Discernement Philosophie par Grandeloupo

Bienvenue à Tous et bonne lecture !…. Aprés, vous êtes libre de votre réflexion !

Archive pour avril, 2017

Pâque, Mardi 11 Avril chap. N° 2 – entre les deux soirs

Posté : 8 avril, 2017 @ 12:19 dans Fêtes de toutes la Chrétienté | Pas de commentaires »

Rel-La Cène - Le souperLa Pâque

 

Chapitre N° 2

 

Pâque Mardi 11 Avril 2017,

 

entre « les Deux Soirs » – 20h33 et 24h

 

La Pâque cette année est pour nous « Enfants » d’EL-SHADDAÏ le Mardi 11 Avril entre les « Deux Soirs ».

Cette petite ligne ci-dessus demande une explication.

J’écris, « Enfants », car je considère que nous faisons partie des « Enfants » de ce Dieu seul et unique que je nomme EL-SHADDAÏ, Genèse XVII : 1, « Lorsqu’Abram eut atteint quatre-vingt-dix-neuf ans, Yahvé lui apparut et lui dit : « Je suis EL-SHADDAÏ, marche en ma présence et sois parfait. » », car quand nous prions nous disons bien comme Jésus le Nazôréen, lui son Fils engendré, contrairement à nous qui sommes créés, « Notre Père qui est aux Cieux…. » et pour affirmer ce que j’écris, Jésus le Nazôréen dit en Jean XX : 17 : « Jésus lui dit : « Ne me touche pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père. Mais va trouver mes frères et dis-leur : « Je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. » », donc sans mentir nous humains imparfaits nous sommes vraiment ses « Enfants », enfin pour tous ceux qui veulent suivre ses Lois et Préceptes ainsi que les Enseignements de son Fils Jésus le Nazôréen.

Ce Dieu EL-SHADDAÏ, Deutéronome IV : 39,  « Sache-le donc aujourd’hui et médite-le dans ton cœur : c’est EL-SHADDAÏ qui est Dieu, là-haut dans les Cieux comme ici-bas sur la terre, lui et nul autre. », le seul et unique, même son propre Fils n’était pas encore façonné quand ce « Dieu » créa l’Univers avec la Galaxie Terre et sa voie Lactée, Isaïe XLIV :24 « Ainsi parle EL-SHADDAÏ, ton rédempteur, celui qui t’a modelé dès le sein maternel, c’est moi, EL-SHADDAÏ qui ai fait toutes choses, qui seul ai déployé les cieux, affermi la terre, sans personne avec moi ! »,et c’est le même Être Suprême qui nous demande de respecter la « Pâque »et non comme la chrétienté qui fête « les Pâques » avec son Carême, ses œufs, ses cloches et ses lapins dont l’origine est une copie conforme des anciennes réjouissances babyloniennes orchestrées par les prêtres des Temples de Babylone en l’honneur de Tammuz ou plus exactementBaal avec son épouse Astarté la « Reine du Ciel ».

Quand ce Dieu fit écrire par ses « Prophètes » « Sortez d’elle mon Peuple ! » il savait qu’un « Nouveau Peuple » s’élèverait de la Terre pour le prier, l’adorer, le glorifier, Lui le véritable Dieu de tout l’Univers, le seul et l’unique, comme ses « Prophètes » l’ont écrit, pour l’ère des « Dernières Générations », et ce « Nouveau Peuple » ce n’est pas Lui, EL-SHADDAÏ, qui le choisirait comme avec le peuple Hébreux, mais se seraient des humains de toute la Terre, de couleur de peau différente, de Nations diverses, de langages et idiomes de toute la Terre habitée, voilà cette multitude disparate former son « Nouveau Peuple », car se seront ces humains qui volontairement l’auront choisi comme leur seul et unique Dieu, et accepter son Fils comme leur Roi sur la Terre.

Respecter son Fils comme Souverain, et son Père pour leur Dieu, notre Dieu, Lui EL-SHADDAÏ, et pas un autre, et sûrement pas son Fils Jésus le Nazôréen, voilà la vérité ! voilà pourquoi nous prions « Notre Père ! …. »

Ce Dieu, que je nomme comme dans la Genèse, EL-SHADDAÏ, Isaac envoyant Jacob chez Laban, Genèse XXVIII : 3 « Qu’EL-SHADDAÏ te bénisse, qu’il te fasse fructifier et multiplier pour que tu deviennes une assemblée de peuples. », que nous demande-t-il de si difficile, si ce n’est que de fêter la Pâque ?

La « Pâque », et non « les Pâques » qui est la résurrection de Jésus-Christ et aucun texte biblique ne stipule qu’il faut honorer annuellement cette résurrection ! Alors ?

La « Pâque » a été institué par EL-SHADDAÏ pour toujours et symboliquement le Disciple Saül de Tarse nous le rappelle dans sa première Épitre aux Corinthiens V : 7-8          « Purifiez-vous du vieux levain pour être une pâte nouvelle, puisque vous êtes des azymes. Car notre pâque, le Christ, a été immolée. Ainsi donc, célébrons la fête, non pas avec du vieux levain, ni un levain de malice et de méchanceté, mais avec des azymes de pureté et de vérité. ». Ce texte biblique fut écrit à la naissance de la « Mouvance de Jésus le Nazôréen, Nazaréen, Galiléen, Messianiste » trois décennies après la mort de Jésus de Nazareth par le supplice de la crucifixion, torture employée par l’armée d’occupation romaine sous la bienveillance du Sanhédrin de l’époque.

Gardons toujours à l’esprit que les Apôtres, comme les soixante-douze premiers Disciples de Jésus le Nazôréen, dont les Apôtres avaient été choisis, étaient pour la majorité d’entre eux des hébreux purs et durs et qu’une petite partie était hellénisée, c’est-à-dire que ces hébreux lisaient l’Ancien Testament en langue grecque, mais qu’ils avaient aussi pris les coutumes en plus de la langue.

Dès le commencement de cette « Mouvance » il y a eu deux écoles, celles de Jérusalem ou l’observance de la Loi de Moïse intégrale avec la circoncision de chair, et la seconde celle de la Diaspora, où la circoncision de chair n’était pas obligatoire, par contre toutes les autres interdictions étaient de rigueur comme ne pas manger une viande d’animaux étouffés, d’adultère, en voici le texte biblique Actes des Apôtres XV : 22-30

 « Alors les apôtres et les anciens, d’accord avec l’Église tout entière, décidèrent de choisir quelques-uns d’entre eux et de les envoyer à Antioche avec Paul et Barnabé. Ce furent Jude, surnommé Barsabbas, et Silas, hommes considérés parmi les frères.

Ils leur remirent la lettre suivante :

« Les apôtres et les anciens, vos frères, aux frères de la gentilité qui sont à Antioche, en Syrie et en Cilicie, salut !

Ayant appris que, sans mandat de notre part, certaines gens venus de chez nous ont, par leurs propos, jeté le trouble parmi vous et bouleversé vos esprits, nous avons décidé d’un commun accord de choisir des délégués et de vous les envoyer avec nos bien-aimés Barnabé et Paul, ces hommes qui ont voué leur vie au nom de notre Seigneur Jésus Christ.

 Nous vous avons donc envoyé Jude et Silas, qui vous transmettront de vive voix le même message. L’Esprit Saint et nous-mêmes avons décidé de ne pas vous imposer d’autres charges que celles-ci, qui sont indispensables vous abstenir des viandes immolées aux idoles, du sang, des chairs étouffées et des unions illégitimes. Vous ferez bien de vous en garder. Adieu. »

Prenant congé donc, les délégués descendirent à Antioche, où ils réunirent l’assemblée et remirent la lettre »

Ce passage des « Actes des Apôtres » vient d’une Lettre ou Épître qui fut écrite après la grande réunion des Apôtres et Disciples que les historiens nommeront le « Concile de Jérusalem » sous la tutelle des « Trois Colonnes » qui étaient Jacques, Jean surnommé par Jésus les « Fils du Tonnerre », les deux frères, fils de Zébédée et Simon- Pierre plus communément appelé Pierre et surnommé Képhas par Jésus qui signifie le « Roc ou le Rocher », et ce Concile aurait eu lieu en l’an 48 ou 52 selon les historiens. La question principale de ce « Concile des Apôtres » porte sur le salut des non-juifs incirconcis.

Là nous constatons l’imperfection des humains fussent-ils Apôtres car jamais cette discussion n’aurait dû avoir lieu, avec un peu de mémoire.

En effet, les Apôtres du vivant de leur Maître avaient eu cette polémique sur le sujet de la circoncision. Logion 58

Ses disciples lui dirent : « La circoncision est-elle utile ou non ? »

Il leur a dit : « Si elle était utile, c’est circoncis que leur Père les engendrerait de leur mère. Mais la véritable circoncision dans l’esprit donne tout le profit ! »

Ceci est écrit dans l’Évangile de Thomas considéré comme apocryphe tout comme l’Évangile de Pierre par la religion catholique, pourquoi ?

L’important maintenant ce n’est pas la circoncision de chair qui est hygiénique, mais celle que l’on ne voit pas, la circoncision intérieure celle du cœur, celle de l’esprit en suivant Lois et Précepte d’EL-SHADDAÏ, ainsi que les « Enseignements » de son Fils, Jésus le Nazôréen, là est la véritable circoncision, lisons l’Épitre aux Romains II : 22-23, 25, 29 «« Tu interdis l’adultère et tu commets l’adultère ! Tu abhorres les idoles, et tu pilles leurs temples !Toi qui te glorifies dans la Loi, en transgressant cette Loi, c’est EL-SHADDAÏ que tu déshonores, La circoncision, en effet, te sert si tu pratiques la Loi ; mais si tu transgresses la Loi, avec ta circoncision, tu n’es plus qu’un incirconcis.Le vrai Juif l’est au-dedans et la circoncision dans le cœur, selon l’esprit et non pas selon la lettre : voilà celui qui tient sa louange non des hommes, mais d’EL-SHADDAÏ. » 

Avec un cœur pur, sans arrières pensées nous allons fêter la Pâque comme EL-SHADDAÏ nous le demande

Quand les humains commencèrent à être nombreux à suivre les « Enseignements » de Jésus le Nazôréen, la Pâque resta pure tant que les « Assemblées » restèrent fidèles à ces principes, mais après les Pères Apostoliques la Mouvance des Galiléens, Messianistes, Nazôréens commença à se corrompre.

La journée d’un hébreu commence du coucher du soleil, au coucher du soleil. Le mois de Nissan, soit le premier mois de l’année commence de moitié Mars à moitié Avril de chez nous, soit de l’Équinoxe du Printemps et va de la « Nouvelle Lune » ou « Lune Rousse » à la « Nouvelle Lune » suivante. Alors comment calcule-t-on la « Pâque ». Lévitique XXIII : 5-6« Le premier mois, le quatorzième jour du mois, au crépuscule, c’est Pâque pour EL-SHADDAÏ, et le quinzième jour de ce mois, c’est la fête des Azymes pour EL-SHADDAÏ. Pendant sept jours vous mangerez des pains sans levain. » Quatorze jours après la Lune Rousse ou Nouvelle Lune, « Entre les Deux Soirs » c’est la Pâque pour EL-SHADDAÏ. La commémoration chaque année de la Pâque était une action du souvenir, mais aussi de liberté, du renouveau.

Peuple

 Oui ! Mais ce Dieu seul et unique est un Dieu de justiceet il connaissait des humains au cœur juste et pur et pour eux il fallait bien une récompense comme la résurrection et pour cela il fallait vaincre la mort, ce péché de transgression des deux premiers humains et il leur fallait une équivalence. Les deux premiers humains furent déposés sur la Terre parfait de corps et d’esprit d’intelligence donc comme équivalence il fallait qu’un humain vive parfaitement sur la terre jusqu’à l’âge de la pleine force qu’il meurt comme tous les humains et qu’EL-SHADDAÏ le ressuscite d’entre les morts.

En accord avec son propre Fils engendré dans les Cieux, cet Être Suprême engendra une seconde fois ce même Fils dans le processus humain de la conceptiondéposant son spermatozoïde dans l’ovule féminin dont le corps avait été nettoyé de la tare adamique, donc dans un corps avec un sang parfaitcomme à l’origine et Jésus le Nazôréenest né avec un sang parfait sans la tare adamique.

Ayant vécu sur la Terre une quarantaine d’année, enseignant ses semblables, il était maintenant l’équivalence parfaite des deux premiers humainset pouvait s’offrir comme l’agneau sans tache pour l’holocauste, le sacrifice ultime et vaincre la mort en étant ressuscité par son Père géniteur, offrant à la race humaine la possibilité de la résurrection afin de vivre éternellement sur cette magnifique Terre.

Bien avant la naissance de Jésus le Nazôréen, quinze siècles environ avant cette naissance, EL-SHADDAÏ libéra le « Peuple » hébreu qui se forma en terre étrangère, tous descendant de Jacob qui, quelque quatre cent trente ansplus tard représentait plus de six-cents mille hommes de pied dépassant en nombre les indigènes d’où l’esclavage de ce peuple. Ce Dieu, cet Être Suprême choisi la renaissance de la nature pour libérer ce peuple qu’il avait choisi parmi toutes les nations de la Terre.

Les prêtres, les Lévites faisaient un premier sacrifice d’un petit bétail mâle d’un an sans tache pour la rémission de leurs fautes ou péchés. Le Grand Prêtre devait être pur pour entrer dans le « Saint des Saints » de la Tente du Rendez-vous pour recevoir le pardon des péchés d’Israël par EL-SHADDAÏ, ainsi que les directives lors du déplacement du « Peuple ».

La Pâque pour EL-SHADDAÏ ne dure que le temps du repas d’entre les Deux-Soirs. A l’ère de Jésus le Nazôréen la fête de la Pâque se faisait en famille et amis. Les responsables de la famille ou de la réunion entre amis et voisins amenaient la tête de petit bétail aux prêtres du Temple ou l’achetaient aux marchands installés devant les portes d’entrée de ce Temple et les prêtres faisaient le nécessaire et rendaient la bête aux fidèles qui entraient chez eux pour faire rôtir la viande comme leur Dieu leur demandait. Exode XII : 2-16, Lévitique XXIII :5-8, Ézéchiel XLV : 21-25

Maintenant regardons la signification des actes de Jésus le Nazôréen !

A la Pâque le Grand Prêtre devait sacrifier des animaux purs pour le pardon de ses propres fautes en premier afin qu’il soit pur pour offrir devant EL-SHADDAÏ d’autres holocaustes pour les fautes du « Peuple ».

Jésus le Nazôréen est considéré comme un « Grand Prêtres » comme au tout début de la prêtrise, l’humain ne décrété pas lui-même d’être « Prêtre », il devait se sentir appelé par son « Dieu » comme Aaron se sentit appelé par EL-SHADDAÏ, Épître aux Hébreux V : 4 « Nul ne s’arroge à soi-même cet honneur, on y est appelé par Dieu, absolument comme Aaron. », de même que Jésus le Nazôréen ne s’est pas senti cette vocation de « Grand Prête » orgueilleusement par lui-même, mais son Père géniteur l’a comparé à un mythe prophétique chanté par David Psaume CX : 1//4, « Oracle d’EL-SHADDAÏ à mon Seigneur : «Siège à ma droite, tant que j’aie fait de tes ennemis l’escabeau de tes pieds.» EL-SHADDAÏ l’a juré, il ne s’en dédira point « Tu es prêtre à jamais selon l’ordre de Melchisédech.», et cette partie du Psaume fut reprise dans l’Épître aux Hébreux V : 5-6, « De même ce n’est pas le Christ qui s’est attribué à soi-même la gloire de devenir grand prêtre, mais il l’a reçue de celui qui lui a dit : « Tu es mon fils, moi, aujourd’hui, je t’ai engendré » ;comme il dit encore ailleurs : « Tu es prêtre pour l’éternité, selon l’ordre de Melchisédech. » »

Jésus le Nazôréenfait le repas de la Pâqueen famille, mais aussi avec ses Apôtres et Disciples qui ont femme et enfants comme André le frère de Simon-Pierre, surnommé Pierre, et Philippe dont deux de ses filles sont prophétesses et se sera son dernier repas où, par le symbolisme il essaiera de faire comprendre à ses Apôtres et Disciples qu’il n’y a plus besoin de prêtre pour le pardon des péchés une fois l’an car c’est lui le « Grand Prêtre », mais c’est aussi l’agneau, le petit bétail pur, sans tache qui va à l’abattoir comme holocauste pour EL-SHADDAÏ, pour le pardon des péchés de la race humaine.

Une remarque personnelle dont je suis certain, jamais, je dis bien jamais, Jésus le Nazôréen n’a dit « Faites cela ou ceci en mémoire de moi ! » Ce n’est dans l’Évangile de Luc qu’un ajout grossier de copiste, puisque seul l’évangéliste Luc a cet ajout. Si cela avait été véridique, Matthieu, Marc, Jean, auraient écrit cette maxime avec empressement, mais aucun de ces évangélistes ne mettent ces paroles dites, soi-disant, par Jésus-Christ ! Bizarre ! Très bizarre ! ….

A cette Pâque, Jésus le Nazôréen se considère comme l’agneau où plus réellement comme le petit bétail mâle d’un an sans tache qui devient la nourriture des « Prêtres » voilà pourquoi après avoir rendu grâce il dit « Prenez et mangez ceci est mon corps », mais il est symboliquement la viande rôtie du bétail, et avec le vin, ce liquide devient le sang avec lequel on aspergeait le peuple pour la rémission des péchés ou ce sang que le Grand Prêtre se servait pour badigeonner les montants avant d’entrer dans le « Saint des Saints » pour demander l’expiation des péchés du peuple, Jésus devenait le Temple avec le « Saint des Saints ».

Alors, pour récapituler, ce que les Apôtres ne comprirent pas tout de suite, il a fallu attendre la « Pentecôte » pour qu’ils assimilassent le sens des actions et paroles de Jésus lors de ce repas pascal.

A la Pentecôte les Apôtres ne reçurent pas un « Esprit-Saint » dans le sens biblique du catholicisme, mais un « Esprit-Sain » soit un « Souffle d’Intelligence » non égalitaire, mais sans tache, pur, limpide, propre, chacun selon ce qu’il avait besoin.

Depuis le décès de Jésus le Nazôréen par la torture romaine de la crucifixion, les hébreux n’avaient plus besoin de prêtres sacrificateurs pour le petit bétail ni pour le pardon de leur péché. Jésus le Nazaréen avait réuni en une seule fois toutes ses actions

Avons-nous appris la disposition de la « Tente des Rendez-vous » qui était montée à l’extérieur du périmètre du camp ? Non ! Alors je devrais vous l’expliquer plus tardivement !

Pour faire simple dans cette Tente il y avait deux pièces une première avec un Parvis ou il y avait l’autel des sacrifices, puis celui des parfums et après la pièce nommée le Saint des Saints ou était entreposé l’Arche d’Alliance et c’est dans cette pièce que Moïse parlait avec EL-SHADDAÏÉpître aux Hébreux IX : 6-7, « Tout étant ainsi disposé, les prêtres entrent en tout temps dans la première tente pour s’acquitter du service cultuel. Dans la seconde, au contraire, seul le grand prêtre pénètre, et une seule fois par an, non sans s’être muni de sang qu’il offre pour ses manquements et ceux du peuple. » Épître aux Hébreux IX : 10-12 « Ce sont des règles pour la chair, ne concernant que les aliments, les boissons, diverses ablutions, et imposées seulement jusqu’au temps de la réforme

Le Christ, lui, survenu comme un grand prêtre des biens à venir, traversant la tente plus grande et plus parfaite qui n’est pas faite de main d’homme, c’est-à-dire qui n’est pas de cette création, entra une fois pour toutes dans le sanctuaire, non pas avec du sang de boucs et de jeunes taureaux, mais avec son propre sang, nous ayant acquis une rédemption éternelle. »

Il y a encore tellement à écrire ! ….

Voilà encore une fois le dimanche 9 Avril j’entre à l’hôpital et le Mardi 11 au soir entre « les Deux Soirs » vous mes semblables, « Enfants » d’EL-SHADDAÏ, ce Dieu seul et unique, comme il vous le demande vous consommerez la Pâque avec une viande rôtie au four non bouillie en préalable, mais directement rôtie accompagné d’un pain sans levain, ce pain ou cette galette de pain vous pouvez la confectionnez vous-même :

Alors disons 100gr de farine mélangée avec de l’eau pour faire une pâte qui ne colle pas aux doigts, salé légèrement, ajoutez un ou deux œufs faire une boule de pâte non collante, étalez cette boule avec une bouteille ou un rouleau à pâtisserie faite une galette ou plusieurs comme vous voulez badigeonnez le dessus avec un jaune d’œuf et faite des dessins avec une fourchette ou une lame de couteau, mettez au four, surveillez pour que cela ne soit pas trop cuit entre 15 et 20 minutes.

Le soir après 20h 33vous pouvez vous mettre à table et le chef de famille ou le responsable de l’Assemblée refera les gestes de Jésus le Nazôréenen rompant la galette après une prière et une explication de ses gestes et il fera de même pour le premier verre de vin.

Vous ne serez pas seul, jamais vous ne serez seul car l’esprit d’EL-SHADDAÏ sera sur vous et Jésus le Nazôréen sera assis à votre table, cela je vous le garanti. Et par l’esprit, sur mon lit d’hôpital, je serai avec vous et cet Être Suprême.

La Pâque pour EL-SHADDAÏ le Mardi 11 Avril entre 20h33 et 24h avec ses « Enfants »

Portez-vous bien !

Qu’EL-SHADDAÏ soit avec vous et qu’il vous bénisse !

Salutations cordiales à Tous !

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO »

Naissance de la Pâque chapitre N° 1

Posté : 3 avril, 2017 @ 4:58 dans Fêtes de toutes la Chrétienté | Pas de commentaires »

Les Pâques- œufs décorésLa Pâque

 

Prologue

 

Voilà bien longtemps que je n’ai pas déposé des écritures sur ce Blog.

Comme vous le savez, enfin pour les semblables qui suivent mes écrits depuis une dizaine d’années, dans deux semaines c’est la fête de « la PÂQUE », la seule fête que ce Dieu seul et unique nous demande de respecter, nous humains imparfaits, ses « Enfants ».

 En effets, « la Pâque » pour nous est le Mardi 10 Avril 2017, que nous fêterons dans la joie et la prière entre les « Deux Soirs », soit après le coucher du soleil et la nuit noire, c’est-à-dire entre 20h33 et 23h30 à 24h

Avant toutes choses je tiens à m’excuser auprès de vous !

Oui, à cause de cette maladie je viens de passer un temps certain à l’hôpital et je suis triste au plus profond de moi car depuis 10 ans j’ai toujours fêté la Pâque avec vous par le cœur et la pensée, mais cette année, ce jour, ce mardi 11 Avril je serai de nouveau à l’hôpital et je me serai fait opérer. Je reconnais que cela est un cas de force majeur, mais quand même …….. !

Je vais essayer de faire reculer l’opération avec conviction en espérant que cela fonctionne.

Je continue à parler de moi, car je n’aurai guère le temps de vous écrire par ces stages répétitifs à l’Hôpital tout le mois d’Avril, et ce n’ai pas un poisson ! Puis après ce sera tout le mois de Juillet en espérant que tout sera définitivement fini.

 

Naissance de la Pâque qui devint les Pâques

 

Chapitre N° 1

 

 

 La Pâque, la vraie, pas la Pâque(s)avec un (s) au singulier, la Pâques de toute la chrétienté qui fête une résurrection, non pas celle-là, qui est la Pâques du christianisme, je veux vous parler de la vraie fête de la Pâque, la seule fête que ce Dieu seul, unique, nous demande de respecter, ce Dieu que je nomme EL-SHADDAÏ, comme écrit dans le Livre sacré des hébreux, l’Ancien Testament, le premier Livre, la Genèse de l’Univers et de l’humanité, où ce nom « EL-SHADDAÏ »est écrit sept foiscomme une plénitude, une perfection.

Ce n’est pas le nom de ce Dieu du christianisme, ce Dieu« Dieu »,nom vulgaire, commun, sans signe de respect, qui me répugne, voilà pourquoi je change le nom banal, insignifiant de « Dieu »par celui « d’EL-SHADDAÏ »et pour être juste, non que le nom de cet Être Suprême employé par les hébreux ne soit pas respectable, au contraire ce nom hébreu de « Yahvé » mérite vénération, adoration, mais je le fais pour qu’il n’y ait pas de confusion avec certaines Sectes Protestantes.

Ce Dieu, seul, uniqueune fois par an nous demande de fêter la Pâque, c’est la seule et unique commémoration qu’il nous demande, à nous, ses « Enfants », car oui je considère ce Dieu comme mon Père puisque c’est Lui qui m’a créé et comme Jésus le Nazôréen, son fils engendré le dit : « Je monte vers mon Père et votre Père, qui est mon Dieu, et votre Dieu », alors je suis son Enfant et j’essaie de suivre ses Lois et Préceptes, ainsi que les enseignements de son Fils, mais je reconnais mon imperfection, qui n’est pas une excuse.

Maintenant que je viens de vous expliquer ma ligne de conduite qui devrait aussi être la vôtre, à vous mes semblables, je vais commencer les faits historiques de la Pâque, mais j’ai oublié le principal, la Pâque pour nous sera le Mardi 11 Avril entre « Les Deux Soirs » soit du coucher du soleil à la nuit noire, mais c’est une nuit de pleine lune, alors je vous donnerai de plus amples renseignements.

Pour les humains qui vivaient sur la Terre avant le déluge la Pâque n’existait pas, les saisons étant très peu marquées sur la Terre, celle-ci était protégé des UV du soleil par une voûte vaporeuse qui faisait que la Terre était comme une serre. La différence entre les pôles et l’équateur était d’une trentaine de degré maximum, et la pression atmosphérique était différente de celle que l’on a aujourd’hui, ceci fut prouvé scientifiquement par des géologues, et archéologues, je n’invente rien !

Le Déluge eut lieu par l’effondrement de cette voûte vaporeuse, en effet il ne pleuvait pas sur la Terre, Genèse II : 5-6, « Car EL-SHADDAÏ n’avait pas fait pleuvoir sur la terre et il n’y avait pas d’homme pour cultiver le sol. Toutefois, un flot montait de terre et arrosait toute la surface du sol. », c’est seulement après ce cataclysme terrestre, que les saisons furent vraiment marquées et que les pôles devinrent glaciers, et que la Terre bascula d’une vingtaine de degré de son axe, accompagnée d’une modification globale du mouvement des plaques, de grandes éruptions volcaniques et d’une modification de la polarité du champ magnétique des Pôles. (Sciences, vol 287, du 21-01-2000, p. 455-459). Sans aller aussi loin je me souviens qu’en 1955 j’allais à l’école par -15, -20 degré température d’un hiver normal.

La Bible dit qu’il a plu pendant quarante jours et quarante nuits, mais il a fallu plus de sept mois pour que la Terre s’assèche. Animaux et humains dans l’Arche vivaient dans le noir ou à la lueur des torches de résine, à moins qu’ils eussent un système d’éclairage dont nous ignorons le fonctionnement. Au Déluge la centaine d’humains qui traversèrent ce fléau étaient beaucoup plus intelligent que nous, car leur sang n’était pas dénaturé comme le nôtre aujourd’hui. Par les plantes, la végétation ces humains comprirent le système des saisons et les Livres d’Hénoch retransmis à Noé leur fut d’une grande utilité. Les animaux de l’Arche comme les humains à rester plus de huit mois dans la pénombre se transformèrent et perdirent de leur force.

Comment Noé et tous les humains qui étaient avec lui dans l’Arche firent-ils pour nourrir tous ces animaux et eux-mêmes pendant douze mois ? Beaucoup de questions sur cette Arche, et sur le genre d’animaux qui y entrèrent en couple, les purs et les impurs, domestiques et sauvages, alors si EL-SHADDAÏ me laisse encore un peu de vie j’essaierai de répondre aux innombrables questions restées en suspend !

Les humains sortis de l’Arche devaient être émerveillés par ce ciel bleu et surpris aussi de la chaleur qui j’en suis convaincu leur a offert quelques « coups de soleil ». Genèse IX : 28,
Après le déluge, Noé vécut trois cent cinquante ans. Les humains qui naissaient avaient moins de gigantisme que leur géniteur et en l’espace de dix siècles l’humain perdit de sa longévité et à l’ère d’Abraham il ne vivait plus que deux cents ans et mesurait environ 1,80m à 2,30m. Bien après le Déluge à la Tour de Bélius encore en construction que la Bible nomme Tour de Babel il fut écrit : Genèse XI 3-4,« Ils se dirent l’un à l’autre : Allons ! Faisons des briques et cuisons-les au feu ! La brique leur servit de pierre et le bitume leur servit de mortier. Ils dirent : Allons ! Bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet pénètre les cieux ! Faisons-nous un nom et ne soyons pas dispersés sur toute la terre ! » Je vais continuer avec cette Bible qui est une Bible en ligne donc je suppose qu’elle est d’origine chrétienne catholique, versets 6-7, « Et EL-SHADDAÏ dit : « Voici que tous font un seul peuple et parlent une seule langue, et tel est le début de leurs entreprises ! Maintenant, aucun dessein ne sera irréalisable pour eux. Allons ! Descendons ! Et là, confondons leur langage pour qu’ils ne s’entendent plus les uns les autres. » Comme souvent sur les textes des Bibles Catholiques, soit il y a un ajout, soit un retranchement comme là au verset (6), où il manque : « confondons leur langage et leur aspect »,et avec un texte comme celui-là certaines questions sont résolues

. C’est pourquoi, voici que je vais séparer leur langue et leur aspect et je les disperserai sur toute la surface de la Terre, pour que chacun ne reconnaisse plus son frère et que chacun d’entre eux ne comprenne plus la langue de son prochain. Je mets les pierres en garde à leur sujet. Ils se construiront des demeures avec les tiges de la paille et ils se creuseront des cavernes et, comme les bêtes des champs ils habiteront là.(les Antiquités Bibliques) Ce texte ci-dessus vient de deux Livres qui furent canoniques en leur temps ou qui sont encore aujourd’hui dans la Bible Sacrée Éthiopienne et Orthodoxe, je parle « des Antiquités Bibliques et du Livre des Jubilés »

Grâce à ces Livres beaucoup plus détaillés que les Bibles Papales, dites Catholiques et pourtant chrétiennes, qui sont canoniques pour des chrétiens Éthiopiens et Orthodoxes, mais apocryphes pour les Catholiques, tous chrétiens, nous apprenons qu’EL-SHADDAÏ, à la Tour de Babel, n’a pas que changer le langage, mais aussi l’aspect. En effet les premiers humains étaient de peau brune, bronzée et quand EL-SHADDAÏ changea l’aspect des humains il le fit avec intelligence. Toutes les descendances de Japhet allèrent de la couleur bronzée à la couleur blanche, et ils se dispersèrent dans toute l’Europe, les descendants de Cham de la couleur brune, bronzé à toutes les nuances de la couleur noire, bleue nuit, ils se dispersèrent dans tout le Continent Africain, les descendants de Sem le fils préféré de Noé eurent eux de la couleur brune, bronzé à toutes les nuances de couleur du cuivre et ils se dispersèrent dans toute l’Asie du fleuve Indus, à la Mongolie, Chine, Japon et tous les pays Asiatiques. Des humains hommes et femmes de toutes les couleurs de peau sur des radeaux de fortune avec un mât central et une grande voile de quatre à dix mètres carrés, par les courants marins traversèrent la « Grande Mer » pour échouer sur les plages du Brésil, et celles de Floride. Ce sont par eux que les Amériques furent peuplées. Les preuves ne manquent pas au regard de la construction des temples Aztèques, Zapotèques et Incas, ainsi que les inscriptions et figurines sur les Totems Indiens de l’Amérique du Nord et du Canada. Cette dernière fut peuplée aussi par le Détroit du Béring.

Tous ces humains connaissaient le mouvement des saisons et n’avaient qu’un seul Dieu. L’aspect et le langage des humains ayant changés ils se regroupèrent par langage et couleur de peau et se dispersèrent sur toute la surface de la Terre.

C’est à partir de ce moment que certains humains se trouvèrent une vocation de prêtres et firent croire à leur semblable qu’ils étaient en relation avec les « Esprits » et inventaires des « Dieux » pour la fécondité, les semailles, la moisson, les cueillettes des fruits, les vendanges, et un peu pour tout, guerres, maladies, famines, etc.

Bien avant que le peuple hébreu n’existât en tant que tel, tous les humains faisaient une fête à l’équinoxe du printemps, car pour eux tous c’étaient l’ère d’un renouveau, pour toute la nature qui était visible à l’humain, mais aussi pour tout ce qu’ils craignaient, qu’ils redoutaient. Les familles, qui en générales formaient des clans surtout chez les éleveurs de petits et moyen bétails, étaient des nomades et vivaient de troc avec les agriculteurs.

Cette fête, que nous nommons la Pâque ou les Pâques pour toute la chrétienté, avait un nom différent selon la langue, le dialecte du clan ou de la tribu ou encore du peuple, mais le résultat était le même puisque cette fête se faisait toujours à la même époque, la « Pleine Lune » après l’équinoxe du « Printemps »

Éleveurs et agriculteurs s’associaient en général pour cette fête, les premiers égorgeant un bouc ou un jeune taureau comme offrande pour les « Dieux » et avec le sang de l’animal on badigeonnait les pourtours de l’entrée de la tente ou de la cabane afin que ces derniers détournassent les mauvais Esprits et protégeassent toute la famille ou le clan pour l’année.

À l’origine, il existait deux fêtes pour célébrer le printemps.

Le « Hag Ha-Pessah » : fête de l’agneau pascal, est une fête pastorale dont l’origine remonte au temps où les humains s’appelaient les « Hommes à la Tête Brune » et n’étaient qu’un peuple de nomades qui, bien plus tard se nommeront « Hébreux », qui signifiait « Ceux qui Passent ». Nous pouvons remonter jusqu’à l’ère du père, Térakh, voir du grand-père, Nak-hor d’Abram dit Abraham.

 Le rite du sang avait une valeur importante pour les humains, car ces derniers c’étaient rendu compte que sans le sang ils ne pouvaient pas vivre.  Le sang que ce soit pour l’humain ou les animaux c’était la vie. Voilà pourquoi les humains prenaient le sang de l’agneau ou du bétail sacrifié pour oindre le pourtour des portes d’entrée de la tente ou de la cabane qui était censé éloigner les mauvais « Esprits » et protéger toute la famille de tous les dangers aussi bien spirituels que corporels.

Le « Hag Ha-Matsoth » : fête de l’agriculture qui remonte à l’origine d’Abel et de Seth, puis après le Déluge où l’on offrait un boisseau de son meilleur grain aux Prêtres du Temple afin qu’ils intercèdent en notre faveur devant les « Dieux » pour que l’année soit bonne en récolte de grain. Donc à la « Pleine Lune » après l’équinoxe de « Printemps » les sédentaires façonnaient un « Pain sans levain », nommé le « Pain Azyme » qu’ils mangeaient pendant sept jours en faisant une fête le premier jour, et le septième jour.

N’oublions pas que l’humanisation de la Terre est partie du plateau du Mont Loubard en Anatolie — Turquie d’aujourd’hui — qui faisait partie des montagnes Ararat où le Tigre et l’Euphrate prennent leur source. Ces deux grands fleuves se jettent dans le Golfe Persique. Toute cette région entre ces deux fleuves était très fertile. Ce sera la Mésopotamie.

Nous ne sommes peut-être pas à l’ère d’Abram, mais sûrement à celle de ces géniteurs.

Faisons un peu d’histoire antique, — une Légende —

Dumuzi en sumérien ou Tammuz en babylonien est un Dieu-Pasteur mésopotamien, ainsi que le Dieu de la fertilité dans la religion babylonienne. C’est un berger-Roi uni à Ishtar — qui se prononce « Easter » –, nommée aussi Astarté, déesse mythologique hermaphrodite — qui possède les deux sexes — babylonienne de l’amour physique et de la guerre, d’une renommée culturelle jamais égalée. Elle portera le nom de Inanna en sumérien, Aphrodite en Grèce,Turanen Étrurie, Vénusà Rome, Isis chez les Égyptiens, Astarté en Ougarit, Ashtoreth, chez les Palestiniens, Shaushkachez les Hourrites, Ashtarten langue punico-phénicienne, etc.

Un récit mythologique oppose Tammuz ou Dumuzi àEnkimdu, dieu des agriculteurs, auquel il dispute les faveurs de la déesseInanna, qui finit par le choisir. Cela reprend les conflits entre agriculteurs et pasteurs.

Dans une autre légende, la Descente d’Inanna ou Ishtar aux Enfers, il est choisi par sa parèdre pour la remplacer aux Enfers. Il est donc mort, et est alors considéré comme une divinité infernale. Il se fait cependant remplacer une moitié de l’année par sa sœur Geshtinanna.

Le retour de Dumuzi ou Tammuz sur terre est vu comme le début du renouveau de la nature. Cela est notamment marqué dans les rituels mésopotamiens par le Mariage sacré Hiérogamie, dans lequel les rois sumériens interprétant Dumuzi, s’unissaient rituellement à la déesse Inanna, pour marquer le retour du printemps.

Inanna ou Ishtar en Akkadien, Babylonien est considérée comme la fille du dieu ciel An ou Anu en Akkadien.

Nous pourrions dire que les événements décrits ci-dessus constituent, dans un certain sens, la fête de Pâques.

Je vous ai écrit tout ceci afin de vous faire comprendre que la « Pâque » avant d’être religieux comme nous l’entendons aujourd’hui était une fête païenne religieuse.

Cette fête n’était nullement une fête idolâtre, et n’était précédée d’aucun carême. 

 « Il faut savoir, dit le moine Johannes Cassianus de Marseille, écrivant au Vème siècle et comparant l’Église primitive avec celle de son époque, que l’obser­vation des 40 jours n’existait pas, aussi longtemps que la pureté de cette église demeura intacte. »(Première Conférence de l’Abbé Théonas, chap. 30 ).  

« D’où venait donc cette observation ?

Les 40 jours de jeûne du carême étaient directement empruntés aux adorateurs de la déesse Babylonienne. Le jeûne de 40 jours au printemps de l’année est encore observé par les Yezidis ou adora­teurs païens du diable dans le Kurdistan, qui l’ont emprunté à leurs anciens maîtres les Babyloniens.

II en était de même en Égypte. » (Wilkinson,Antiquités Égyptiennes, vol. I, p. 278 )

« Ce jeûne égyptien de 40 jours, nous dit Landseer dans ses recherches Sabéennes, ( vol. I, p. 112.)était expressément pratiqué en souvenir d’Adonis ou Osiris, le grand Dieu médiateur. » 

 

« Il m’emmena à l’entrée du porche du Temple de Yahvé qui regarde vers le nord, et voici que les femmes y étaient assises, pleurant Tammuz. »

Dans bien des pays cette mort était célébrée beaucoup plus tard que la fête chrétienne.

J’espère que cette lecture vous fût agréable.

Portez-vous bien et prenez soin de vous!

Salutations cordiales à tous

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO »

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus