Discernement Philosophie par Grandeloupo

Bienvenue à Tous et bonne lecture !…. Aprés, vous êtes libre de votre réflexion !

Archive pour février, 2017

Saint Valentin

Posté : 13 février, 2017 @ 1:09 dans Fêtes de toutes la Chrétienté | Pas de commentaires »

St-ValentinSaint Valentin

 

Chapitre N° 3

 

Nous ne sommes plus les maudits de la Terre

 

Je viens de vous écrire sur la « Chandeleur », fête chrétienne du 02 Février qui était dans le monde païen la fête de la purification de la terre, en effet les humains en procession avec des torches à la main parcouraient les champs a fin de purifier ces derniers, pour que les dieux soient clément et que les semailles prennent bien racine et soient protégé des maladies.

C’était aussi le jour où l’on se veillait les animaux hibernant comme l’ours, la marmotte. Si l’ours sortait de sa tanière et voyait les ombres des arbres et la sienne il retournait se coucher pendant quarante jours, idem pour la marmotte

Comme précédemment écrit Gélase 1er Évêque primat de Rome, déclarât officiellement le 02 Février comme la « Présentation de Jésus au Temple » en remplacement des fêtes romaines de Féralia et Lupercales qui deviendront obsolètes.

Bientôt la « Saint Valentin » !

Cette fête chrétienne des amoureux fut instituée par Gélase 1er, le 14 févrierétant la date de son anniversaire, pour éradiquer la fête romaine des « Lupercales », et célébrer en l’an 495 la fête de la « Saint Valentin »

Valentin de Terni était un moine qui vivait à l’époque de l’Empereur Claude II le Gothique214-270 règne de 268 à 270 — surnommé Claude II le Cruel

Valentin était connu pour conseiller les jeunes amoureux. Il est dit qu’une fois les jeunes hommes assurés par les paroles de Valentin, celui-ci donnait, en guise d’offrande, une fleur de son jardin au prétendant, lequel s’empressait de rejoindre sa dulcinée pour la lui offrir.

La légende

« Claude II n’aimait pas particulièrement la chrétienté et ordonna que Valentin de Terni soit arrêté et emprisonné.

C’est dans cette période de sa vie qu’il rencontra la fille de son geôlier, laquelle s’appelait Julia et était aveugle de naissance. Durant sa captivité, Valentin entretint des relations amicales avec Julia. Celle-ci, étant donnée sa cécité, avait demandé à Valentin la description du monde. Julia, par amour envers Valentin, lui apporta à manger jusqu’au soir où, un miracle se produisit.

Certains témoins auraient dit avoir aperçu une vive et forte lumière par la fenêtre de sa cellule, Julia venait de trouver enfin la vue ! Ses paroles furent :

« Maintenant je vois ! Je vois le monde tel que vous me l’avez décrit ! »

Ce grand événement parvint jusqu’aux oreilles de Claude II le Cruel, lequel n’apprécia pas ce genre d’histoire, et ordonna sur le champ l’exécution de Valentin.

Le jour de son exécution, il fut roué de coups par les légionnaires romains et fut décapité sur la voie Flaminia, le 14 février 269.

Il est dit que Julia planta, près de la tombe de Valentin, un amandier et cet arbre fut depuis ce jour, le symbole de l’amour. »

Maintenant les « Assemblées » ou « Églises » de la « Mouvance de Jésus le Nazôréen, Nazaréen, de Nazareth, Messianiste, Galiléen » de ces deux, trois, premiers siècles, ne sont plus appelées ainsi, mais en ce milieu de troisième siècle et surtout suivant l’on dit « l’Église de Rome, de Constantinople » et avec les siècles « l’Église de Rome » deviendra officielle.

J’ai terminé le chapitre précédent en écrivant que les humains étaient la race maudite de la terre de la Terre, pire que les animaux, nous qui sommes des petits dieux sur la Terre, capable d’inventer, façonner et nous vivons misérablement dans les maladies, les guerres, la famine, à quoi sert notre intelligence ?

Le seul et l’unique Dieu qui nous a inventé, façonné, modelé, ciselé, et qui pour nous sauver de la première transgression humaine, ces deux premiers humains mâle et femelle, déposé sur la Terre parfait de corps et d’esprit et pourtant ………… libre, volontairement ils ont violé la seule interdiction, entraînant leur mort ainsi qu’à leur descendance, la tare de cette mort étant inscrite dans leur sang, a envoyé sur la Terre son propre Fils, Emmanuel, parfait dans les Cieux, et il serait venu sur la Terre par la voie humaine, son Père, EL-SHADDAÏ, ayant introduit son spermatozoïde dans l’ovule féminin, d’une femme qu’il avait choisi bien avant, cette action.

D’après les Écrits de la plus grande religion du monde, cette femme choisit par EL-SHADDAÏserait imparfaite comme toutes les femmes humaines ! puisque quarante jours après la naissance de sa progéniture mâle elle doit aller au Temple se purifier !

Là, je me révolte ! Impossible, impensable !

EL-SHADDAÏ ne posera jamais son spermatozoïde parfait dans un ovule féminin imparfait. Donc cette religion mondiale, le « Christianisme », nous ment !

Ce sont des humains qui choisirent arbitrairement les livres qui formèrent le Nouveau Testament. Au Concile de Nicée en l’an 325, avec Constantin le Grand, le « Pontifex-Maximus », son ami Eusèbe de Césarée plus trois cents Évêques Orientaux et Occidentaux trièrent les Évangiles, Lettres et Épîtres pour former ce Codex du Nouveau Testament où le Livre de l’Apocalypse de Jean ne faisait pas parti. Il faudra attendre le Concile de Constantinople en l’an 381 sous Théodose 1er pour que le Livre de Jean l’Apocalypse ou Révélation soit incorporé au Nouveau Testament après des palabres houleux.

Tous les autres « Écrits » ne faisant pas partie de ce Nouveau Testament furent déclarés hérétiques ou apocryphes, que l’on ne doit pas dévoiler. Imaginez-vous que dans cette religion chrétienne il y a des livres qui sont déclarés apocryphes pour les Occidentaux, ces chrétiens nommés catholiques, et ces mêmes Livres qui sont canonique dans la Bible Orthodoxes, ces chrétiens Orientaux, alors pourquoi ? …….. Ils sont pourtant tous « Chrétiens » ! ….. Jésus le Nazôréen n’avait qu’une langue pour tous, le même enseignement pour tous, qu’ils soient Samaritain, Hébreux, Araméen, Romain ou Grec, alors vous mes semblables, vous chrétiens pourquoi cette différence ? ….

Livre apocryphe, le Protévangile de Jacques, « protévangile » signifiant « antérieur à » donc avant les Évangiles synoptiques. Jacques écrit qu’il a écrit ce Livre à la mort d’Hérode Antipas, soit en l’an 39-40 de l’EC. Par ce Protévangile nous apprenons la perfection du corps de Marie. Protévangile de Jacques VII : 2-3, VIII : 1

« 2. L’enfant eut trois ans. Joachim dit :

« Appelons les filles des Hébreux, celles qui sont sans tache. Que chacune prenne un flambeau et le tienne allumé : ainsi, Marie ne se retournera pas et son cœur ne sera pas retenu captif hors du temple du Seigneur. »

L’ordre fut suivi, et elles montèrent au temple du Seigneur. Et le prêtre accueillit l’enfant et l’ayant embrassée, il la bénit et dit :

« Le Seigneur EL-SHADDAÏ a exalté ton nom parmi toutes les générations. En toi, au dernier des jours, le Seigneur manifestera la rédemption aux fils d’Israël. »

3. Et il la fit asseoir sur le troisième degré de l’autel. Et le Seigneur EL-SHADDAÏ répandit sa grâce sur elle. Et ses pieds esquissèrent une danse et toute la maison d’Israël l’aima.

8.1. Ses parents descendirent, émerveillés, louant et glorifiant le Dieu souverain qui ne les avait pas dédaignés. Et Marie demeurait dans le temple du Seigneur, telle une colombe, et elle recevait sa nourriture de la main d’un ange. »

Là, ce Dieu que je nomme EL-SHADDAÏ, le seul et unique, supprime à Marie qui a trois ans, la tare adamique et il le fait voir, devant tous les humains présents, et en plus les marches de l’autel étaient interdites à toutes les personnes profanes. L’enfant est sur les marches et esquisse des pas de danse ce qui est impossible aux enfants de son âge.

Un autre Livre apocryphe la « Nativité de Marie » où l’Ange d’EL-SHADDAÏ se présente aux époux Joachim et Anne, en premier à Joachim futur père de la Mère de Jésus le Nazôréen, puis à Anne femme stérile car voilà plus de vingt ans qu’ils sont mariés sans avoir eu d’enfant

Le père Joachim : « Aussi ta femme Anne enfantera-t-elle pour toi une fille, et tu lui donneras le nom de Marie. Elle sera consacrée au Seigneur dès son enfance, comme vous l’avez promis, et elle sera remplie d’un « Esprit d’Intelligence sain » dès le sein de sa mère. Elle ne mangera ni ne boira rien d’impur, et elle ne vivra pas parmi le peuple, au-dehors, mais dans le Temple du Seigneur EL-SHADDAÏ pour qu’on ne puisse rien ni dire ni même soupçonner de méchant à son sujet. Et avec le progrès de l’âge, de même qu’elle naîtra de façon miraculeuse d’une femme stérile, de même, vierge, elle engendrera de façon incomparable le fils du Très-Haut, qui sera appelé Jésus: son nom indique qu’il sera le sauveur de toutes les nations. »

Je me suis permis de changer « Esprit-Saint » en « Esprit d’Intelligence sain » car comme je vous l’ai écrit « l’Esprit-Saint ou Saint-Esprit » n’existe absolument pas, mais ce que reçurent les Apôtres en premier par le « Maître » comme ils nommaient Jésus le Nazôréen, et en second par son père EL-SHADDAÏest un « Souffle Sain » qui leur donna une certaine « Intelligence Saine, parfaite », non égalitaire mais répartie selon ce que chacun avait besoin, et comme « l’esprit » est invisible, translucide, comme le vent, il fallait bien le représenter par quelque chose de visible qui ressemble à « l’esprit » et l’oiseau, comme une colombe, une tourterelle est bien la substitution de l’esprit, car volatile devenant invisible à l’œil humain en disparaissant dans la nuée, dans les Cieux, avec un plumage sans tache représentation de la droiture, propreté, candeur, intégrité, donc « SAIN ». « Sain » comme je viens de l’écrire est bien orthographié, car ce « Souffle d’Intelligence » est propre, cristallin, limpide, parfait, et ce n’est pas une sanctification comme le mot « SAINT » écrit ainsi qui reflète l’adoration la vénération mais il n’est pas propre, sans tache, et inspire l’idolâtrie, ce qui est le cas dans le christianisme.

La mère Anne : Ensuite, l’Ange apparut également à sa femme Anne en disant : « Ne crains pas, Anne, ne pense pas que c’est un fantôme que tu vois. Je suis en effet cet ange qui a présenté vos prières et vos aumônes devant le Seigneur. Et maintenant je suis envoyé vers vous pour vous annoncer qu’il vous naîtra une fille, du nom de Marie, qui sera bénie pardessus toutes les femmes. Pleine de la grâce du Seigneur dès sa naissance, elle passera les trois années de son allaitement dans la maison paternelle. Ensuite, consacrée au service du Seigneur, elle ne quittera pas le Temple jusqu’à l’âge de raison ; servant là EL-SHADDAÏ nuit et jour dans le jeûne et la prière, elle s’abstiendra de tout ce qui est impur. Elle ne connaîtra jamais d’homme, mais seule, sans exemple, sans souillure, sans corruption, sans union avec un homme, vierge elle engendrera un fils, servante elle engendrera le Seigneur, éminente à la fois par son nom et par son œuvre elle engendrera le sauveur du monde. »

Par ces « Écrits » dit apocryphes l’espoir pour l’humanité renait, alors pourquoi la « Papauté Catholique » refuse-t ’elle ces « Textes » ? Alors que la chrétienté Orientale Orthodoxe a canonisé ces « Écrits » ci-dessus ! Qui est le menteur, le fourbe, l’hypocrite ?

Maintenant nous savons que Marie la mère de Jésus le Nazôréen est lavée de la tare « Adamique ». Le sang de Marie est devenu parfaitet peut recevoir le spermatozoïde parfait d’EL-SHADDAÏ. Sa progéniture se développera dans un corps parfait et un esprit parfait sans tache.

Jésus le Nazôréennaîtra d’un corps parfaitet aura un sang parfaitcomme à l’origine quand Adam et Ève furent déposés sur la Terre.

Nous ne sommes plus les maudits de la Terre, l’équivalence est là ! Quelle différence avec ce que je vous ai écrit dans le chapitre précédent ?

En effet l’espoir est là ! Jésus le Nazôréen est né parfait, avec un sang parfait, donc toute sa vie il là vécut parfaitement sans aucun péché, et comme un agneau sans tare, ni tache, pour le sacrifice à EL-SHADDAÏ, son propre Fils pouvait se donner en holocauste, car équivalent aux deux premiers humains, afin de sauver la race humaineet vaincre la mort son Père géniteur le ressuscitant de l’Hadès,de la « Tombe ». Par ce sacrifice, tous les humains depuis le commencement pouvaient ressusciter.

Pour la fête chrétienne des amoureux et moi je dirai de l’amour, non charnelle, mais platonique, il n’y a pas eu plus grande preuve d’amour que celle-là, car il fallait vraiment aimer la race humaine pour donner son propre fils en propitiation.

Je reviendrai sur ce thème pour la Pâque dont les chapitres commenceront sûrement après celui-ci.

Vous mes semblables faites comme moi trouvés ce Dieu seul et unique, que je nomme EL-SHADDAÏcomme écrit sept fois dans la Genèse de la Bible, avec son Fils, Jésus le Nazôréenqui n’est pas un Dieu, mais notre Roi, notre assesseur pour nos fautes, notre avocat, que certain disent « paraclet » écrit dans Jean, mais beaucoup ne comprennent pas le sens de ce mot qui est un synonyme du mot « avocat ».

Portez-vous bien et prenez soins de vous ainsi que de votre maisonnée !

Salutations cordiales à tous !

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO »

Chandeleur et, Chap. N°2

Posté : 9 février, 2017 @ 5:57 dans Fêtes de toutes la Chrétienté | Pas de commentaires »

CrêpesLa Chandeleur et

 

Chapitre N° 2

 

Race Humaine maudite de la Terre

 

La « Chandeleur », fêtes des « Chandelles », est une fête religieuse chrétienne officiellement nommée « Présentation du Christ au Temple » et aussi « Purification de la Vierge Marie ».

 Luc II : 21-40 – La vierge Marie est la mère de jésus le Nazôréen

« Quand fut arrivé le huitième jour, celui de la circoncision, l’enfant reçut le nom de Jésus, le nom que l’ange lui avait donné avant sa conception. Quand arriva le jour fixé par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus le portèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi :

 « Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur. »

 Ils venaient aussi présenter en offrande le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur :

« Un couple de tourterelles ou deux petites colombes ».

Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C’était un homme juste et religieux, qui attendait la consolation d’Israël, et le « Souffle d’Intelligence » était sur lui. Le « Souffle d’Intelligence » lui avait révélé qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Messie d’EL-SHADDAÏ. Poussé par le « Souffle », Syméon vint au Temple. Les parents y entraient avec l’enfant Jésus pour accomplir les rites de la Loi qui le concernaient. Syméon prit l’enfant dans ses bras, et il bénit EL-SHADDAÏ en disant :

« Maintenant, ô Maître, tu peux laisser ton serviteur s’en aller dans la paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé à la face de tous les peuples : lumière pour éclairer les nations païennes, et gloire d’Israël ton peuple. »

Le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de ce qu’on disait de lui. Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère :

« Vois, ton fils qui est là provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de division. – Et toi-même, ton cœur sera transpercé par une épée. – Ainsi seront dévoilées les pensées secrètes d’un grand nombre. »

Il y avait là une femme qui était prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Demeurée veuve après sept ans de mariage, elle avait atteint l’âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s’éloignait pas du Temple, servant EL-SHADDAÏ jour et nuit dans le jeûne et la prière. S’approchant d’eux à ce moment, elle proclamait les louanges d’EL-SHADDAÏ et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.

Lorsqu’ils eurent accompli tout ce que prescrivait la loi d’EL-SHADDAÏ, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth. L’enfant grandissait et se fortifiait, tout rempli de sagesse, et la grâce d’EL-SHADDAÏ était sur lui. »

Pour éradiquer la fête de Lupercales, Gélase Ier décide en l’an 495 de célébrer la fête de la « Saint Valentin » le 14 février, date de son anniversaire, qui sera la fête chrétienne des amoureux, et dans le même élan il interdit cette fête païenne

Sous l’Évêque Primat de Rome Gélase 1er, le 2 Février était la fête des « Chandelles »qui pris le nom de « Chandeleur »parce qu’à partir du VIIème siècle on célébrait à Rome, à cette occasion, une procession de pénitence qui commençait au crépuscule et devait se faire à la lueur de cierges. Cette procession représentait le voyage de Joseph et Marie avec leur bébé pour aller de Bethléem ou Nazareth au temple de Jérusalem.

À partir du Xème siècle, c’est à l’occasion de cette fête qu’on procède à la bénédiction des cierges. Dans les églises, on remplace les torches par des chandelles bénites dont la lueur éloigne le Mal et rappelle que le Christ est la lumière du monde. Les chrétiens rapportent ensuite les cierges chez eux afin de protéger leur foyer.

Mais ce n’est qu’en l’an 1372 que cette fête sera officiellement associée à la « Purification de la Vierge Marie »

Si cela n’est pas une christianisation d’une fête païenne, et n’est pas une forme d’idolâtrie alors dites-moi ce que c’est !

Les crêpes avec leur forme ronde et leur couleur dorée rappelleraient le soleil, ce qui expliquerait que l’on confectionne des crêpes à la Chandeleur, moment de l’année où les jours s’allongent de Le premier Janvier est le jour de la circoncision de Jésus-Christ soit sept jours après la naissance dans la nuit du 24-25décembre.

Les deux Babylone d’Alexandre Hislop écrit : « Ces portraits ont aussi un caractère remarquable, c’est le nimbe ou cercle de lumière qui entoure d’ordinaire la tête de la madone romaine. Les prétendus portraits du Christ sont souvent entourés de la même manière. Quelle est l’origine de cet emblème ? Pour ce qui concerne notre Seigneur, si sa tête avait été simplement entourée de rayons, on aurait pu dire avec quelque apparence de raison que c’était un emprunt aux récits évangéliques où il est écrit que sur la sainte montagne son visage était resplendissant de lumière. Mais où voit-on, dans toute l’Écriture, que sa tête fut entourée d’un disque ou d’un cercle de lumière ? Ce qu’on chercherait en vain dans la parole de Dieu, on le trouve dans les représentations Astiques des grandes divinités de Babylone.

Le disque et surtout le cercle étaient les symboles bien connus de la divinité du soleil et figuraient largement dans le symbolisme oriental. La divinité du soleil était entourée d’un cercle ou d’un disque. Il en était de même dans la Rome païenne. Apollon, l’enfant du soleil. Comparez le nimbe qui entoure la tête de Circé à celui qui entoure la tête de la Vierge papale, et vous verrez combien la ressemblance est exacte »

Cependant, les célébrations de l’ours et du retour de la « Lumière » continueront lors de feux de joie et autres processions de flambeaux. Pourtant la chrétienté fit tout pour déraciner, éradiquer ces coutumes païennes et ancestrales.

Ce n’est malheureusement pas encore fini, car le christianisme se développe et les actions idolâtres avec.

Un rappel, Libère Évêque Primat de Rome décrète la naissance de Jésus-Christun 25 Décembre comme « Dieu » du Christianisme. J’écris bien Jésus-Christ« Dieu » des chrétiens,mais moi, Grandeloupo je le nomme « Jésus le Nazôréen » comme il est appelé dans la Bible, Matthieu II : 23 « Il sera appelé le Nazôréen ». Huit jours après c’est la circoncision, Luc II : 21, « Et lorsque furent accomplis les huit jours pour sa circoncision, il fut appelé du nom de Jésus, nom indiqué par l’ange avant sa conception »,et quarante jours après c’est la « Présentation de Jésus au Temple » soit le 02 Février, mois de la « purification » Luc II : 22-39, dont les versets sont déjà écrits quelques lignes plus avant.

Si la date de la naissance de Jésus le Nazaréen n’avait pas été magouillée, rien à dire.

Le problème c’est Marie, la mère de Jésus le Nazôréen !

Le même jour que la « Présentation au Temple » il y a la « Purification de Marie » !

Le dogme de la « purification de Marie, Mère de Jésus le Nazôréen » fut déclaré la première fois par l’Évêque Primat de Rome, Gélase 1er, en l’an 495 et devient officiellement le dogme de la religion Catholique en l’an 1372, la séparation avec l’Orient ayant été définitivement faite en l’an 1054,

Alors vous, mes semblables chrétiens, je vous demande de bien suivre ma logique.

Marie, la mère de Jésus-Christ, est donc reconnue imparfaitepar votre religion, puisqu’elle doit se purifier quarante jours après la naissance de son fils. J’en déduis que votre Jésus-Christ fut façonnédans un corps terrestre imparfait, donc il ne peut pas naître parfait.Si Jésus-Christ est né imparfait deux questions logiques se posent, en premier il ne peut pas être l’équivalence d’Adam et Ève qui furent déposés sur la Terre parfaitde corps et d’esprit, donc il ne peut pas sauver la race humaine du « péché adamique », en second comment se fait-il que son Père, que je nomme EL-SHADDAÏ, qui est aussi le nôtre, Jean XX : 17, accepte que son propre fils parfait dans les Cieux, naisse imparfait sur la Terre, quel illogisme ?

Impossible que ce « Dieu » seul et uniquepuisse accepter un tel illogisme, surtout qu’il envoie son fils sur la Terre en tant qu’homme, comme Adam le premier, pour sauver la race humaine !… !

Si ce que je viens d’écrire serai une mauvaise réflexion, alors nous humains, nous sommes les maudits de la Terredepuis la transgression des deux premiers humains. Nous sommes des passages sur la terre de la Terre pour vivre plus mal que les animaux, dans les guerres, les maladies, les souffrances corporelles et spirituelles, alors pourquoi nous avoir donné une intelligence, un langage ?

Oui comme le l’ai écrit, je réitère nous sommes les maudits de la Terre !…

Vous avez constaté, j’espère, que j’écris « Jésus-Christ » et non « Jésus le Nazôréen ».

Donc Jésus-Christ a, à ses premiers instants de vie sur la Terre, un ADN pour cinquante pourcents de son Père EL-SHADDAÏ, donc parfaitet un ADN de cinquante pourcents de sa mère terrestre, donc imparfait en suivant la logique ci-dessus. Ce que je viens d’écrire est une Loi de physique-chimie immuablepuisque créé par EL-SHADDAÏ,père géniteur de Jésus-Christ que je nomme Jésus le Nazaréen ou Nazôréen.

Comment un humain imparfait peut-il absoudre les péchés de ses semblables, mais encore pire, étant imparfait l’équilibre avec Adam et Ève est rompu, donc il ne peut pas sauver la race humaine de ce premier péché ?

Son sacrifice sur la croix ne sert à rien, car je ne vois pas EL-SHADDAÏ accepter une offrande imparfaite. Malheureusement il n’existe aucun texte canonique pour me démentir !

Donc la race humaine est condamnée à disparaître du globe Terre, dans d’affreuses souffrances, corporelles bien-sûr, mais surtout spirituelles car il n’existe plus d’espoirs.

Oui ! Nous sommes, nous la race humaine les maudits de la terre de la Terre, sans espoir puisque je viens d’écrire sur l’imperfection de Jésus-Christqui fut sans aucun doute un grand guérisseurmais un « Charlatan », « exorciste » pour ce qui est de sauver la race humaine, et pourtant son Père géniteur dans les Cieux et sur la Terre, notre Créateur n’a pas façonné une machine si merveilleuse pour la regarder s’autodétruire, alors ? … Il y a dans cette religion, le « Christianisme » de la menterie, duperie, mystification, dissimulation, fourberie, antinomie, fiction, artifice, et tant d’autres !

Et ce n’est pas cet Abbé, Curé, Évêque, Cardinal, Pop, Pape qui redonnera espoir à ses ouailles, car ils sont tous « Prêtre » de SAMMAËL,Prince du mal de cette Terre.

Depuis deux mille ans irrémédiablement l’humain va vers sa propre destruction et depuis le XXème siècle il a multiplié sa vitesse de destruction par cent et nos savants en ce XXIème siècle le constatent par la détérioration du sang.

A moins que la religion Catholique, Orthodoxe, Protestante et toutes leurs Sectes et Ordres Monastiques ne soient que mensonges comme le premier Pape qui était réellement Étienne II mais qui comme « Pontife » qui signifie « Pape » pour l’Occident, « Pope » pour l’Orient, ou « Pontifex-Maximus » fut Constantin le Grand Empereur de l’empire romain et tous les Empereurs qui lui succédèrent à la tête de cette religion le « Christianisme ».

Les chrétiens peuvent-ils démentir ces faits qui sont historiques, car c’est l’histoire même de la naissance du « Christianisme » ?

Comment se fait-il qu’EL-SHADDAÏait accepté que son Fils unique, Lui parfaitdans les Cieux, naisse dans un corps humain imparfait sur la Terre ? Et, si son propre Fils nait imparfait comment peut-il agréer ce sacrifice, Lui qui exigeait que les hébreux présentent un animal sans tache sur le pelage, sans aucune tare visible externe et interne pour le sacrifice, il voulait un animal « sain »pour accepter l’holocauste, la propitiation, alors pourquoi en serait-il autrement pour son propre Fils ?

Impossible ! Cet Être Suprême, ce Dieu seul et unique est logique ! Alors ?

Au début de cette religion les humains se réunissaient en « Assemblée » sous la directive d’un confrère que l’on nommait « Évêque, Ancien, Presbytre » qui connaissait l’Écriture car c’est lui qui enseignait les Lois et Préceptes du Dieu seul et unique EL-SHADDAÏ, ainsi que les paroles, Paraboles et enseignements de Jésus le Nazôréen, par l’intermédiaires des Lettres et Épitres qu’écrivaient les Apôtres et les Disciples de ceux-ci.

Les gouvernements romains qui se succèdent considèrent les humains qui suivent ce Jésus de Nazareth comme des Sectes du judaïsme, et selon le lieu où la province romaine ces humains sont persécutés car considérés comme des cannibales, des incestueux, et des mutilateurs car la circoncision était interdite dans toutes les religions de l’Empire Romain.

Dans les « Assemblées » nommées aussi « Église » mot le plus usité dans les « Écritures », certains « Évêques ou Presbytres », le premier nom l’emportera sur le second qui disparaîtra des « Écritures et du langage », s’apercevront que l’on peut se faire un « Nom » ainsi que la notoriété et des richesses dans cette nouvelle « Mouvance des Nazôréens, Nazaréens, Messianistes ». Certains de ces « Évêques » au verbe haut imposeront leurs idées sur la compréhension des « Paroles de Jésus le Nazôréen, de Nazareth », donnant naissance à des dogmes qui feront « force de Loi » tel que les « Monarchianisme, Subordinatianisme, Montanisme, Docétisme, Encratisme, Arianisme, Sabellianisme, Ébionisme, Elkasaïsme, Modalisme, Donatisme, Macédonianisme, et encore, et encore, tous ces courants de pensées s’étalant de la moitié du IIème siècle jusqu’au Vème siècle et plus. L’élaboration des doctrines chrétiennes viennent d’un développement d’un corpus dogmatique intrinsèque nécessaire au christianisme, et sous la houlette des empereurs romains, de Constantin le Grand à Justinien, devient une véritable institutionnalisation.

En l’an 312, après sa victoire au Pont de Milvius, Constantin le Grand devient l’Empereur de tout l’Empire Romain, et par l’Édit de Milan en l’an 313, il déclare le « Christianisme » comme la religion de l’Empire, lui qui est païen et adore le « Sol Invictus », deviendra chrétien. Quand il prendra le pouvoir à Rome, il constatera les divisions du christianisme particulièrement deux grand courant les « Donatistes, tirent leur nom de l’Évêque de Cases-Noires en Numidie, Donat le Grand et les Arianistes, doctrine due à Arius, 256-336 théologien d’origine Berbère, de langue grecque de l’École théologique d’Antioche »

Constantin montre son désir d’assurer à tout prix, par la conciliation ou la condamnation, l’unité de l’Église qu’il considère dès ce moment comme un rouage de l’État et l’un des principaux soutiens du pouvoir, et devient, ce faisant le véritable « Président de l’Église. » 

À vous conter l’histoire de ce christianisme qui détourne avec les années, les décennies et les siècles les enseignements de Jésus le Nazôréen et par la suite des Apôtres et en suivant les disciples de ceux-ci, dont les humains responsables seront appelés « Père Apostoliques » et, après eux se sont les paroles et écrits des humains qui feront par les dogmes Lois Sacerdotales, les Écrits des Apôtres comme les Évangiles, Lettres et Épitres seront dénaturés, retranchés, réécrites, etc.

J’en oublie que j’ai écrit que la race humaine était maudite sur la Terre, sans aucun espoir à cause de la naissance imparfaitede Jésus-Christ, sa mère étant obligée de se purifier quarante jours après la naissance de son fils unique.

Si un chrétien peut me prouver par la Bible que Jésus-Christ est né parfait, je suis à sa disposition pour l’écouter, le lire.

Pour le moment nous sommes cette race maudite de la terre de la Terre !

Je vous laisse à votre réflexion !

Portez-vous bien !

Salutations cordiales à Tous

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO »

La Chandeleur

Posté : 1 février, 2017 @ 4:17 dans Fêtes de toutes la Chrétienté | Pas de commentaires »

CrêpesLa Chandeleur

 

 

Chapitre N°1

 

Le mois de février tire son nom de « Fébruar » qui signifie « purification »

Selon les religions chrétiennes le 02 Février serait le jour de la purification de la Mère de Jésus le Nazôréen, je vais revenir sur ce fait.

Aujourd’hui, toujours dans un sens d’une aide spirituelle à mes semblables, je vais écrire sur une fête d’origine païenne que la chrétienté a absorbée dans son giron par une magouille de dogmes religieux et de date ; je parle de la Chandeleur, fête des Chandelles.

Quoique, à notre époque moderne, cette fête païenne perde de son charme, l’humain ne prenant plus le temps pour s’amuser et rire, figé devant son poste de télévision, mais il y a toujours des humains qui aiment les traditions, que ce soient religieuses ou païennes.

Il existe encore, de nos jours des dictons, mais aussi un symbolisme mystérieux lié à la confection des crêpes et à la manière de les faire sauter. Une pièce d’or, plus exactement un Louis d’or, sinon une menue monnaie dans la main gauche, la crêpe dans le poêle et de la main droite, hop, nous faisons sauter la crêpe afin qu’elle se retourne d’un demi-tour en l’air, et vite la récupération ! … Réussi ! … Alors vous aurez la prospérité toute l’année

On dit aussi que la première crêpe confectionnée doit être gardée dans une armoire et qu’ainsi les prochaines récoltes seront abondantes.

 Il est parfois précisé qu’il s’agit du sommet d’une armoire et que la crêpe est alors réputée ne pas moisir et éloigner la misère et le dénuement.

Comme écrit ci-dessus la fête de la « Chandeleur » est d’origine païenne –la festa candelarum

Pour le plaisir, cinq à six dictons des régions de France

À la Chandeleur, l’hiver se meurt ou prend vigueur.

À la Chandeleur, au grand jour, les grandes douleurs.

Si le ciel n’est ni clair ni beau, nous aurons plus de vin que d’eau

Rosée à la Chandeleur, l’hiver à sa dernière heure.

Si la Chandeleur pleure, l’hiver ne demeure

Bien avant la naissance de Jésus le Nazaréen, dans toute l’Europe et le Moyen-Orient, selon le calendrier, et dans ce monde barbare où le temps de l’hiver servait de repos pour les humains, les armes et la terre, nous fêtions la fête des Dieux et Déesses, mais surtout de l’Ours. Toutes les fêtes dues au Solstice de l’Hiver étaient finies. Les humains commençaient à s’apercevoir de l’allongement de la lumière journalière, cela annonçait le réchauffement de la terre, la fin de l’hiver. Le monde agricole et pastorale commençaient les préparatifs pour une nouvelle année de travail et les guerriers leurs armes pour les nouvelles campagnes.

En Europe en l’honneur de la déesse Brigit, vers le 02 Février, les paysans portaient des flambeaux et parcouraient les champs en procession, célébrant la purification de la terre ainsi que sa fertilité les semailles approchant.

Longtemps en Europe, les humains fêtaient l’Ours, objet d’un culte qui s’étendit de l’Antiquité jusqu’au cœur du Moyen Âge. Dans les Pyrénées ou en Bigorre les indigènes disaient qu’à la Chandeleur, appelé dans de nombreuses régions européennes le « Chandelours », l’animal sortait de la grotte où il hibernait, inspectait le ciel, et si celui-ci était dégagé, l’ours retournait dans son gîte pour quarante jours, en clair cela signifiait que l’hiver durerait encore une quarantaine de jours.

Selon les régions et les traditions l’animal hibernant, dit « dormeur », changeait où était un complément de l’Ours, dans le Limousin s’était le loup, en Lorraine la loutre, en Irlande le hérisson, en Forêt Noire, les Savoie, la Toscane la marmotte.

Tiens ! en parlant de la marmotte, les européens émigrants en Amérique du Nord amenèrent avec eux leurs coutumes et traditions. Une entrée du journal personnel de James Morris, commerçant du comté de Berks en Pennsylvanie du 5 février 1841 mentionne : 

« Mardi dernier le 2 était la Chandeleur, le jour où selon la tradition allemande la marmotte jette un coup d’œil hors de son terrier. Si elle voit son ombre, elle retourne se coucher pour six semaines de plus, mais si la journée est nuageuse elle demeure à l’extérieur car le reste de l’hiver sera doux ».

Au Canada comme dans le Nord des États-Unis le 2 Février ne se nomme plus la « Chandeleur » mais « Le Jour de la Marmotte »

Les peuples germains, scandinaves, celtes, gaulois célébraient la sortie d’hibernation de l’ours vers la fin du mois de janvier ou le tout début du mois de février. Mais la date faisant l’objet des plus importantes célébrations était le 24 janvier dans la majeure partie de l’Europe.

Petite explication de physique avant de continuer

« En début février, les pays tempérés de l’hémisphère nord se retrouvent dans une circulation atmosphérique zonale. Ceci veut dire qu’il y a des poussées d’air froid du nord qui alternent avec des incursions chaudes venant du sud. Un ciel clair et dégagé veut dire que la région est recouverte par un anticyclone arctique, donc l’air est très froid et l’hiver semble bien parti pour rester. Par contre, un temps nuageux signifie le passage d’une dépression amenant de l’air doux du sud ce qui peut faire penser à une fin précoce de cette saison.

En réalité, le printemps a peu de chances d’arriver avant la date prévue et le temps qu’il fait le 2 février n’est que pure coïncidence. De plus, tout dicton provenant d’Europe a bien peu de chance de s’appliquer à un endroit qui a une climatologie différente comme l’Amérique du Nord ».

Chez les Romains, on fêtait les Lupercales, fête de purification, inspirées de Lupercus, dieu de la fécondité et des troupeaux, aux environs du 15 février. À la même époque, on trouve également la fête de Feralia qui était la fête des morts car c’était le dernier jour de l’année.

Les luperques, prêtres de Faunus, sacrifiaient un bouc à leur dieu dans la grotte du Lupercal, au pied du mont Palatin, où, selon la légende, la louve avait allaité Romulus et Rémus, après avoir découvert les deux jumeaux sous un figuier sauvage situé devant l’entrée de celle-ci, et avant qu’ils ne soient recueillis et élevés par le berger Faustulus et son épouse Acca Larentia, une prostituée surnommée « Lupa », la « louve », par les autres bergers de la région.

La Festa Candelarum tire son nom d’une coutume consistant à allumer des cierges à minuit en symbole de purification

Reste que la « Festa Candelarum » à Rome commémorait la recherche de la Déesse de la Lumière, Perséphone enlevée par le Roi de l’Autre Monde Hadès, par sa Mère la déesse de la Vie Déméter. Perséphone n’étant plus dans notre monde les ténèbres étaient omniprésentes, sa mère a alors éclairé sa recherche avec une torche, et a fini par obtenir que sa fille soit sur Terre et sur l’Olympe pendant les deux tiers de l’année, période claire, et dans l’Autre Monde, l’Hadès, durant un tiers du temps, saison hivernale.

À l’occasion de la Chandeleur, toutes les bougies de la maison devraient être allumées.

La tradition demande aussi de ne ranger la Crèche de Noël qu’une fois le jour de la Chandeleur passé. Cette action clôture toutes les fêtes religieuses de Noël.

La fête des Chandelles symbolise le retour de la Lumière.

Donc dans le monde païen du IIème siècle av. J-C., au VIème siècle ap. J-C., au mois de février l’on fêtait Imbolc, Brigit, l’Ours et les Lupercales pour la purification générale, en générale, chacun avec son « Dieu » et sa représentation.

Toutes ces fêtes païennes dérangeaient l’expansion du christianisme. Au début du VIème siècle toute la chrétienté ne représente que cinq à dix pourcents maximums de toutes les religions. Constantin le Grand après sa victoire au Pont de Milvius tiendra parole et déclarera le « Christianisme » comme religion de l’Empire Romain. Les persécutions contre les « chrétiens », ce nom est entré dans la littérature et le langage courant depuis un demi-siècle, s’inverseront et seront aussi cruelles contre les païens par ces « Chrétiens ».

En l’an 325,Constantin le Grandconvoquera le premier Concile Œcuménique qui réunira quelques trois-cent-cinquante Évêques Orientaux et Occidentaux du Bassin Méditerranéen et des Pays limitrophes, et avec son ami Eusèbe de Césarée, ensemble et arbitrairement ils choisiront les livres qui circulaient librement dans toutes les régions citées ci-avant, pour former ce que l’on nommera le « Nouveau Testament » et ils garderont les livres hébreux de l’Ancien Testament le tout formant le Codex que l’on appellera « Bible ». Constantin le grand en profitera pour être le « Pontife » de cette nouvelle religion romaine portant le titre de « Pontifex-Maximus » avec les apparats vestimentaires ainsi que les ustensiles religieux pour les Offices.

Là, je viens d’écrire des faits historiques qui mélangent l’histoire et la religion, pour être encore plus véridique c’est l’histoire, la Genèse d’une religion, le « Christianisme ».

Le « Christianisme » prend de l’ampleur grâce à Constantin le Grand, qui comme « Pontifex-Maximus », déclarera un certain nombre de Lois. Par l’Édit de Milan en l’an 313, il établit la liberté de culte qui met fin aux persécutions contre les chrétiens

En l’an 320 il promulgue une Loi contre la prostitution des servantes d’auberges

En l’an 325 il interdit que l’on sépare les familles lors de la vente des esclaves, et il autorise l’Église à recevoir des « legs » et accorde le droit aux plaideurs de choisir entre le tribunal civil et la médiation de l’Évêque alors élu par le peuple.

En l’an 325 il impose le repos « Dominical »

En l’an 326 il humanise les prisons en limitant les traitements cruels allant jusqu’au marquage au fer rouge des criminels au visage.

En l’an 329 pour renforcer le « Mariage », il devait y avoir une cérémonie religieuse chrétienne avec un sacrement. — [ le « sacrement » du mariage, c’est lui ! ]

En l’an329 une loi punit de mort l’adultère d’une femme avec son esclave.

En l’an 331 il restreint le droit au divorce. Le divorce à l’amiable (divortium consensus) reste possible, le demandeur est financièrement pénalisé dans les autres cas, à moins de prouver pour la femme que le mari est coupable d’homicide, empoisonnement ou violation de sépulture ou pour le mari que l’épouse est coupable d’adultère, maléfices ou faits de proxénétisme. Cette évolution limite les cas de répudiation par opportunisme politique.

En l’an 333 il autorise l’affranchissement des esclaves.

En l’an 336 il promulgue une Loi pénalisant la bâtardise.

A la fin de sa vie Constantin Ier, dit Le Grand, se rappela des « ariens » et, c’est leur chef, l’Évêque Eusèbe de Nicomédie, qui le baptisa sur son lit de mort en l’an 337.

Je continue les faits historique et religieux !

En premier le « Pape » du « Christianisme » n’existe pas puisque le « Pontifex-Maximus », c’est-à-dire le « Pontife ou Pape » est l’Empereur Romain chef incontestable de la religion de l’Empire, soit le « christianisme », et ceci du début du IVème au milieu du VIIIème siècle, soit en l’an 752 sous l’Évêque primat de Rome, Étienne II, qui prendra le titre de « Pontife » soit « Pape », à la remise des États vaincus par Pépin le Bref qui seront les premiers « États Pontificaux ».

L’Empereur de l’Empire Romain Théodose 1er, par l’Édit de Thessalonique en l’an 380, rend définitivement le « Christianisme » religion de l’Empire, et l’Empereur sera aussi le « Pontifex-Maximus ». Selon l’Empereur, le siège religieux du « Christianisme » passera de Rome à Constantinople

En l’an 354 l’Évêque Primat de Rome, Libère décrète que le christianisme doit avoir un « Dieu » au Solstice d’Hiver, tout comme les romains avaient le « Sol Invictus » et « Mithra », Dieux né un 25 décembre, Jésus-Christ est déclaré être né un 25 Décembre lui aussi, comme tous les Dieux du Bassin Méditerranéen et des Pays limitrophes. Huit jours après cette naissance du 25 Décembre c’était le baptême par la circoncision comme la Loi hébraïque le veut.

Pour prendre de l’ampleur les Évêques Primat des deux communautés les plus importantes, Rome et Constantinople, de cette religion chrétienne, chercheront à éradiquer les fêtes importantes païennes pour les incorporer dans le giron de l’Église. En effet maintenant l’on dit, selon l’Empereur, « l’Église de Rome ou l’Église de Constantinople »

En l’an 356, Libère le premier déclare le siège de Rome comme « Apostolique », faisant comme pour la naissance de Jésus-Christ un 25 Décembre du funambulisme qui, historiquement lui a merveilleusement bien réussi. Damas 1er son successeur ne prendra sa place que par les armes, en faisant plus de cent-trente morts, dans la Basilique Julia ou son rival Ursin avait été élu « Évêque Primat » à la succession de Libère, nous sommes en l’an 366.

Les Évêques Primat se suivent !

Gélase 1er, d’origine Berbère en Afrique du Nord, est l’Évêque Primat de Rome de l’an 492 à l’an 496. A la même époque il y a à Constantinople « Siège Apostolique » aussi, mais Orthodoxe, un Évêque Primat du nom de « Euphémius » qui décédât la même année que Gélase 1er.

Gélase défendit vigoureusement la primauté de Rome lors du schisme d’Acacius, patriarche de Constantinople, conséquence de la politique religieuse de l’empereur Zénon[]

Il continue la politique d’indépendance de l’Église, entamée par Félix III, en particulier vis-à-vis de la cour de Byzance et du nouvel empereur Anastase Ier en lui faisant parvenir en l’an 494 une lettre où il formule avec clarté le principe, qui selon lui, doit inspirer les relations entre l’évêché et l’empire.

« Deux pouvoirs, Auguste Empereur, règnent sur le monde.

Le pouvoir sacré des Évêques et le pouvoir des Rois.Le pouvoir des Évêques l’emporte d’autant plus sur celui des Rois que les Évêques auront à répondre au tribunal de Dieude tous les hommes, fussent-ils rois.

Votre pieuse Majesté ne pourra donc qu’en conclure que personne, en aucun temps, sous aucun prétexte humain, ne pourra jamais se dresser contre la fonction absolument unique de cet homme que le précepte du Christlui-même a placé à la tête de tous et que la Sainte Église reconnaît comme son chef. »

Comme vous venez de le lire le terme « Pape » n’est absolument pas employé. Vous constaterez en même temps le peu d’humilité dans cette écriture. En plus le mensonge ne le dérange pas beaucoup car jamais, je dis bien jamais, Jésus le Nazaréen n’aurai accepté une telle vanité.

Gélase 1er substituera cette fête, la « Chandeleur », aux antiques « Lupercales » et « Feralia », mais aussi à la célébration de l’Ours, qui, malgré cette commutation, continuera pendant des siècles avec ses feux de joie et ses déguisements, en remplaçant les torches par des chandelles bénites pour les processions, dont la lueur supposera éloigner le mal et rappellera que le « Christ » est la « Lumière du monde ».

Cette fête, imposée par Gélase 1er,quarante jours exactement après la naissance du « Jésus-Christ », soit le 2 février portera le nom de « Fête de la présentation de Jésus-Christ au temple », et en 1372 l’Église chrétienne, par dogme, instituera à la même date, la « Fête de la Purification de Marie » et mettra au 1er Février la fête de Sainte Brigit, de la Saint-Ours d’Aoste, de Saint-Blaise, Blaise signifiant Ours.

Je continuerai l’écrit sur la « Chandeleur », « Chantdel’Ours » la semaine prochaine où j’ajouterai la fête de la « Saint-Valentin »

En attendant la « Chandeleur » est une fête païenne décrété par une « Église Catholique » corrompue par le mensonge, puis par les richesses et la vanité, mais EL-SHADDAÏ n’a jamais interdit que le peuple s’amuse, au contraire, si, il n’y a pas d’adoration, vénération d’un autre « Dieu » où d’une idolâtrie quelle qu’elle soit, alors amusons nous à faire sauter les crêpes, buvons, mangeons et dansons en respectant les Lois et Enseignements de ce Dieu unique et de son fils notre Roi et seulement notre Roi, car nous n’avons qu’un seul et unique Dieu, son Père comme il nous l’a appris. Jean XX : 17

Prenez-soins de vous et portez-vous bien !

Salutations cordiales à Tous

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO »

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus