ) »

Par cet apocryphe catholique, canonique orthodoxe, nous allons apprendre la perfection de Marie Mère de Jésus le Nazôréen, car EL-SHADDAÏ à l’âge de trois ans de cette enfant, devant tout le peuple présent au Temple ce jour là lui enleva la tare adamique afin que son corps fut parfait. Cela aussi fait partie des mystères de la foi.

A l’ère de la naissance de Marie, puis de Jésus le Nazaréen, les nouveau-nés étaient nourris au sein jusqu’à l’âge de trois ou quatre ans. Les enfants étaient sevrés à partir de trois ans, rarement avant. (vie et coutume de l’Antiquité)

Protévangile VII : 2

L’enfant eut trois ans. Joachim dit :

« Appelons les filles des Hébreux, celles qui sont sans tache. Que chacune prenne un flambeau et le tienne allumé : ainsi, Marie ne se retournera pas et son cœur ne sera pas retenu captif hors du temple du Seigneur. »

 L’ordre fut suivi, et elles montèrent au temple du Seigneur. Et le prêtre Zacharie accueillit l’enfant et l’ayant embrassée, il la bénit et dit :

« Le Seigneur — EL-SHADDAÏ — Dieu a exalté ton nom parmi toutes les générations. En toi, au dernier des jours, le Seigneur EL-SHADDAÏ manifestera la rédemption aux fils d’Israël. »

La suite des Écrits, je cite : VII : 3, et VIII : 1,

« Et Zacharie la fit asseoir sur le troisième degré de l’autel.—- { Le troisième degré de l’autel désigne une plate-forme réservée au « Grand Prêtre » car c’est là qu’est érigé l’autel des sacrifices et ce lieu est interdit à tous profanes qui ne travaillent pas au service du Temple. … (  Éz : 43 : 13-17, ) … } —et le Seigneur — EL-SHADDAÏ –  répandit sa grâce sur elle. Et ses pieds esquissèrent une danse et toute la maison d’Israël l’aima.

 Ses parents descendirent, émerveillés, louant et glorifiant le Seigneur — EL-SADDAÏ — Dieu, le Maître qui ne les avait pas dédaignés.

Or Marie demeurait dans le Temple du Seigneur — EL-SHADDAÏ — telle une colombe, et elle recevait sa nourriture de la main d’un ange. »[Marie, la pure, mange peu comme une colombe et sa nourriture est céleste. (Psaume 78-(77) :24-25, Exode XVI : 31-35 ) …]

Maintenant que Marie à reçu l’approbation d’EL-SHADDAÏ c’est-à-dire quelle ne porte plus en elle la tare génétique de l’imperfection, elle pourra devenir la « Mère Porteuse » de son Fils.

Qu’est-ce qui me donne l’autorisation d’écrire cela ?

Certains d’entre-vous, Lectrices et Lecteurs, pensent que j’affabule, que j’ai une imagination fertile !

Erreur ! Je ne fais que lire ce qui est écrit ! Mais surtout être logique avec ces « Écritures » !

L’enfant à trois ans, monte seul les marches qui mènent au troisième degré de l’autel qui est un endroit sacré, interdit aux profanes. Une fois sur la place elle reçoit un signe du ciel visible par tous les humains présents dans le Temple, « EL-SHADDAÏ répandit sa grâce sur elle » – puis elle reste au Temple pour y vivre, y demeurer. En plus ce ne sont pas les humains qui la nourrice, puis qu’elle reçoit sa nourriture – comme les cailles et la manne que reçurent les hébreux, « Peuple » d’El-Shaddaï, pendant leur exode – des mains d’un Ange.

Si tout ce que je viens d’écrire est faux, alors toute la Bible est fausse et encore plus la religion descendant du Christ.

Vous ne pouvez pas dire : « Cette viande est bonne et goûteuse ! » et renier l’existence de la bête d’où sort cette viande !

Je sais que parmi vous il existe des humains de mauvaise fois qui vont me dire : « Mais ce livre est apocryphe ! » Je les renvoie à l’explication encyclopédique du terme « apocryphe ».

Alors, je leur dis cela aussi « Pourquoi les écrits de l’Apôtre Jacques seraient-ils moins véridiques que les écrits des Apôtres Matthieu, Jean, Pierre et des Disciples Luc, Marc, Paul ? Serait-ce par hasard la Loi des hommes qui aurait autorité et authenticité dans l’esprit de ces humains ? J’ai plus confiance dans l’authenticité de ce Protévangile que dans certaines lettres de Saül de Tarse dit « Paul » et que dans l’Évangile de Luc dont nous savons aujourd’hui qu’il existe deux évangiles, une recension longue et une courte qui ont une différence de plus de cinquante ans. Au moment du choix « canonique » quelle recension Eusèbe de Césarée a-t-il choisi avec son ami Constantin le Grand au Concile de Nicée en 325 de J-C. ? »

Ces écrits pour la Pâque sont un peu long mais j’espère que cette lecture vous fera réfléchir, raisonner sur ce Dieu seul et unique qui nous demande une fois par an de fêter la Pâque jour de libération donc comme la nature d’un renouveau, mais de cela je l’écrirai pour la semaine prochaine.

Portez-vous bien et prenez soins de vous

Salutations cordiales à tous !

Sig : JP. G. dit « GRANDELOUPO »

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus