Discernement Philosophie par Grandeloupo

Bienvenue à Tous et bonne lecture !…. Aprés, vous êtes libre de votre réflexion !

Archive pour la catégorie 'Fête chrétienne les Pâques'

La Pâque, chap. N°2 – La Fête de notre libération

Posté : 17 avril, 2019 @ 4:44 dans Fête chrétienne les Pâques | Pas de commentaires »

La Pâque, la fête de notre libération

 

 

Chapitre N°2

 

 

Nombreux étaient les juifs qui allaient célébrer Pâques en pèlerinage à Jérusalem. Ils sacrifiaient l’agneau au temple puis le mangeaient en famille.

Jésus-Christ étant juif, il est logique de penser que tous les ans avec sa famille, il allait en pèlerinage à Jérusalem. N’est-ce pas à cette époque, que, à l’âge de douze ans, il lisait sur les rouleaux le livre d’Isaïe devant le Sanhédrin au Temple ?
Les Pâques chrétiennes

Pâques (ou dimanche de Pâques) est une fête religieuse chrétienne qui commémore la résurrection de Jésus-Christ, le troisième jour après sa mort par la torture romaine de la crucifixion. C’est le jour le plus saint du calendrier chrétien.

Il marque la fin du jeûne du « Carême. » 

Le nom carême provient de la contraction du mot latin quadragesima, qui signifie « quarantième ». Il s’agit naturellement d’une référence au jour de Pâques, qui termine le carême.

Le carême est une période de jeûne de quarante jours que l’Église a instituée en référence aux quarante jours de jeûne effectués par Jésus-Christ dans le désert. (MatthieuIV : 1-11) Le Carême est la période de préparation à la fête de Pâques qui est, dans le calendrier chrétien, la plus grande fête de l’année. 

8x10 originalOn appelle aussi le carême la Sainte Quarantaine. La durée de quarante jours commémore à la fois les quarante jours et quarante nuits du jeûne de Moïse avant la remise des Tables de la Loi et les quarante jours de la tentation du Christ dans le désert entre son baptême et le début de sa vie publique, lors desquels il fut tenté par Satan, d’après les Évangiles synoptiques. 

La pratique du carême remonte au IVème siècle de notre ère.

C’est durant le Concile de Laodicée qui se situe en Phrygie, Asie Mineure, en l’an 360 que fut prescrite la « xérophagie » c’est-à-dire l’usage exclusif du pain et des fruits secs pendant le temps qui correspondait au carême. Le concile de Laodicée ordonna officiellement l’observance du carême.

Parenthèse, je n’ai pas pu résister.

Les livres du Nouveau Testament sont d’inspiration Divine, alors juste pour le plaisir :

Canon 60 décrété au Concile de Laodicée

« Canon 60

Liste les Écritures retenues par l’Église, notamment les quatre Évangiles canoniques constituant le Nouveau Testament, rejetant ainsi les autres textes dans la catégorie des Apocryphes.

À ce Concile, l’Apocalypse de Saint Jean était lui aussi exclu des livres canoniques ce que ne manque pas de relever Voltaire :

« Le concile de Laodicée, tenu en l’an 364, ne compta point l’Apocalypse parmi les livres canoniques. Il était bien singulier que Laodicée, qui était une Église à qui l’Apocalypse était adressée, rejetât un trésor destiné pour elle; et que l’évêque d’Éphèse, qui assistait au concile, rejetât aussi ce livre de saint Jean enterré dans Éphèse. »

Comique … non ? …

Au VIIème siècle, le carême fut établi dans son calendrier actuel. 

Le jour de Pâques a été fixé lors du concile de Nicée (aujourd’hui İznik, en Turquie), en l’an 325.

Les rédacteurs des Évangiles ont toujours été influencés par l’Ancien Testament. A la Pâque juive s’est substituée la célébration de la Cène, le dernier repas que Jésus partage avec ses disciples, la veille de son arrestation.

Les jours qui ont précédé la Pâque et la mort de Jésus, ni Jésus, ni ses disciples n’ont jeûné.

 Les récits des Évangiles indiquent qu’à Béthanie, seulement quelques jours avant sa mort, ses disciples et lui se sont rendus chez des gens, où ils ont pris des repas. Jésus a en outre mangé le repas de la Pâque la nuit précédant sa mort.

Matthieu XXVI : 6-7 

« Comme Jésus se trouvait à Béthanie, chez Simon le lépreux, une femme s’approcha de lui, avec un flacon d’albâtre contenant un parfum très précieux, et elle le versa sur sa tête, tandis qu’il était à table. »

Jean XII : 1-3

« Six jours avant la Pâque, Jésus vint à Béthanie, où était Lazare, que Jésus avait ressuscité d’entre les morts.

On lui fit là un repas. Marthe servait. Lazare était l’un des convives.

Alors Marie, prenant une livre d’un parfum de nard pur, de grand prix, oignit les pieds de Jésus et les essuya avec ses cheveux, et la maison s’emplit de la senteur du parfum. »

Vous constaterez que les écrits de Matthieu et de Jean sont très différents. Le lieu du repas n’est pas le même, le parfum est différent, ainsi que les convives. De plus le parfum est versé pour l’un sur la tête, pour l’autre sur les pieds

Alors qui dit vrai ? …Jour de Colère- Jean le prophètique

La Marie qui oint les pieds de Jésus, qui-est-ce ? …

Quelle Marie ? …La « Femme », quelle femme ? …

Pour des écrits « Inspirés » de « Dieu » que de trouble ?

Voici la vérité

Jamais, je dis bien, jamais, la Bible incite à faire un jeûne de quarante jours avant la Pâque

Alors pourquoi l’Église Chrétienne a institué le « Carême » qui ait une action non biblique

Il n’y a aucun écrit biblique ou historique qui mentionne que le Christ, les apôtres ou l’Église primitive aient participé à une période de carême.Les fêtes de la Pâque et des Pains sans Levain étaient observées par Jésus le Nazôréen, les Apôtres et Disciples de la première heure, et par la suite par les Églises primitives, y compris les païens qui en faisaient partie.

En instituant, le « Carême », avec le « Vendredi Saint » et « Les Pâques » l’Église Chrétienne se fourvoie car ce sont des célébrations qui sont profondément ancrées dans le paganisme ancien. Elles ont été instituées par le christianisme traditionnel pour remplacer la saison de la Pâque juive

. Je cite l’Encyclopédie catholique de 1917

« …//…Le principal but du carême est, par-dessus tout, de préparer les gens à la célébration de la mort et de la résurrection du Christ …//… Meilleure est la préparation, meilleure sera la célébration. On ne peut réellement revivre le mystère qu’avec un esprit et un cœur purifié. Le but du carême est de fournir cette purification en détachant l’homme du péché et de l’égoïsme par l’abnégation et la prière tout en suscitant en lui le désir d’accomplir la volonté de Dieu et de faire en sorte que Son royaume vienne d’abord dans le cœur de chacun.»

À première vue, cette croyance semble sincère. Toutefois, elle n’est pas en accord avec ce que dit la Bible. Une mise en garde du Disciple Saül de Tarse nommé Paul qu’il écrivit à Timothée.

II Tim III : 13-17

Rel-Marie - Naissance de Marie la mère de Jésus - Meister von Moulins« Quant aux pécheurs et aux charlatans, ils feront toujours plus de progrès dans le mal, à la fois trompeurs et trompés.

Pour toi, tiens-toi à ce que tu as appris et dont tu as acquis la certitude. Tu sais de quels maîtres tu la tiens, et c’est depuis ton plus jeune âge que tu connais les –saines– saintes Lettres. Elles sont à même de te procurer la sagesse qui conduit au salut par la foi dans Jésus le Nazôréen — Christ Jésus — ou — Jésus-Christ–

Toute Écriture est inspirée d’EL-SHADDAÏ et utile pour enseigner, réfuter, redresser, former à la justice. Ainsi l’homme d’EL-SHADDAÏ se trouve-t-il accompli, équipé pour toute œuvre bonne. »

Étant donné qu’il n’existe aucune instruction biblique ordonnant d’observer le carême, quelle est donc son origine ?

Voyons les faits historiques et comment la religion chrétienne est devenue la plus grande religion « Païenne » en servant le« Maître de la Terre Sammaël qui porte les noms de Baal, Moloch, Mastéma, Béliar, Satan, Lucifer, et familièrement Diable. »

Le nom « Pâques » avec un « s » en terminaison a une origine Chaldéenne et n’est pas autre chose que la traduction du nom « Astarté », l’un des titres de Beltis, la « Reine des Cieux », des Ninivites. Le mot « Pâques » se prononçait « Easter », mot usité dans la langue anglaise pour Pâques

Ci-dessous des textes du livre de Alexander Histops, « Les Deux Babylone »

« La fête dont nous parle l’histoire de l’Église sous le nom de « Pâques » aux IIIème et IVème siècle, était une fête toute différente de celle qu’on observe aujour­d’hui dans l’Église Romaine.

 On l’appelait Pascha ou « La Pâque », et bien qu’elle ne fût pas une institution apostolique, elle était observée de fort bonne heure par bien des chrétiens déclarés en sou­venir de la mort et de la résurrection du Christ. Cette fête s’accordait à l’origine avec l’époque de la Pâque juive où le Christ fut sacrifié. Vers la fin du IIème siècle, du temps de Tertullien, on croyait que c’était le 23 mars. »Rel-Pâques œuf babylonien

Le mot grec qui a été traduit par « Pâque(s) » est  « pascha » qui provient du mot hébreu pessa’h. Il n’existe aucun mot grec pour le mot « Pâque » et il ne peut y avoir qu’une seule signification. Il signifie toujours laPâquejamais Pâques ! C’est pourquoi nous retrouvons un mot hébreu utilisé dans le Nouveau Testament grec.

« Cette fête n’était nullement une fête idolâtre, et n’était précédée d’aucun carême. »

 « Il faut savoir,dit le moine Johannes Cassianus de Marseille, écrivant au Vème siècle et comparant l’Église primitive avec celle de son époque, que l’obser­vation des 40 jours n’existait pas, aussi longtemps que la pureté de cette église demeura intacte. » ( Première Conférence de l’Abbé Théonas, chap. 30 ).  

« D’où venait donc cette observation ?

Les 40 jours de jeûne du carême étaient directement empruntés aux adorateurs de la déesse Babylonienne.

II en était de même en Égypte. » ( Wilkinson, Antiquités Égyptiennes, vol. I, p. 278

« Ce jeûne égyptien de 40 jours, nous dit Landseer dans ses recherches Sabéennes, ( vol. I, p. 112.) était expressément pratiqué en souvenir d’Adonis ou Osiris, le grand Dieu médiateur. 

Chez les païens, ce jeûne paraît avoir été le préliminaire indispensable de la grande fête annuelle célébrée en souvenir de la mort et de la résurrection de Tammuz, par des larmes, puis par des réjouissances. »

Socrate de Constantinople (380-450),l’historien ecclésiastique de l’antiquité, après un long récit des diverses manières dont Pâques était observée de son temps, au Vème siècle se résume ainsi.

« Nous en avons déjà assez écrit, nous semble-t-il, pour prouver que la fête de Pâques commença partout à être célébrée bien plus par habitude que par suite d’un commandement de Christ ou des apôtres. »(Hist.ecclés., liv. V, ch. 22).

Je reprends les écrits.

« A la fin, lorsque le culte d’Astarté gagna la prépondérance, — la primauté, la supériorité — on prit des mesures pour faire observer le jeûne Chaldéen de six semaines ou quarante jours dans tout l’empire romain d’Occident. La voie fut préparée par un Concile tenu à Aurélia à l’époque de Hormisdas évêque de Rome, vers l’année 519, qui décréta que le carême serait solennelle­ment observé avant Pâques.(Dr. Meredith Hanmers, Chronographie, jointe à sa traduction d’Eusèbe, p. 592. Londres, 1636.)

 Ce fut certainement avec l’intention de faire exécuter ce décret que le calendrier fut peu d’années après modifié par Denys-le-Petit. Mais il ne pouvait pas être observé d’un seul coup. »

Nous sommes au VIème siècle, et les enseignements de Jésus le Nazaréensont dans les oubliettes. Ce qui compte le plus pour l’Église Chrétienne, c’est d’avoir un pouvoir politique qui lui donnerait richesses et autorité absolue. Pour ce faire l’Église doit faire des concessions avec les coutumes et croyances païennes.

De plus, en rapport avec les écrits ci-dessus, il ne faut pas oublier que le christianisme est la religion de l’Empire Romain, par déduction une religion d’État, donc une religion politique.

La Pâque réellement est une commémoration d’une délivrance. Depuis des siècles nous sommes les esclaves du péché et de la « Mort », car même aujourd’hui où je vous écris, nous sommes sous l’emprise du Roi de cette Terre, de ses environs et de son Firmament, car pour le moment EL-SHADDAÏ lui laisse une certaine liberté d’action et c’est SAMMAËL qui gouverne la Terre, Jésus le Nazôréen n’ayant pas encore reçu son investiture terrestre.Rel-Juifs du Sanhédrin

Ce Dieu seul et unique laisse l’humain libre de ses actions, mais pose des restrictions sur le nucléaire, car comme il l’a promis plus jamais il ne détruira les « Vivants » de la Terre par un Déluge, donc pour nettoyer le nucléaire il n’y a que l’eau et beaucoup d’eau, voilà pourquoi la Terre est restée plus de neuf mois sous l’eau, et voilà pourquoi il empêche la folie humaine  de continuer à se servir de cette arme de destruction massive car soixante quinze ans après que l’humain ait fait l’essai nucléaire beaucoup meurent encore à cause de cette cochonnerie.

Jésus le Nazôréen est mort par la torture romaine de la crucifixion.

La torture n’était pas réellement nécessaire, mais il fallait marquer l’Esprit de l’humain, comme une « marque au fer rouge » afin que celui-ci n’oublie pas. Jésus le Nazôréen parfait dans sa mort de corps humain rendait l’équivalence d’Adam qui avait été posé sur la Terre parfait et par une seule interdiction transgressée, la mort est entrée sur la terre de la Terre.

Maintenant il fallait qu’EL-SHADDAÏressuscite sonFilsunique prouvant à la Terre entière des humains que la « mort »était vaincue et que maintenant eux aussi pouvaient ressusciter par la volonté de l’Être Suprême.

Question, vers qu’elle heure Jésus le Nazôréena-t-il été ressuscité ?

Si l’on suit les écriture évangéliques Jésus le Nazôréen serait décédé le jour des « Préparation »c’est-à-dire la veille du jour du Sabbat qui est le Samedi chez les Hébreux. De plus une journée commence d’un coucher de soleil au coucher de soleil suivant, donc Jésus est mort vers la dix-huitième heure de la journée de « Préparation ».

Rel-Juifs  SanhédrinLe jour suivant le Sabbat,vers la dixième heure, c’est-à-dire à l’aube, des femmes vont au tombeau et la pierre a été roulée et le tombeau est vide, donc nous ignorons quand Jésus le Nazôréen a ressuscité ! … !

La religion chrétienne dit que leur Jésus-Christ a été ressuscité le troisième jour c’est vrai et faux en même temps, car Jésus le Nazôréen a ressuscité environ trente-six heures après sa mort, qui est aussi le troisième jour, mais pas de vingt-quatre heures, le premier jour étant celui des Préparation et le troisième, le lendemain du Sabbat qui commence après le coucher du soleil.

 EL-SHADDAÏ ressuscite son Fils uniquedans les heures matinales du troisième jour, vers troisième ou quatrième heure du matin mais avant l’aurore.

Là, me vient en esprit beaucoup de question, car Jésus le Nazôréen à manger sa dernière Pâque avec tous ses Apôtres et leur famille, donc il est décédé un jour de fête ? Livre Biblique des Nombres XXIII : 5-7, « Le premier mois, le quatorzième jour du mois, au crépuscule, c’est Pâque pour EL-SHADDAÏ, et le quinzième jour de ce mois, c’est la fête des Azymes pour EL-SHADDAÏ. Pendant sept jours vous mangerez des pains sans levain. Le premier jour il y aura pour vous une sainte assemblée ; vous ne ferez aucune œuvre servile. »  Le quatorzième jour au soir après la nouvelle Lune de l’Équinoxe de Printemps, c’est la fête de la Pâque pour EL-SHADDAÏ, donc pour nous aussi ses « Enfants », mais le lendemain pour les Hébreux, soit le quinzième jour c’est la première journée de la fête des « Pains sans Levain ou des Pains Azymes » et cette première journée est un jour de fête où il est interdit de travailler, donc le quatorzième jour, jour de Pâque, est le jour des « Préparations »

N’oublions pas que la journée hébraïque, le terme juif me déplais, commence le soir après le coucher du soleil, donc la Pâque commence au début du quatorzième jour.

Jésus le Nazôréen est arrêté dans la nuit de ce quatorzième jour, alors question, est-ce possible que tous ces événements se soit passé en seulement douze heures ? Surtout que c’est une journée de « Préparation » ? La Bible dans les Évangiles synoptiques, comme c’était un jour de fête Ponce Pilate demanda à la foule des hébreux de choisir entre Barabbas et Jésus, et là, il y a encore confusion entre les trois évangiles synoptiques et l’évangile de Jean, car d’un côté tout ce passe entre le début du jour de Pâque, le jour des Pains Azymes et le jour suivant, et selon Jean cela se serai passé juste deux jours avant Pâque, alors qui croire ?

Une chose est certaine, en faisant la chronologie des événements : Jésus fête la Pâque en famille le jour de Pâque, théoriquement il est interdit de sortir d’une maison avant le lever du jour, a moins que depuis douze siècles la Loi de Moïse ait changé un peu, donc Jésus sort et va prier un certain temps au Mont des Oliviers, qui est situé à l’est de Jérusalem, environ vingt minutes de marche. Les Apôtres qui l’accompagne, s’endorment par trois fois ; Jésus est arrêté et présenté à Anne, puis à Caïphe, il est emmené une première fois devant Ponce Pilate, puis devant Hérode, puis devant le Sanhédrin, puis encore une fois devant Pilate, puis vient le temps de la torture et des cinquante coups de fouet et je peux vous dire que cela dure beaucoup plus qu’une heure, alors tout cela à l’époque où l’on se déplace à pied prend du temps beaucoup de temps, donc le jugement de Jésus le Nazôréen c’est fait sur trois jours, car en plus, les jours de fête juives, il était interdit de crucifier où autre mis à mort ou torture.Rel-La Cène - Un dîner

Je vous laisse lire et chercher, mais je reviendrai certainement, si je suis encore vivant sur cette terre, l’année prochaine pour la Pâque ou en cours d’année selon mes écrits.

Jésus le Nazôréen, le soir de Pâque, entre les deux soirs, au moment du repas, change le rituel du sacrifice pascal. A la Pâque les hébreux égorgeaient l’animal et avec le sang, le

« Grand-Prêtre » badigeonnait les linteaux du Temple pour la rémission des péchés, et aussi pour la protection du « Malin », maintenant en rendant grâce au repas de Pâque nous enduisons avec le vin notre intérieur spirituel pour nous laver de nos péchés, mais aussi nous transformer en « décapant » notre esprit du mal, car nous sommes responsables de nous-mêmes, et le pain sans levain, comme le pain nourri notre propre corps nous devons nourrir notre esprit sainement.

Marie, la mère de Jésus le Nazôréen, à l’âge de trois ans, son sang fut nettoyé de la tare Adamique, car en effet, si le spermatozoïde était parfait, il fallait obligatoirement que le corps dans lequel allait se développer l’enfant soit parfait, car l’on sait aujourd’hui que dans le ventriculaire féminin l’enfant se développe par le sang pour la génétique égalitaire du père et de la mère de cinquante pourcent, donc si l’un est parfait et l’autre imparfait l’enfant qui naîtra sera imparfait et l’équivalence avec Adam devient impossible.

Voilà pourquoi il était impératif que le sang de Marie soit lavé de cette tare du péché originaire d’Adam. Il s’ensuit que l’enfant qui sortirait de cette matrice serait parfait. Dans le Nouveau Testament il n’est pas parlé de la perfection de Marie, à part l’évangéliste Luc qui lui consacre une ligne en tout et pour tout, mais par contre, l’apocryphe « Protévangile de Jacques », livre qui était énormément lu aux deux premiers siècles, est très explicatif sur la naissance de Marie, ainsi que la bénédiction d’EL-SHADDAÏ, sur les marches du Temple interdit aux profanes, car lieu réservé à la prêtrise pour les offices journaliers dû à cet Être Suprême, et là encore cent à deux-cents témoins virent ce qu’EL-SHADDAÏ était capable de faire sur la terre de la Terre quand il choisit un humain pour ses desseins ! …

Bible-Codex-SinaïticusCe Livre le « Protévangile de Jacques » faisait partie du Canon Biblique jusqu’au troisième siècle, et au Concile de Nicée en l’an 325 de l’EC, quand Eusèbe de Césarée avec Alexandre le Grand choisir arbitrairement les « Livres » du « Nouveau Testament » c’est comme cela que furent évincés certains « Écrits » gênant pour l’époque tel que l’Apocalypse de Jean, Protévangile de Jacques, le premier Évangile de Mathieu, dit « Évangile des Hébreux », Évangile de Thomas, etc. ….

Jésus le Nazôréen vécut quarante ans sur la terre de la Terre dans la prière et la perfection, car malgré les « Écrits » diffamatoires qu’il y a eu sur sa vie, cet humain est resté parfait en tout. Il connaissait très bien la femme, mais il n’a jamais connu de femme, car il ne pouvait pas se souiller avec un humain, puisqu’il était au régime des Anges. Deux questions me restent à l’esprit, j’aurai aimé connaître l’ADN du sang de Jésus le Nazôréen, ainsi que celui de sa mère Marie, qui n’a jamais connu d’homme. Nous savons, qu’elle est devenue, après la mort de son fils, une grande Prêtresse connue dans tout le Moyen-Orient et particulièrement à Chypre, Antioche et Éphèse où elle décéda, chez l’Apôtre Jean, mais fait étrange personne n’a retrouvé son corps et selon certains Écrits apocryphes son corps n’aurait pas goûté l’odeur de la terre, enlevé par des Anges, les témoins de la scène étant peu nombreux. Le seul qui aurait pu écrire sur Marie c’est Jean, mais voilà, le silence absolu, pourquoi ? …

EL-SHADDAÏ, trois jours après la crucifixion de son Fils engendré, une première fois dans les Cieux, puis une seconde fois dans le ventre de Marie, sa mère terrestre, avait l’équivalence avec Adam déposé parfait sur la Terre. Son Fils décédé sur la croix entre quinze et seize heures lapses de temps où la terre trembla et où le soleil ne brilla plus sur le Moyen-Orient, la Palestine, et l’Égypte, prouvant aux humains lointains qu’un fait surnaturel important s’était produit chez les Hébreux, car en Palestine et aux alentours le ciel gronda avec des éclairs sans nuage, l’atmosphère régnant vous glaçait les veines.

Jésus-Roi Mage et ÉtoileEL-SHADDAÏ ressuscite son Fils de la Mort, qui devient le « Grand Guerrier » vainqueur de la Mort, mais ce Dieu fait bien les choses puisqu’il ressuscite dans le même temps plus de cinq-cents « Justes » et les tombes se sont ouvertes dans toute la Galilée et la Judée, Jérusalem compris. Beaucoup de ces ressuscités ont été vus par leur famille, leurs amis, et des quidams qui les connaissaient physiquement avant qu’ils ne montent aux Cieux,  et les témoignages sont innombrables, alors il n’y a pas sept à huit-cents menteurs.

Vendredi 19 Avril, après le coucher du soleil soit en France où dans des pays autres les villes sur le même parallèle comme Roubaix, Paris, Toulouse fêteront la Pâque vers 20h 45mn, tandis que Annemasse et La Rochelle sont à la même latitude et ces humains fêteront la Pâque pour la première cité à 20h 27mn et la seconde à 20h 56mn tout cela à cinq minutes près. Ce diner de la Pâque doit être accompli entre les « Deux Soirs » c’est-à-dire entre le coucher du soleil et la nuit noire profonde

Ce repas rappellera les gestes de Jésus le Nazôréen, et le chef de famille fera les mêmes geste avec un pain sans levain que son épouse où lui-même aura confectionné, la lame du couteau ne touchera pas ce pain qui sera rompu, et avant il fera une prière pour remercier Celui qui est au-dessus de notre tête, le Père à Jésus qui est son Dieu et notre Dieu (Jean XX : 17), puis le chef de famille fera de même avec un verre de bon vin et il demandera la rémission de nos péchés à cet Être Suprême et nous remercieront, chacun en son cœur le sacrifice qu’à fait ce père en offrant son propre fils, comme l’agneau va à l’abattoir,  dans les mains sanguinaires des humains, eux qui par haine incompréhensible, lui crachèrent au visage, et EL-SHADDAÏ avait déjà dit : « Celui  qui crache à la face de l’homme, crache sur ma face ! » Pardonnez-moi je ne me souviens plus des références, mais je les rechercherai !

EL-SHADDAÏ considérait que l’action de manger devait être un plaisir, le moment de se réunir, de se parler, de rire, de chanter, mais aussi de penser à Lui, et il a inventer le vin pour le plaisir du palais, mais aussi pour la joie, Siracide ou Ecclésiastique XXXI : 27-28,

« Le vin c’est la vie pour l’homme, quand on en boit modérément. Quelle vie mène-t-on privé de vin ? Il a été créé pour la joie des hommes. Gaîté du cœur et joie de l’âme, voilà le vin qu’on boit quand il faut et à sa suffisance. », et quand je vous écrit que la Bible est un livre enseignement et pas d’interdit et la suite de ce chapitre est assez intéressante pour l’humain, toujours Siracide XXXI : 29-30,« Amertume de l’âme, voilà le vin qu’on boit avec excès, par passion et par défi.L’ivresse excite la fureur de l’insensé pour sa perte, elle diminue sa force et provoque les coups. », et comme vous venez de le lire la Bible n’interdit pas, elle vous prévient, vous conseille et vous laisse le choix avec votre conscience.Rel-Parabole sur le Vigneron

Ce repas dePâque doit être une fête comme chaque année, mais toujours avec chacun sa suffisance, sans excès, car par la crucifixion de Jésus le Nazôréen, fils engendré d’EL-SHADDAÏ qui fut par la volonté de son Père, ressuscité de la transgression Adamique qui amena la mort de l’humain sur la terre de la Terre, nous offrant à nous humains, de sortir de la terre, pour vivre sur celle-ci, avec Jésus le Nazôréen comme Roi de la Terre, dans la joie, la paix, le bonheur car Sammaël et les Siens auront été enfermés pour un « Temps », moins de mille ans.

Sur ce thème aussi je reviendrai !

Mangez une viande  où l’os n’aura pas été brisé, mais aussi sans os, surtout pas de porc ni de sanglier ce soir-là, un pain sans levain, 100gr se farine, un peu de sel de l’eau, 10% de beurre, et vous pétrissez tout cela jusqu’à que vous ayez un boule de pâte qui ne colle pas aux doigt, si vous le désirez ajoutez un œuf ou deux, ne laissez pas reposé pour éviter la fermentation même légère, étaler votre pâte d’un seul tenant ou faites des petites boules de pâtes que vous étaler cela vous fera des petites galettes, le four le plus chaud possible soit thermostat 9 ou 230C° et vous enfournez, 10 à 15  minutes pas trop longtemps pour éviter que ce pain soit dur pour les dents et trop vite de manière à que la pâtes soit cuite.

Bonne Pâque !

Je réitère Vendredi 19 Avril, entre les deux soirs soit entre 20h 30mn, ou 21h 15mn juqu’à la nuit noire profonde soit 23h30mn, mais avant 24h c’est la Pâque pour nous « Enfants »d’EL-SHADDAÏ

Portez-vous bien !  Prenez soins de vous !

Salutations Cordiales à Tous !

Sig : Jean-Paul G. dit « GRANDELOUPO »

La Pâque, fête de notre libération – Chapitre N°1

Posté : 12 avril, 2019 @ 5:55 dans Fête chrétienne les Pâques | Pas de commentaires »

La Pâque, la fête de notre libération

 

Chapitre N°1

 

Nous allons bientôt être à la fête religieuse de la Pâque.

Nous disons la Pâque juive et les Pâques chrétiennes. La Pâque juive a influencé la célébration chrétienne, et elle n’a pas la même signification.

La Pâque juive commence le 15 Nissan ; ( le mois de Nissan est à cheval sur les mois de Mars et Avril du calendrier grégorien ) c’est le mois des épis et le premier mois de l’année, selon la Torah. Le calendrier juif est lunaire. Le mois commence avec la nouvelle lune. Le premier jour du mois de Nissan est celui de la première nouvelle lune autour de l’équinoxe de printemps. Le jour de Pâque est le jour de la pleine lune suivante.

Pour cette année 2019 l’équinoxe de printemps fut le 20 mars, le mois de Nissan, le premier mois de l’année du calendrier Hébreu, ayant eut son premier jour à la nouvelle lune (lune rousse) le 05 Avril, et la pleine lune le Vendredi 19 Avril, le coucher du soleil aura lieu en Haute Savoie à 20h 27, à Paris à 20h 48, à Rennes à 21h 02 et à Brest à 21h 14.

Donc la Pâque commence le 19 Avril après le coucher du soleil soit les horaires que je viens juste de vous poser avant selon votre région et le repas pascale doit se dérouler « entre les deux soirs », c’est-à-dire pendant le temps crépusculaire, période qui se situe entre le coucher du soleil et avant la noirceur complète de la nuit. ( voir l’Encyclopédie juive ) En règle générale la nuit noire est 2h, 2h 30mn après le coucher du soleil, mais toujours avant la fin d’une journée soit 24h

AbrahamÀ l’origine, il existait deux fêtes pour célébrer le printemps.

Le « Hag Ha-Pessah » : fête de l’agneau pascal. C’est une fête pastorale dont l’origine remonte au temps où le peuple hébreu était un peuple de nomades. Nous pouvons remonter jusqu’à l’ère du père, Térakh, voir du grand-père, Nak-hor d’Abram dit Abraham.

 Le rite du sang avait une valeur importante. On prenait le sang de l’agneau pour oindre le pourtour des portes d’entrée de la tente ou de la cabane. C’était un rite de protection pour détourner les mauvais esprits et protéger ainsi la famille.

Le mot « pâque » désignait ainsi la fête et aussi l’animal que l’on sacrifiait et que l’on mangeait. —pastorale, agneau — Ce sacrifice était encore pratiqué au temps de Jésus mais ne l’est plus depuis la destruction du second temple de Jérusalem en 70 de J-C. ou EC (ère commune)

Le « Hag Ha-Matsoth » : fête du « Pain sans levain », est une fête agricole célébrée par un peuple sédentaire au début de la moisson. Le « Pain sans levain » porte aussi le nom de pain azyme.

« La Pâque », de l’hébreu « pessa’h – il passa par-dessus » d’où « passage », est le nom de la fête juive qui commémore la sortie d’Égypte. D’après les Évangiles, c’est pendant cette fête juive qu’eut lieu la résurrection de Jésus ; c’est pourquoi le nom a été repris pour désigner la fête chrétienne.

Selon la Bible, à l’époque des Pharaons, les Hébreux vivaient en esclavage en Égypte, mais ce joug n’est pas venu tout de suite, je reviendrai sur ce thème dans quelques lignes.

La fête de la Pâque date depuis les Lois Noachides, Lois qui furent donné à Noé après que l’Arche se fut posée sur les contreforts du mont Loubard dans la chaîne de montagnes Ararat. Le sang était encore bon, mais de tous les humains qui restèrent dans l’Arche une grande partie de leur intelligence fut effacée ainsi que leur mémoire pour qu’ils ne reproduisent pas toutes les mauvaises inventions atomiques qu’ils avaient trouvé. Seules étaient restées en mémoire le nécessaire pour vivre dans l’Arche comme le système d’évacuation des eaux usées, l’électricité de réserve, mais le système de production fut effacé, comment avoir de l’eau potable, comment avoir du feu, mais tout le système d’armement fut aussi gommé, et ainsi de suite, EL-SHADDAÏ ne désirant pas que l’humain recommence, mais il a aussi retiré certains pouvoirs à SAMMAËL et aux SIENS les limitants sur les sentiments de convoitise, orgueil, vanité, jalousie, et beaucoup d’autres, mais il ne pouvait plus enseigner l’humain celui-ci maintenant devait s’arranger avec sa propre intelligence et découverte. Ce que je viens de vous écrire n’est pas de la fiction puisque maintenant sur toute la Terre nous trouvons des traces d’une guerre atomique – lointaine ? – , ainsi que des incendies gigantesques, monstrueux comme dans le Sahara, la Péninsule Arabique, le Désert du Nevada aux USA, ou celui de Gobi en Mongolie, ou à Mohenjo-Daro en Inde cité ou l’on a trouvé des tête humaines irradiées tout comme en Sibérie et en Australie. L’humain du Déluge, malgré une perfection encore importante, puisque les humains pouvaient s’accoupler entre frère et sœur sans que leur progéniture soit trisomique, avait fait un grand saut en arrière sur leurs découvertes et surtout dans le domaine de l’intelligence, de l’esprit.Antedil-Mohenjo-Daro-2010

Pour éviter d’être pris pour un affabulateur je vous conseille de faire des recherches sur Internet sur l’ère antédiluvienne, les découvertes dans les fonds marins, les squelettes retrouvés sur toute la Terre, le mélange de la génétique des animaux qui donnèrent des monstres, mais qui transformât aussi certaines espèces, etc, alors cherchez, lisez, comprenez !

Comme promis je reviens à l’assujettissement du peuple hébreu en Égypte

A l’époque des Hyksôs, Joseph le fils de Jacob est le « Grand Chambellan » de l’Égypte de cette époque. Un peu d’histoire par les dates, sachant qu’une erreur d’une cinquantaine d’année est sûrement possible, donc l’Exode Biblique eu lieu vers l’an 1240 avant l’EC ou J-C, sachant que Josué entra en Palestine en l’an 1234 — 1200 av. l’EC, l’encyclopédie écrit :[ 1232 av. J.-C. : selon la Bible, les Hébreux, sous la conduite de Josué, arrivent sur les bords du Jourdain. Ils se heurtent aux Edomites, Moabites et Amorrites avant d’occuper la quasi-totalité du pays de Canaan.] et que l’Exode dura quarante ans, mais aussi que le peuple hébreu était en Égypte depuis 430 ans. Si l’on pense que Josué commença ses conquêtes en l’an -1232 av. J-C cela nous fait remonter à l’année où toute la tribu de Jacob vint s’installer en Égypte dans la province de « Goshen » soit entre l’an -1662 et -1630 av. EC. Jacob était âgé se cent-trente ans quand il vient s’établir en Égypte avec toute sa famille, soit soixante-dix adultes et il y vécut dix-sept ans avant de décédé à l’âge de cent-quarante-sept ans.

L’encyclopédie nous apprend : -1900-1800 av. J.-C. –

« Vers le dix-huitième siècle avant Jésus-Christ, – J-C., ou l’Ère Commune, – EC., un premier groupe de population sémite, ancêtre du peuple juif, nomade pastoral, nommé « Ceux qui Passent » originaire de Mésopotamie, s’installent au Nord de la Syrie dans la province de Canaan, pays où coule le lait et le miel. Selon l’histoire biblique, Abraham aurait migré de Ur vers Harân où habitait son père, puis aurait continué sa migration vers le pays de Canaan, la Palestine de nos jours, qui à l’époque était une grande région montagneuse et vallonée, riche et fertile. » Térah le père d’Abraham décède à Harân à l’âge de deux-cent-cinq ans, et Abraham, lui, a soixante-quinze ans

Jésus-dans son berceau Genese 33 - le depart de Jacob et Esau a Succoth1710-1540 av. J.-C. : « Deuxième Période Intermédiaire Égyptienne. La Basse Égypte tombe aux mains des Hyksôs, originaires de Canaan. Ils introduisirent en Égypte l’arc composite, le cheval et le char » Je pense que le Pharaon de l’époque était Maâtibré qui signifie : « le cœur de Rê est juste » , grand chef de guerre Hyksôs, qui c’est déclaré roi de la basse Égypte ‘c’est-à-dire « Pharaon » et il gouverna environ quarante-quatre années, son successeur fut Mery-Ouse-Rê et sur des stèles retrouvées, l’encyclopédie :« Le nom sémitique « Jacob » apparaissant sous la forme « Yaqoub-her », la parenté directe comme indirecte entre ce nom et les Hyksôs est possible. », se sont les seules traces que nous avons du passage de Jacob en Égypte, et après ce Pharaon il y eu Apophis, Aâ-qen-en-Rê, qui régna un peu plus de quarante ans sur l’Égypte et fait partie des derniers souverains Hyksôs, mais c’est aussi sous son règne que Joseph fut momifié et gardé dans une tombe réservée aux nobles du pays.

J’ai cherché la vérité sur l’histoire de Joseph, mais malheureusement pour moi il n’existe pas beaucoup de trace et il y a cette erreur de date d’un demi-siècle, et pour que cela soit encore plus confus sur ce passage des Hyksôs en Égypte cela tombe pendant la « Deuxième Période Intermédiaire Égyptienne. », temps de deux siècles où nous ne connaissons pas grand-chose en dehors de quelques bribes éparses écrites sur des stèles.

Donc le peuple Hébreu s’est formé avec les douze fils de Jacob simplement que Ephraïm et Manassé les deux fils de Joseph forment une seule tribu et font partie de la noblesse égyptienne. Le premier siècle les Hébreux vivaient heureux dans la province du Goshen dans le Delta du Nil, terre fertile, et ils se multiplièrent, ainsi que le deuxième siècle. Ils vivaient sous la Loi Abrahamique qui était la suite des Lois Noachides, la circoncision, la Pâque, plus d’autres Lois de tenues générales comme épouser sa sœur qui devenait déconseillée. Grâce à leur hygiène de vie, la mortalité infantile était moindre chez eux que chez les indigènes.

La Pâque n’était pas une fête religieuse, mais la fête du renouveau de la nature, une fête plus pastorale qu’agraire, car il ne faut pas oublier qu’ils sont d’une descendance nomade, Abraham était un berger, on les nommait « Ceux qui Passent », et ils ne se feront appeler « Hébreu » que sous Jacob quand EL-SHADDAÏ lui donna le nom « Israël » qui signifie « Fort contre Dieu » ou « Volontaire contre Dieu »Agneau - Lüneburger Heide

Il est difficile d’établir une chronologie, puisque à un demi-siècle près nous ne connaissons pas l’invasion des Hyksôs, alors je vais essayer de mettre une supposition d’ordre, les Hyksôs ont envahi l’Égypte en l’an -1674 av. J-C. Joseph a vécu cent-dix ans et son père Jacob cent-quarante-sept ans, il est resté dix-sept ans en Égypte et il décéda. Admettons que ces Hyksôs sont en Égypte depuis dix ans soit l’an -1664 av. J-C.  Joseph à dix-sept ans quand il est vendu par ses frères et son père a l’âge de soixante-dix ans environ, donc nous sommes en l’an -1647 av. EC, et Joseph passe huit ans comme prisonnier avant de devenir « Grand Chambellan » en l’an -1639 av. J-C. Le premier roi Hyksôs connu qui gouverne en Égypte est Maâtibré qui signifie « cœur juste » et il règne dans ce pays pendant quarante-quatre ans environ soit jusqu’en -1620 av. EC et ce fut pendant son règne et celui de son successeur qu’il y a eu ces sept années d’abondance puis les sept années de disette, et ce Pharaon fut remplacé par Mery-Ouser-Rê qui régna pendant trente six ans (-1584__-1576) pour certains historiens et quarante-quatre ans pour d’autres, et son successeur fut Aâ-qen-en-Rê plus connu sous le nom « Apophis » qui régna quarante-cinq, quarante-six ans soit jusqu’en -1639 av. J-C. ce qui fait que Jacob décéda en l’an -1570 av. EC, et Joseph en l’an -1564 av. EC.

Les quatre siècles en terre étrangère ne vont pas avec les dates que je vous ai donné ci-dessus car il y a toujours ce demi-siècle dans un sens ou dans l’autre, en effet il paraîtrait que l’exode est eu lieu en -1220 _ -1223 av. EC sous le Pharaon Ramsès II, ce qui fait que Jacob et ses fils entre en terre égyptienne en l’an -1650 av. EC., impossible ! … !

Pourquoi les auteurs de la Bible qui écrivent sous inspiration divine ne citent-ils pas le nom des Rois ou Pharaons de l’époque, pourquoi entretenir ce flou, si historiquement il y a des faits confirmant la Bible, il y en a d’autres qui sont, en datations, farfelues, comme la prise de Jéricho qui prouve par l’archéologie que la ville à subit un gigantesque incendie et que les murs de fortification se sont écroulés, mais pas à la date biblique sous Josué.

Av-antedil-Deluge-tablette-cunéiforme-trouvée-à-Babylone-relatant-un-déluge-en-sumérienTrois siècles après leur installation dans la province de Goshen les Hébreux commencent à être plus nombreux que les autochtones alors le Roi d’Égypte les embauches et les faits travailler plus en espérant qu’ils seront fatigués, mais la démographie ne diminue pas, alors le Pharaon de l’époque et les haut-fonctionnaires se fâchent et les Hébreux sont considérés comme prise de guerre et deviennent esclave, et là, les plus durs travaux sont pour eux, et la démographie ne diminue pas.

C’est dans ce contexte que vient Moïse.

L’Exode est à l’origine de la fête juive de la Pâque et est considéré comme l’évènement fondateur de l’identité des « enfants d’Israël » et de leur relation avec EL-SHADDAÏ.

Voici le texte biblique, Exode XII : 12-19

« Cette nuit-là je parcourrai l’Égypte et je frapperai tous les premiers-nés dans le pays d’Égypte, tant hommes que bêtes, et de tous les dieux d’Égypte, je ferai justice, moi – EL-SHADDAÏ- Yahvé.

Le sang sera pour vous un signe sur les maisons où vous vous tenez. En voyant ce signe, je passerai outre — par-dessus – et vous échapperez au fléau destructeur lorsque je frapperai le pays d’Égypte.

Ce jour-là, vous en ferez mémoire et vous le fêterez comme une fête pour -EL-SHADDAÏ- Yahvé,dans vos générations vous la fêterez, c’est un décret perpétuel.

Pendant sept jours, vous mangerez des azymes. Dès le premier jour vous ferez disparaître le levain de vos maisons car quiconque, du premier au septième jour, mangera du pain levé, celui-là sera retranché d’Israël.

Le premier jour vous aurez une sainte assemblée, et le septième jour, une sainte assemblée. On n’y fera aucun ouvrage, vous préparerez seulement ce que chacun doit manger.

Vous observerez la fête des Azymes, car c’est en ce jour-là que j’ai fait sortir vos armées du pays d’Égypte. Vous observerez ce jour-là dans vos générations, c’est un décret perpétuel.

Le premier mois, le soir du quatorzième jour, vous mangerez des azymes jusqu’au soir du vingt et unième jour.

Pendant sept jours il ne se trouvera pas de levain dans vos maisons, car quiconque mangera du pain levé sera retranché de la communauté d’Israël, qu’il soit étranger ou né dans le pays. »Joseph Made Ruler in Egypt Genesis 41:41-43

Vous constaterez le mystère de ce signe – le sang- car il correspond à un rite païen de protection.

La Pâque est donc devenue la célébration de la libération du peuple hébreu. C’est un transfert de l’esclavage à la liberté, la renaissance du peuple d’Israël, comme le printemps est la régénération de la nature.

La Pâque devient le synonyme de liberté, liberté pour le peuple Hébreu, mais contre cette liberté dix Lois seront à respecter, c’est le « Décalogue » biblique où les « Dix Commandements ». Si seulement les humains de toute la Terre m’étaient en pratique juste ces dix Lois, les guerres, les meurtres et assassinas cesseraient, et il n’y aurait plus de famine.

Pour cette année 2019 la Pâque pour nous« Enfants » d’EL-SHADDAÏ aura lieu le vendredi 19 Avril entre « les deux soirs », c’est-à-dire après le coucher du soleil qui varie en France entre 20h 15mn et 21h 14mn selon la région et la latitude de votre ville ou village où vous habitez, donc je vous conseille de regarder sur « Internet » ou sur votre « portable » l’éphéméride de votre région

N’oubliez pas c’est une fête où nous mangerons en famille si possible ou avec des amis, la seule obligation du pain sans levain au repas, une viande où l’os n’a pas été brisé, et une bonne bouteille de vin, mais de cela je vous le rappellerais avant le 19 Avril.

Portez-vous bien !

Prenez soins de vous, de votre famille !

Salutations cordiales à Tous !

Sig : J-P.G. dit « GRANDELOUPO »

Pâque Chap. N°4 – 31 Mars entre les deux soirs, une Pâque ….

Posté : 31 mars, 2018 @ 8:57 dans Fête chrétienne les Pâques | Pas de commentaires »

Fêtes Chrétiennes les Pâques

 

Fête d’EL SHADDAÏ la Pâque

 

 

Chapitre N°4

 

31 Mars entre les deux soirs

 

c’est la Pâque d’EL-SHADDAÏ

 

La fête de la Pâque est la plus importante pour EL-SHADDAÏ car, en dehors de la première alliance qu’il avait faite avec Abraham confirmé avec le fils de ce dernier du nom d’Isaac, elle est perpétuelle.

A cette première alliance il y avait le choix de son Peuple avec une manière certaine de le reconnaître, mais il n’y avait pas de Pâque.

Avec Moïse la Pâque et l’Alliance deviennent beaucoup plus importante. En effet puisque c’est le Dieu unique, EL-SHADDAÏ qui délivre « Son Peuple » de l’esclavage Égyptien. Il ne faut pas oublier que ce « Peuple » est devenu un peuple au pays d’Égypte après, quatre cents ans avant, une grande disette en Palestine à l’époque de Joseph et de son père Jacob. C’est la descendance de Jacob, soixante-dix humains, qui fit ce « Peuple » en Égypte.

Montagnes du Sinaï-Sommet du SinaïC’est dans ce pays d’Égypte que la Pâque fut instituée par EL-SHADDAÏ le quatorzième jour du premier mois de l’année, le mois de Nissan, nom babylonien ou Abib nom hébreu, le soir, il fallait manger la viande rôtie d’un petit bétail dont on n’aura pas brisé les os, que l’on aura saigné, et avec le sang on aura badigeonné les linteaux de la porte pour la reconnaissance et la protection, accompagné d’un pain sans levain.

Puis dans le Sinaï il y eu cette continuité de « l’Alliance » avec le « Peuple et EL-SHADDAÏ » où Moïse aspergea le peuple avec le sang d’un jeune taureau sans tache.

Par la suite, à la Pâque les prêtres badigeonnaient les montants de la porte du Temple pour la rémission du péché.

La première Pâque eu lieu en Égypte, un soir après le coucher du soleil où les Israélites avait, avant ce coucher de soleil saigné un caprin, ovin, pour les plus nombreux bovin d’un an, sans tare, ni tache, et avec le sang badigeonner les montants et les linteaux des portes de la maison où l’on officiait cette Pâque, ainsi que les portes des étables, écuries et poulaillers des animaux car cette nuit l’Ange Exterminateur d’EL SHADDAÏ allait passer au-dessus des maisons trucidant tous les premiers-nés sans aucune exception humains et animaux « passant outre » les maisons marquées par le sang. Ce fut une Pâque de cris, de douleurs et de pleurs pour les égyptiens, mais d’angoisse et de peur pour les Israélites. EL SHADDAÏ n’a pas choisi au hasard cette date pour libérer son « Peuple », c’est aussi la date du renouveau de la nature, la période sombre du solstice d’hiver est finie, par l’équinoxe du Printemps les jours s’allongent, la nature, une nouvelle se réveille, et savez vous que pendant toute sa vie de quatre-vingt ans à cent-cinquante ans et plus selon l’espèce, un arbre ne fera aucune feuille jumelle, identique ?

La seconde année la Pâque se fit dans le calme du renouveau de la nature, sur les contreforts des montagnes et vallées volcaniques du Sinaï, et ce fut à ce moment, sauf erreur de ma part, qu’EL SHADDAÏ par l’intermédiaire de Moïse conclut une alliance avec son Peuple par aspersion du sang qui représente la vie. Et après Moïse monta vers EL SHADDAÏ et resta quarante jours et quarante nuit avec ce Dieu seul et unique au sommet de la montagne où il reçut les Tables de pierre avec les « Dix Paroles » que Moïse recopia sur des rouleaux de parchemin comme cela se faisait à l’époque, mais Moïse ne reçut pas que cela pendant quarante jours et quarante nuits sans boire, sans manger, ce qui est impossible pour un être humain alors comme Hénoch il a dû recevoir la même nourriture ainsi que le passé et l’avenir de l’humain d’Adam et Ève jusqu’au jour de la colère d’EL SHADDAÏ,du dernier ressuscité, et de la dernière mise à l’épreuve de l’humain jusqu’au jour où ce dernier vivra éternellement sur une terre paradisiaque avec Jésus le Nazôréen comme Roi de la Terre et leur unique Dieu son Père EL SHADDAÏ      Montagnes-Sinaï-dans les nuées    

Exode XXIV : 3, 6-8,« Moïse vint rapporter au peuple toutes les paroles d’EL SHADDAÏ et toutes les lois, et tout le peuple répondit d’une seule voix ; ils dirent :

 « Toutes les paroles qu’EL SHADDAÏ a prononcées, nous les mettrons en pratique. » »

« Moïse prit la moitié du sang et la mit dans des bassins, et l’autre moitié du sang, il la répandit sur l’autel. Il prit le livre de l’Alliance et il en fit la lecture au peuple qui déclara :

 « Tout ce qu’EL SHADDAÏ a dit, nous le ferons et nous y obéirons.»

Moïse, ayant pris le sang, le répandit sur le peuple et dit :

 « Ceci est le sang de l’Alliance qu’EL SHADDAÏ a conclue avec vous moyennant toutes ces clauses. » »

J’ai mis en gras ce que le peuple volontairement a promis, pas de torture, pas de menace, le peuple a décidé et promis. Voilà trois mois que le « Peuple » hébreu est sortie de l’assujettissement égyptien, et il vient d’arrêter sa marche le long des contreforts des montagnes volcaniques du Sinaï qui sont fertiles. Je ne suis pas un homme à lire la Bible et à vous réciter les versets. Je lis ce Livre et j’essaye de comprendre l’histoire des humains qui ont vécu à cette époque. Donc les hébreux se sont arrêtés au pied de la montagne du Sinaï qui est une terre volcanique donc très fertile avec de l’herbe grasse et en abondance comme les forêts et la steppe. C’est dans cette région que le Dieu des hébreux, qu’ils nomment « YAHVÉ »et moi par égalité avec le christianisme je le nomme « EL SHADDAÏ »  ce nom vulgaire de « DIEU »me révoltant, mais au moins ces hébreux donnent un nom à leur « Dieu », ordonnera à Moïse de construire une « Arche d’Alliance »avec une tente spécifique qui protégera l’Arche des intempéries quand toute la colonne d’humains stoppera au lieu où EL SHADDAÏ l’aura décidé, avant la construction de l’Arche d’Alliance, Exode XIII : 21, « EL-SHADDAÏ marchait avec eux, le jour dans une colonne de nuée pour leur indiquer la route, et la nuit dans une colonne de feu pour les éclairer, afin qu’ils puissent marcher de jour et de nuit. », et après la construction de cette Arche d’Alliance et de sa tente, Exode XL : 36-38, « A toutes leurs étapes, lorsque la nuée s’élevait au-dessus de la Demeure, les Israélites se mettaient en marche. Si la nuée ne s’élevait pas, ils ne se mettaient pas en marche jusqu’au jour où elle s’élevait. Car, le jour, la nuée d’EL-SHADDAÏ était sur la Demeure et, la nuit, il y avait dedans un feu, aux yeux de toute la maison d’Israël, à toutes leurs étapes. » Les hébreux bivouaquaient sur les flancs de la montagne volcanique du Sinaï. Là, Moïse montât vers le sommet de ce volcan à la rencontre de l’Être Suprême et il y restât quarante jours et quarante nuits sans boire ni manger où il reçut les « Tables de Pierre »avec les « Dix Paroles » écrites du doigt d’EL-SHADDAÏ, mais aussi où Moïse écrivit tout ce que ce Dieu seul et unique lui dictait et Moïse apprit tout ce qu’Hénoch avait écrit sur le passé de l’humain et sur son avenir jusqu’au dernier jour de cette humanité, le jour de la colère d’EL-SHADDAÏ, le jour du dernier ressuscité, puis le peu de temps de la mise à l’épreuve de l’humain, la mort définitive sans résurrection, puis les jours éternelle de l’humain sur une Terre paradisiaque.

Bible en Hébreu-TorahLà, pour moi se pose un dilemme. En effet suite à la lecture approfondie de la Bible je me suis aperçut que certains écrits de prophètes qui écrivaient et prophétisaient sur leur époque en réalité rédigeaient sur l’époque de Jésus le Nazôréen, et sur la notre nous qui approchons « de la Fin des Temps », des « Dernières Générations ». Je reconnais en plus que je ne suis pas un grand fervent des textes bibliques appris par cœur comme un « Témoins de Jéhovah », ou un « Évangéliste », je lis les textes bibliques en me reportant à « l’histoire du Peuple Hébreu » et à l’enseignement qui reste, car à la fin de chaque Livre arrêtez-vous de lire et réfléchissez à ce que vous venez de lire, vous serez étonné du résultat. Pensez que des prophètes comme Jérémie, Baruch, ont vécu à la même époque et ont travaillé ensemble puisqu’il est prouvé que Baruch aurait écrit pour Jérémie, mais il n’y a pas que ceux-là, puisque Sophonie prophétisait déjà quand Jérémie a commencé à prédire l’avenir du peuple Hébreux et de sa ville sainte Jérusalem. Isaïe, Osée, Michée, Amos, prophétisèrent sur les dix« Tribus du Nord »que l’on nommait « Israël » et la capitale était Samarie. Je viens de vous citer quatre prophètes qui augurent chacun d’une façon : exemple EL-SHADDAÏ par l’intermédiaire d’Osée considère les dix Tribus d’Israël comme une épouse infidèle, avec tous les compliments d’une épouse adultérine.

Et là encore les écritures parlent d’un « Nouveau Peuple » qui se rapporte à l’après « Israël », (quand je parle d’Israël je parle du « Royaume des dix Tribus » avec leur capital Samarie) donc je dois avant chercher afin de connaître l’histoire de ce « Peuple » qui se forma en Terre étrangère, l’Égypte, et qui fut libérer de l’esclavage par un Dieu seul et unique, qui choisit ce « Peuple Hébreu » parmi toutes les Nations de la Terre.

La libération de ce peuple choisit fut marqué dans une soirée d’angoisse et de peur pour certain, puis aux cours de la nuit c’est transformé en horreur, cris, pleurs, lamentations pour d’autres, ce fut la première « Pâque », le soir, la veille du départ. Au matin de cette Pâque au lever du jour six-cent mille homme de pied se mettaient en marche avec tout ce que l’on pouvait spolier aux Égyptiens, mais aussi avec les troupeaux immenses de caprins, ovins, bovins, camélidés et équidés, volailles de toute sorte, les hébreux emportant ce qu’ils prenaient aux égyptiens comme victuailles, or, argent, et les égyptiens leur donnant tout ce qu’ils voulaient même ce qu’ils ne voulaient pas tellement ils étaient désireux de les voir loin, le plus rapidement possible.

Arche de l'AllianceLa première Pâque un an après la sortie du pays d’Égypte fut une Pâque de commémoration où EL SHADDAÏpassa une « Alliance »avec son « Peuple » et quand nous lisons les Livres qui son en rapport avec la Pâque et « l’Alliance »de cette Pâque, nous constatons que, la Pâque est éternelle de génération en génération, mais cette « Alliance du Sinaï » ne l’est pas. Nous humains nous avons associé les deux, mais pour ce Dieu seul et unique se n’est pas le cas !

L’Alliance de l’Être Suprême est une tout autre alliance sur laquelle je vous écrirai après la Pâque car il faut des explications avec des preuves car nous faisons partie des générations traversants le désert, ou de celles qui se lèvent avec l’Étendard de ce Dieu unique.

EL SHADDAÏ nous demande qu’une seule et unique chose, respecter la fête de la Pâque qui est pour nous citoyens du XXIème siècle, une fête à accomplir.

Pour se faire en premier nous allons faire un pain sans levain, sans levure qui sera plus une galette qu’un pain

Pour deux personnes 200g de farine mélangée avec un peu d’eau et entre 50g et 100g de beurre très mou avec un peu de sel. Vous pouvez vous servir le votre appareil pour faire les pâtes vous ajouter un œuf entier ou deux vous mélanger le tout de manière à ce que la pâte ne colle pas alors pour cela soit un ajout d’un peu de farine, soit de l’eau. Une fois que votre pâte est homogène vous l’étalez sur la table au moyen d’un rouleau à pâtisserie, si non une bouteille fait l’affaire. Préchauffer le four au maximum de sa température, thermostat 8 ou 10, à 240°- 260°C. A j’ai oublié avec une fourchette vous pouvez faire des petits dessins et vous badigeonnez le dessus de la galette avec un jaune d’œuf. A veillez entre 10 et 15 minute il faut que la pâte soit légèrement dorée car si cela est trop cuit la galette est dure.

Pour le pain bonne Pâque ! 

Pour la première bouchée le chef de famille rompt la galette en en offrant un morceau à chacun des convives en contant ce qu’a fait Jésus le Nazôréen pour nous.

Jésus le Nazôréenest pour nous en ce XXIème siècle « le second Moïse, » car c’est lui qui nous délivre de la servitude religieuseet cela fut annoncé par les prophètes Isaïe, surtout Jérémie et Ézéchiel, de cela je vous promets que je vous l’écrirai après la Fête de la Pâque, avec les textes bibliques, pour l’heure, comme Moïse, Jésus le Nazôréennous a délivré de la prison religieusedans laquelle nous étions enfermée, car les deux premiers siècles du christianisme voire le troisième siècle, furent comme l’époque de Josué qui vécut cent-dix ans, la génération suivante connu les exploits d’EL-SHADDAÏ puis une dernière et l’on arriva à une génération qui ne connu pas les exploits de ce Dieu et les hébreux commencèrent à prier « les Baals et les Astartés » Juges II : 12-14, et pendant des siècles, les hébreux priaient leur Dieu « Yahvé »,celui-ci avait compassion pour eux et « Il » les délivrait de leur ennemis et leur donnait « un guide » ; quand ce dernier décédait les hébreux recommençaient à adorer les « Baals et les Astartés » alors EL-SHADDAÏles laissait entre les mains de leur ennemi jusqu’à leur remord puis « Il » leur donnait un nouveau guideet tant que ce guide était vivant les hébreux restaient fidèles à leur Dieu « Yahvé », et quand il expirait ……. , ils récidivaient !

Galettes--Matzot René, pain AzymeOui, en une seule fois Jésus le Nazôréenest devenu « le Grand Prêtre »qui le jour de « l’Expiation » était obligé d’offrir un sacrifice d’un bouc ou d’un jeune taureau pour son (ses) péché à lui afin qu’il soit « SAIN », propre, sans tache comme l’animal qu’il immolait pour son péché, et non « saint » qui signifie adorer, vénérer, glorifier, puis une autre offrande  pour le peuple, mais ce jour de « l’Epiation » fut par les grands prêtres reporté à la journée de Pâque où le Grand Prêtre faisait « Expiation »des péchés du peuple ce jour-là. Jésus le Nazôréenétait à la fois l’agneau qu’on immolait et le Grand Prêtre qui officiait donc par son sang qu’il perdit tout le long du cortège de la prison à l’intérieur de Jérusalem jusqu’au Golgotha où il fut crucifié représentait le sang que le « grand prêtre » avec son doigt aspergeait sept fois devant le rideau du « Saint des Saints » pièce où à l’époque était déposé l’Arche d’Alliance pièce dans laquelle EL-SHADDAÏ et Moïse se parlaient comme deux humains face à face Deutéronome XXXIV : 10-12, Nombre XII : 8,Exode XXXIII : 11, « EL-SHADDAÏ parlait à Moïse face à face, comme un homme parle à son ami, puis il rentrait au camp, mais son serviteur Josué, fils de Nûn, un jeune homme, ne quittait pas l’intérieur de la Tente. », et l’amitié qu’avait EL-SHADDAÏ pour Moïse était grande

Quand Jésus le Nazôréen dit en prenant le verre de vin Matthieu XXVI : 27,« Puis, prenant une coupe, il rendit grâces et la leur donna en disant : « Buvez-en tous ; car ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui va être répandu pour une multitude en rémission des péchés. Je vous le dis, je ne boirai plus désormais de ce produit de la vigne jusqu’au jour où je le boirai avec vous, de nouveau, dans le Royaume de mon Père. » »il parle là du sang de l’agneau ou du jeune taureau que Moïse prenait dans le bassin et en aspergeait le peuple, Exode XXIV : 6-8, « Moïse prit la moitié du sang et la mit dans des bassins, et l’autre moitié du sang, il la répandit sur l’autel.Il prit le livre de l’Alliance et il en fit la lecture au peuple qui déclara : « Tout ce qu’EL-SHADDAÏ a dit, nous le ferons et nous y obéirons. » Moïse, ayant pris le sang, le répandit sur le peuple et dit : « Ceci est le sang de l’Alliance qu’EL-SHADDAÏ a conclue avec vous moyennant toutes ces clauses. »

L’aspersion du sang sur le peuple était pour la rémission du péché, et la coupe de vin que boit Jésus ayant rendu grâce est exactement pour la même cause, le vin remplaçant le sang

Rel-La CèneAlors maintenant il faut que je fasse cours carPâquepour nous Enfants d’EL-SHADDAÏest demain Samedi 31 Mars entre les deux soirs après le coucher du soleil qui pour nous Pays de France, Belgique, Pays Bas, Allemagne, Luxembourg, Suisse, Espagne, Portugal, Italie et Royaume-Unis, sera à 20heure jusqu’à la lune noire environ 23h30mn mais nous serons en « pleine lune ».

Donc ce Samedi nous mangerons une viande rôtie non bouillie, où aucun os n’aura été brisé. Notre repas sera comme à notre habitude pour les légumes, fromages et desserts. Simplement que le chef de famille rompe le painsans levain en se souvenant que ce pain représente symboliquement l’agneau, le jeune bouc ou taureau sans tache, sans tare, et Jésus le Nazôréen en sacrifice parfait car quand il fut sacrifié sur le « T » romain, engin de torture romaine c’est uniquement pour sauver la race humaine de la mort. Il est décédé sûrement dans sa quarantième année, le nombre « quarante » étant hautement symbolique bibliquement, et il décéda en étant resté parfait en corps et en esprit tout le long de sa vie terrestre, même si nous avons très peu d’écrit sur sa vie avant son ministère.

Pour sauver la race humaine de la mort il fallait l’équivalence d’Adam et Ève c’est-à-dire une perfection contre une autre perfection, donc les deux premiers humains ont volontairement transgressé une seule interdiction d’EL-SHADDAÏ, il fallait un humain qui vive parfaitement le temps messianique nécessaire pour conjurer le « Défit » que « SAMMAËL » lança à EL-SHADDAÏcomme quoi pas un seul humain ne vivrai parfait sur la Terre et que tous lui serait fidèles, mais par Jésus le Nazôréen sont défit était perdu voilà pourquoi EL-SHADDAÏ dans les trois jours soit soixante-douze heures, pas une de plus, pas une de moins, il ressuscita son propre Fils engendré au Ciel, prouvant à « SAMMAËL » que c’est Lui qui est « DIEU » et personne d’autre, mais ce même jours à la même heure plus de cinq-cents âmes furent aussi ressuscitées.

EL-SHADDAÏ - Stèle avec écrit le nom du Divin Yehoua,  écrit YèHoWuHaVeuillez me pardonner, mais lisant je ne pensais pas qu’il y avait tant à écrire sur les prophéties de la Pâque et leurs significations, et je m’aperçois de la petitesse que je suis, car en même tant que je vous écris, j’ai mon esprit qui vole vers celui que je considère comme le seul et l’unique Dieu, mais il y a son Fils engendré dans les Cieux qui est sortit des entrailles de ce Dieu que je nomme EL-SHADDAÏ, et la logique voudrai que comme il est sorti des entrailles d’un « Dieu », ce doit être un « Dieu » Mais EL SHADDAÏdit : Isaïe XLVIII : 11-13

« C’est à cause de moi, de moi seul, que je vais agir, comment mon nom serait-il profané ? Je ne donnerai pas ma gloire à un autre.

Écoute-moi, Jacob, Israël que j’ai appelé, c’est moi, moi qui suis le premier et c’est moi aussi le dernier.

Ma main a fondé la terre, ma droite a tendu les cieux, moi, je les appelle et tous ensemble ils se présentent. »

Ce texte prouve qu’il existe qu’un seul et unique Dieu, celui que je vénère, celui que nous glorifions, que nous adorons, c’est EL-SHADDAÏ l’unique le seul, et son Fils Jésus le Nazôréen qui a donné sa vie pour nous, pour nous permettre de ressusciter un jour, après le « Jour de la colère d’EL-SHADDAÏ »et nous vivrons pendant un certain temps sur une Terre paradisiaque, mais avant les mille ans, mais nous aurons toujours en mémoire cette époque touristique sur la Terre et, ce qui est tout-à-fait normal il nous mettra à l’épreuve un cour moment, mais là, il n’y aura pas de résurrection, se sera la mort définitive, mais nous aurons connu les deux vies et nous serons libres de notre choix.

Jésus le Nazaréen notre Roi sera avec nous assis à notre table demain soir, et avec nous il refera les mêmes gestes par notre intermédiaire et la petite prière avant de rompe le pain et de boire le vin sera celle du cœur du chef de maison pas de prière toute faite, non les paroles de cœur c’est celle-là qui sont de l’or.

Demain soir après 20 heure moi aussi j’aurai une pensé pour vous tous

Prenez soin de vous et portez-vous bien !

Salutations cordiales à Tous

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO »

 

Ps : Ce soir Jésus le Nazôréen sera avec vous et moi j’aurai une pensé pour vous « Enfant » d’EL SHADDAÏ

Fête de la Pâque, chap. N° 3 – Une alliance rompue

Posté : 21 mars, 2018 @ 6:14 dans Fête chrétienne les Pâques | Pas de commentaires »

Fêtes Chrétiennes les Pâques

 

Fête d’EL SHADDAÏ la Pâque

 

 

Chapitre N°3

 

 

 

Pâque : une ancienne alliance rompue

 

 

Ézéchiel XVL : 18-19, 21-22

« Ainsi parle le Seigneur EL-SHADDAÏ :

Au premier mois, le premier du mois, tu prendras un jeune taureau sans défaut, pour ôter le péché du sanctuaire.

Le prêtre prendra du sang de la victime pour le péché et le mettra sur les montants de la porte du Temple, sur les quatre angles du socle de l’autel et sur les montants des porches du parvis intérieur. »

« Au premier mois, le quatorzième jour du mois, ce sera pour vous la fête de la Pâque.Pendant sept jours on mangera des pains sans levain.

Ce jour-là, le prince offrira pour lui-même et pour tout le peuple du pays un taureau en sacrifice pour le péché. »

Exode-la Pâque- Tente et nuée au camp (400)Je ne vous ai pas posé les dernières phrases es derniers paragraphes du chapitre précédents, mais je vous convie à les lire, puisque ce sont des versets bibliques du Livre des« Nombres »et du « Deutéronome »et vous constaterez que le Prêtre qui va une fois par an dans le « Saint des Saints » est obligé de faire un premier sacrifice pour ses propres péchés àlui voilà pourquoi le péché est au singulier car le Prêtre pour entrer dans le « Saint des Saints » doit être exempt de tout péché donc il doit être « Sain » propre sans tâche. Cette pièce est un mystère pour beaucoup d’historiens car plus d’un Prêtre y a laissé la vie, foudroyé. Voilà pourquoi aussi je dis et le répète souvent dans mes écrits ses mots « Saint des Saints » sont mal orthographiés je le vois bien orthographié ainsi : « le SAIN » parce que le Prêtre doit être sans tache, à moins que « le SAIN »ne soit l’Être suprême des « Sains »représentent tous les invisibles a moins que ce ne soit ces fidèles serviteurs comme Hénoch, Abraham, Mathusalem, Melchisédech, Élie tous ces êtres qui ont été parfait devant EL SHADDAÏ donc « SAIN des SAINS »voilà comment je vois cet orthographe

Le Peuple, non « le Peuple » d’EL SHADDAÏ qui s’est formé en quatre-cent-trente ans car ils entrèrent soixante-dix en pays d’Égypte à l’époque où les Rois égyptiens, les Pharaons, était des Hyksôs 1670-1554. Joseph a dû être Chambellan sous les règnes de plusieurs Pharaons Hyksôs à partir de Se-Kha-en-Rênommé aussi Salitisjusqu’à Âa-qen-en-Rênommé aussi Apophis Ier. Là, c’est EL SHADDAÏ qui choisit son « Peuple » qui est la descendance d’un humain avec qui il a passé une alliance par la circoncision. Je réitère ce que j’ai écrit ci-dessus, ils étaient soixante-dix quand ils entrèrent en Égypte, et ils étaient un peu plus de six-cent-mille hommes de pied, quatre-cent-trente ans après, sans compter femmes, enfants, vieillards, quand ils sortirent du pays d’Égypte. Dans les chapitres précédents je vous avais écrit sur les « Alliances »la première avec « LES » humains avec « l’Arc-en-Ciel »dans les nuées signifiant qu’EL SHADDAÏ ne détruirait jamais plus toutes les chairs à cause de « l’homme » par un cataclysme planétaire diluvien, la seconde « Alliance »entre Lui et « UN » humain afin de reconnaître sa descendance en le marquant dans sa chair par la circoncision. Comme le berger marque son troupeau au fer rouge, EL SHADDAÏ marquera les siens par la circoncision, voilà pourquoi il enseigne que, si l’étranger ou l’esclave veut suivre « ses Lois et Préceptes », il devra se circoncire. La troisième « Alliance »il ne la fait pas avec tous les humains de la Terre, avec un seul humain, mais avec des humains qui seront « son Peuple », une Nation, « Israël »où coule le lait et le miel parmi toutes les Nations de la Terre, et cette Nation, avec son « Peuple » sera connue sur toute la surface de la terre de la Terre par son « Dieu »le nom de son « Dieu », « EL SHADDAÏ » qui résonnera dans le cœur de tous les humains par la puissance, la force, le mystère des exploits de son « Peuple » par « Lui »Exode-la Pâque-contrefort du Sinaï (Copier) (2)

Cela est une certitude je reviendrai vous écrire sur ce « Peuple », mais surtout sur le « DIEU » de tous les humains peu importe le langage, la couleur de peau, le Pays ou la Nation, car ce « DIEU » avait choisi « un Peuple »les Hébreux qui …….plus tard je reviendrai ….  Aujourd’hui en ce vingt-et-unième siècle, je certifie que ce n’est plus ce « DIEU » qui choisit son Peuple, mais ce sont les humains de toutes langues, de tous idiomes, de toutes couleurs de peau, qui se sont circoncis de cœur et d’esprit, qui comme Hénoch, Noé, Abraham ont volontairement préféré « ce Dieu »seul et unique, car aucun n’a existé avant Lui, aucun ne subsistera après Lui, Lui « EL SHADDAÏ »,« au-dessus des Montagnes », choisit individuellement dans la multitude comme leur seul et unique Dieu, ce petit nombre sur toute la Terre qui forme son « Nouveau Peuple ». Ce n’est plus EL SHADDAÏ qui choisit les humains pour former son « Peuple », non ! maintenant se sont les humains de toutes couleurs de peaux, de tous langages et idiomes qui individuellement le choisissent comme leur « DIEUX »volontairement par le cœur et l’esprit, avec sincérité, pas de Prêtres, de Dignitaires comme les Évêques, Cardinaux, Papes, Popes, Rabbins, fini tout cela, le seul « Grand Prêtre »« Jésus le Nazôréens »,le seul et unique « DIEU » son Père EL SHADDAÏ, pas d’hypocrisie, pas de mensonge, car c’est seul que j’ai été chercher le « Vrai et Véritable Dieu », et pas de déception avec mes semblables puisque quand nous avons la joie de nous rencontrer nous parlons de ce Dieu seul et unique et des bienfaits qu’il a apporté dans notre maison.

Cette troisième « Alliance » faites avec des humains qui sera rompu par ces mêmes humains après cinq siècles de bonheur de 1220 à 722 av. J-C.

Exode XXIV : 6-8

« Moïse prit la moitié du sang et la mit dans des bassins, et l’autre moitié du sang, il la répandit sur l’autel.

Il prit le livre de l’Alliance et il en fit la lecture au peuple qui déclara :

 « Tout ce qu’EL-SHADDAÏ a dit, nous le ferons et nous y obéirons. »

Moïse, ayant pris le sang, le répandit sur le peuple et dit :

« Ceci est le sang de l’Alliance qu’EL-SHADDAÏ a conclue avec vous moyennant toutes ces clauses. » »

Exode XXXIV : 10, 27

EL-SHADDAÏ parle à Moïse sur le mont Sinaï

« EL-SHADDAÏ dit :

 « Voici que je vais conclure une alliance : devant tout ton peuple je ferai des merveilles telles qu’il n’en a été accompli dans aucun pays ni aucune nation. Le peuple au milieu duquel tu te trouves verra l’œuvre d’EL SHADDAÏ, car c’est chose redoutable, ce que je vais faire avec toi. » »

« EL-SHADDAÏ dit à Moïse :

« Mets par écrit ces paroles car selon ces clauses, j’ai conclu mon alliance avec toi et avec Israël. » »

Exode-la Pâque-hébreu au passage de la Mer RougeDans sa composition finale, « l’Alliance »mosaïque scelle l’élection du peuple et les promesses qui lui furent faites les délivrant de l’esclavage Égyptien (Exode VI : 6-8, « C’est pourquoi tu diras aux Israélites : Je suis EL SHADDAÏ et je vous soustrairai aux corvées des Égyptiens ; je vous délivrerai de leur servitude et je vous rachèterai à bras étendu et par de grands jugements.Je vous prendrai pour mon peuple et je serai votre Dieu. Et vous saurez que je suis EL SHADDAÏ, votre Dieu, qui vous aura soustraits aux corvées des Égyptiens.Puis je vous ferai entrer dans la terre que j’ai juré de donné à Abraham, à Isaac et à Jacob, et je vous la donnerai en patrimoine, moi EL SHADDAÏ. ») et l’unicité de leur Dieu, EL SHADDAÏ seul et unique, qui sera leur Dieu et eux son « Peuple », de même que l’alliance avec Abraham rappelée, Exode VI : 5, « Et moi, j’ai entendu le gémissement des Israélites asservis par les Égyptiens et je me suis souvenu de mon alliance. »,avait confirmé les premières promesses. « L’Alliance »avec Abraham était conclue avec un seul individu, bien qu’elle atteignît sa descendance, et ne comportait qu’une seule prescription, celle de la circoncision.« L’Alliance »du Sinaï engage tout un « Peuple » qui reçoit une Loi : « le Décalogue et le Code de l’Alliance ».Avec ses développements postérieurs, cette Loi deviendra la « Chartre »du Judaïsme et Ben Sira dans son Siracide ou Ecclésiastiques XXIV : 9-27, l’identifiera à la Sagesse (– la colonne de nué du désert qui dans les textes anciens est la manifestation de la présence d’EL SHADDAÏ. Pour Jésus Ben Sira, le culte du Temple de Jérusalem est encore une œuvre de la Sagesse, soit simplement parce que, comme l’ordre du monde, il est une expression de la perfection divine, soit plus précisément parce qu’il se trouve codifié dans la Loi, expression parfaite de la Sagesse. Après différents parfums naturels qui entre dans la composition de l’huile d’onction, c’est à l’encens liturgique que Ben Sira la compare, galbanum, et labdanum sont des gommes résines aromatiques comme la myrrhe ; l’onyx est une sécrétassions de certains mollusques utilisés dans la fabrication de l’encens. –), mais elle est en même temps un témoin contre le « Peuple », Exode XXXI : 26-27, (– J’ai lu tous le chapitre XXXI et à la fin m’a gorge fut serrée par les larmes car EL SHADDAÏ allait rendre son peuple heureux, ne manquants de rien et ces humains allaient encore une fois se détourner de leur Dieu, pourquoi ? …. Trop heureux, se croyant invincible, j’essaie de comprendre, alors je vais poser ces deux versets, mais lisez-le complètement avec le cœur et à la fin vous serez dans le même état que moi –), versets 26-27, : « « Prenez le livre de cette Loi. Placez-le à côté de l’arche de l’alliance d’EL SHADDAÏ votre Dieu. Qu’il y serve de témoin contre toi. Car je connais ton esprit rebelle et la raideur de ta nuque. Si aujourd’hui, alors que je suis encore vivant avec vous, vous êtes rebelles à EL SHADDAÏ, combien plus le serez-vous après ma mort. », car sa transgression rend vaine les promesses et entraine la malédiction d’EL SHADDAÏ. Elle demeurera comme une instruction et une contrainte préparant les âmes à la venue de Jésus le Nazôréen qui scellera une « Nouvelle Alliance » celle-là indestructible.

L’apôtre Paul expliquera contre les judaïsant, ce rôle temporaire de la Loi.Montagnes-Sinaï-présence du très Haut

La localisation du Sinaï est difficile. Depuis le IVème siècle de notre ère la tradition chrétienne le place au Sud de la péninsule Arabique qui en tire son nom du djebel Mousa, 2245m. Une opinion actuellement répandue invoque les traits de caractère volcanique dans la description de la « Théophanie »biblique Exode XIX : 16 +,(—l’itinéraire de Nombre XXXIII : ce chapitre, avec ses notes, appartient à une couche secondaire de la rédaction sacerdotale. Il utilise des indications géographiques contenues dans les Livres de l’Exode, Nombres, Deutéronome, mais plus de la moitié des noms sont nouveaux et proviennent d’autres documents. Le trajet du Sinaï Éçyôn-Guébèr versets 16-35 de ce chapitre, utilise une liste d’étapes du Nord-Ouest de l’Arabie qui a donné occasion à une localisation su Sinaï dans cette région. Les versets 41-49 de ce chapitre XXXIII utilise un autre « routier » qui décrit le chemin le plus direct entre Cadès et le Nord de l’Arnon, mais ce trajet est inconciliable avec les indications des sources anciennes, détour par Éçyôn-Guébèr en dehors de Moab er Édom. —-),pour situer le Sinaï en Arabie où les volcans étaient encore en activité à l’époque historique. Ces arguments ne sont pas décisifs, les notes mentionnées et d’autres textes supposent une localisation plus proche de l’Égypte et du Sud de la Palestine

En conséquence une autre théorie situe le Sinaï près de Cadès en s’appuyant sur les textes qui mettent Séïr, Édom, et le mont Parân en rapport avec la manifestation divine. Cadès n’a jamais été associé au désert du Sinaï et certains textes mettent clairement celui-ci loin de Cadès. La localisation dans le sud de la Péninsule Arabique reste le plus vraisemblable. Malgré l’importance durable des événements et de la législation rattachée au Sinaï, les Israélites semblent avoir vite oublié sa situation précise.

Exode-carte, le trajet  (400)La montagne de l’Horeb fut la montagne d’EL SHADDAÏ, dans le Sinaï. C’était une région très volcanique à l’époque de Jethro, le beau-père de Moïse et c’est aussi sur cette montagne que furent gravé par le doigt de l’Être Suprême, sur « des Tables de Pierre »le « Décalogue » et que fut institué le « Code de l’Alliance » C’est au pied de cette montagne volcanique à l’époque, que Moïse par « l’Alliance du Sang »fera d’Israël le bien personnel et sacré d’EL SHADDAÏ. En effet c’est Lui qui va chercher son « Peuple » la descendance l’Abraham, qui s’est formé en quatre-cent-trente ansen pays étranger. Cette région du Mont Sinaï entourée de volcans comme chez nous en Auvergne était très fertile sur certains contreforts, voilà pourquoi pendant l’Exode les israélites restaient plus d’une année au même endroit, et qu’ils restèrent quarante années dans le désert  du Sinaï qui à l’époque, il y a trois mille deux-cent-trente-huit ans était plutôt luxuriant en prairies, forêts, et steppes car une terre volcanique est réputée pour sa fertilité, mais aussi pour ses métaux, or, argent, nickel, minerai de fer, etc.

C’est sur ces contreforts qu’EL SHADDAÏ dicta à Moïse comment construire l’Arche d’Alliance ainsi que ses dimensions mais aussi que les humains reçurent les Lois et les acceptèrent et ceci à partir du troisième mois d’errance dans les montagnes du Sinaï. En lisant la Bible et surtout la comprendre, je reconnais que je suis petit en esprit et que les humains de l’époque de Jésus le Nazôréen était beaucoup plus intelligent que nous, mais que les humains de l’ère de Moïse était plus compétent que ceux de Jésus le Nazôréen. IL fut reconnu par tous les historiens que Jésus le Nazôréen possédait une connaissance et une intelligence très largement supérieur à ses contemporains.

Quand EL SHADDAÏ fit construite la « Tente du Rendez-Vous » elle fut façonnée d’une certaine manière, avec un parvis, une pièce nommé le « Saint » qui devrait plutôt s’écrire ainsi « le SAIN » car cette pièce devait être propre, limpide, sans tache et c’est dans cette pièce que le Grand Prêtre après le décès de Josué, car Josué comme Moïse entrait dans le « SAIN des SAINS » (saint des saints) pour palabrer avec EL SHADDAÏ et surtout recevoir la marche à suivre pour entrer « en Terre Promise ». Quand les Israélites suivaient les instructions données par EL SHADDAÏ, c’est ce dernier qui se battait pour eux et les pertes en vie humaine étaient négative

Un fait aussi très important pour moi, trois mois après la sortie d’Égypte, EL SHADDAÏ sur les contreforts de sa « Montagnes Sainte, l’Horeb », posa avec son « Peuple » une « Alliance »qui n’allait pas être éternelle comme celle passé avec Noé et « l’Arc-en-Ciel », « Alliance éternelle », puis avec Abraham par la « circoncision », « Alliance éternelle », mais cette « Alliance » avec son « Arche »ne serait pas « éternelle ! »Arche d'Alliance-2 chérubins

En effet combien de fois ce « Peuple » c’est détourné de son « Dieu » pour aller prier Baal, Tammuz, Astarté la Reine du Ciel » ?Combien de fois EL SHADDAÏ a eu pitié d’eux et alla les rechercher, combien de fois depuis Moïse ? Peuple au cœur dur, à la nuque raide ! Et pourtant ce Dieu fit des prodiges avec ce peuple ingrat !

A l’ère de Josué les hébreux étaient un peuple de nomade qui se sont sédentarisés à la vitesse qu’ils prenaient possessions de la « Terre Promise »,mais après Josué et les descendant direct de ce dernier les Israélites ne firent que trahir « l’Alliance de Moïse », allant adorer des « Dieux »façonnés par la main des hommes, alors disons que pendant deux siècles, deux siècles et demi, ils suivirent les Lois et Préceptes de leur « Dieu »écrit dans « l’Alliance de Moïse », et après ils recommencèrent à adorer des dieux de matières qui les entrainaient dans la misère matérielle, agraire, pascale et surtout spirituelle, alors ils suppliaient EL SHADDAÏ qui prenait pitié d’eux, punissant sévèrement les adorateurs des Baal, Astarté, Sidom, Moab, etc

Un an après c’est à la « Montagnes d’EL SHADDAÏ, la Montagne d’Horeb » que se fêta la première Pâque et le souvenir de la sortie d’Égypte était encore très fort. Le mois d’Abib premier mois de l’année du calendrier israélien, le quatorzième jour, – (je vous rappelle que la journée israélienne commence après le coucher du soleil.), après le coucher du soleil, entre les deux soirs, vous consommerez la pâque, avec une viande rôtie dont l’os n’a pas été brisé, et vous la mangerez avez un « pain non levé », un « pain de misère », et le lendemain le quinzième jours vous ferez une sainte assemblée –( le terme exacte est une saine assemblée )-, et pendant sept jours vous mangerez un pain Azyme, un pain sans levain….

Exode-la Pâque-olonne d feu comme guide (400)A la Pâque le repas pascal du pain Azyme vient que comme les Israélites devaient partir d’un moment à l’autre, la maîtresse de maison n’avait pas le temps de faire un levain alors elle façonna un pain rapide sans levain celui que nous allons manger à la Pâque, le Samedi 31 Marsentre les deux soirs,et le coucher de soleil sera à 20 heurepour toute la France, Belgique, Luxembourg et Suisse donc nous pourrons consommer cette Pâque« entre les deux soirs »à partir de 20h jusqu’à 23h30mn.

Je réitère cette Pâque et non « les Pâques » comme le christianisme la fête, est la seule fête qu’il nous commande de commémorer. Nous ne sommes pas hébreux, nous ne sommes pas circoncis pour la majorité d’entre-nous, mais nous sommes quand même ses enfants, car nous sommes circoncis de cœur et d’esprit, car nous croyons en un seul et unique « Dieu », celui qui créa les Cieux et la Terre. Oui de notre plein grès, volontairement nous suivons les « Enseignements »de son fils, Jésus le Nazôréen, Notre Roi, mais pas notre Dieu, car nous n’avons qu’un seul Dieu son Père, que je nomme « EL SHADDAÏ », que certains nomme comme les hébreux « Yahvé »que d’autres le nomme « Être Suprême » ou encore « Très-Haut », peu importe le nom puisque nous croyons en un seul et unique Dieu,c’est cela qui compte, pas besoin de croix, de statues, d’images, de crucifix même et surtout pas tout ces objets idolâtres qui sont à porter des yeux, des mains, nous nous n’avons pas besoin de cela notre cœur, notre esprit suffit ensuivant simplement ces choses routes simples, tu aimeras ton semblable comme toi-même, tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, tu ne commettras pas l’adultère, du prieras et adoreras qu’un seul et unique Dieu celui qui t’a créé

A la semaine prochaine celle de Pâque, portez-vous bien ! Prenez soin de vous !

Salutations cordiales à tous !

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO »

Fête de la Pâque N° 2 – La Pâque d’EL SHADDAÏ

Posté : 14 mars, 2018 @ 10:15 dans Fête chrétienne les Pâques | Pas de commentaires »

 

Fêtes Chrétiennes les Pâques

 

 

 

Fête d’EL SHADDAÏ la Pâque

 

 

 

Chapitre N° 2

 

 

 

La Pâque d’EL-SHADDAÏ

 

 

 

 

 

Abraham engendra un fils Isaac qui procréa Ésaü et Jacob. Jacob généra douze fils qui formèrent les douze tribus d’Israël. Lia sa femme lui enfanta Ruben, Syméon, Lévi, Juda, Ysachar, Zabulon et Dina leur sœur, Rachel sa femme lui enfanta Joseph et Benjamin. Bala sa première concubine lui donna Dan et Nephtali, quant à Zelfa sa deuxième concubine elle enfanta de Gad et Aser. Jacob une nuit, Genèse XXXII : 24-25, 28, « Et Jacob resta seul. Et quelqu’un lutta avec lui jusqu’au lever de l’aurore. Et Jacob resta seul. Et quelqu’un lutta avec lui jusqu’au lever de l’aurore. Voyant qu’il ne le maîtrisait pas, il le frappa à l’emboîture de la hanche, et la hanche de Jacob se démit pendant qu’il luttait avec lui. » « Il reprit : « On ne t’appellera plus Jacob, mais Israël, car tu as été fort contre EL-SHADDAÏ et contre tous les hommes et tu l’as emporté. » »

 

Fidèle à Ê.S.El-S.- Abraham, sa servante et IsmaëlLes enfants de Jacob suite à une grande famine se réfugièrent en Égypte où Joseph leur frère était « Grand Chambellan » de Pharaon à l’époque où l’Égypte était sous la royauté des Hyksôs. C’est dans ce pays l’Égypte que le « Peuple d’Israël » se forma. C’est de ce pays qu’EL SHADDAÏ délivra son « Peuple » de la servitude.

 

Contrairement à ce que certains de mes semblables pensent, ce Dieu ne choisit pas un « Peuple », mais la descendance d’un humain fidèle, qui devint un « Peuple ».

 

Pour reconnaître la descendance de cet humain, EL SHADDAÏ passa une alliance avec lui en le marquant dans sa chair par la circoncision. Cette circoncision n’était qu’un signe de reconnaissance de la descendance de cet humain. Cette descendance nommait leur Dieu unique « EL-SHADDAÏ ». L’autre nom qui fut rendu tabou par les Grands Prêtres, il faudra attendre Moïse au Mont Sinaï pour le connaître et pour que le peuple le prononce pendant environ cinq siècles. En effet le Nom de ce Dieu était écrit en sceau sur un turban frontal que les Grands Prêtres étaient obligés de porter afin que le peuple puisse lire ce « Nom », qui, aujourd’hui a disparu, pas pour tout le monde.

 

Le Peuple de l’Être Suprême c’est formé en quatre-cent-trente ansen pays étranger, c’est-à-dire en Égypte. Tout ce peuple hébreu vient de la descendance d’Abraham et en particulier des onze fils de Jacob puisque Joseph, lui était déjà installé en Égypte comme Grand Chambellan avant la grande disette du Moyen-Orient.

 

La fête de la Pâque est venue naturellement par l’humain depuis le « Déluge ». Noé en instituant la fête des Saisons involontairement établit celle de la Pâque. Les saisons étant beaucoup plus marqué qu’avant le « Déluge », les humains constatèrent les périodes sombres et les périodes claires, la nature endormie l’hiver avec son réveil au printemps puis les mois de récoltes avec la période chaude, et la récolte du raisin au mois de septembre-octobre qui annonce l’approche de la période sombre en effet les nuits sont plus longues et plus froides à en devenir le double du jour

 

Je vous ai écrit tout ceci afin de vous faire comprendre que la « Pâque » avant d’être religieux comme nous l’entendons aujourd’hui était une fête païenne religieuse.

 

La fête de Pâques pratiquée aujourd’hui par le christianisme, n’est-elle pas retournée à son origine païenne avec toutes ces cérémonies de jours « Saints » comme ce Vendredi avec son chemin de croix ou vous chrétiens vous vous signez quatorze fois devant une icône en tableau ? …

 

Ce geste est bien un geste idolâtre puisque vous vous signez devant de la matière sans vie ! …

 

La fête de la Pâque qui était une fête de renaissance, de renouveau, de liberté au sens large du terme se fêtait sur toute la Terre.

 

La Fête de la Pâque commandé par EL-SHADDAÏ, ce nom vulgaire de Dieu nommé « Dieu » par la chrétienté me déplaisant un maximum.

 

Voici les Enseignements ou Lois qu’il ordonna à son Peuple pour la Pâque.Abraham

 

Exode XII : 1-8, 11, 13-15, 18

 

« EL-SHADDAÏ dit à Moïse et à Aaron au pays d’Égypte :

 

« Ce mois sera pour vous en tête des autres mois, il sera pour vous le premier mois de l’année.

 

Parlez à toute la communauté d’Israël et dites-lui : Le dix de ce mois, que chacun prenne une tête de petit bétail par famille, une tête de petit bétail par maison.

 

Si la maison est trop peu nombreuse pour une tête de petit bétail, on s’associera avec son voisin le plus proche de la maison, selon le nombre des personnes.

 

Vous choisirez la tête de petit bétail selon ce que chacun peut manger. La tête de petit bétail sera un mâle sans tare, âgé d’un an. Vous la choisirez parmi les moutons ou les chèvres.

 

Vous la garderez jusqu’au quatorzième jour de ce mois, et toute l’assemblée de la communauté d’Israël l’égorgera au crépuscule.

 

On prendra de son sang et on en mettra sur les deux montants et le linteau des maisons où on le mangera.

 

Cette nuit-là, on mangera la chair rôtie au feu ; on la mangera avec des azymes et des herbes amères. »

 

« C’est ainsi que vous la mangerez : vos reins ceints, vos sandales aux pieds et votre bâton en main. Vous la mangerez en toute hâte, c’est une pâque pour EL SHADDAÏ ».

 

« Le sang sera pour vous un signe sur les maisons où vous vous tenez. En voyant ce signe, je passerai outre et vous échapperez au fléau destructeur lorsque je frapperai le pays d’Égypte.

 

Ce jour-là, vous en ferez mémoire et vous le fêterez comme une fête pour EL SHADDAÏ, dans vos générations vous la fêterez, c’est un décret perpétuel. »

 

 Pendant sept jours, vous mangerez des azymes. Dès le premier jour vous ferez disparaître le levain de vos maisons car quiconque, du premier au septième jour, mangera du pain levé, celui-là sera retranché d’Israël. »

 

« Le premier mois, le soir du quatorzième jour, vous mangerez des azymes jusqu’au soir du vingt et unième jour. »

 

Rel-Pâque - sortie d'Égypte.Là, la Bible explique la préparation de ce que l’on va appeler la « Pâque », c’est-à-dire que, les hébreux en Égypte préparent leur protection ainsi que leur départ, car quand Moïse en donnera l’ordre, il faudra partir de suite, sans attendre. Les hébreux devaient enduire les linteaux des maisons où ils allaient manger cette Pâque, mais aussi ceux des étables où dormaient leurs troupeaux de la basse-cour, aux bovins et camélidés. Toujours les écrits bibliques, les hébreux devaient se réunir dans une maison en famille, si non entre amis et voisins, pour consommer cette viande rôtie et non bouillie, et la quantité devait être suffisante, car tous devaient manger à leur faim, mais sans surplus excessif puisque s’il restait de la viande avant l’aube, il fallait la brûler afin qu’il ne reste que des cendres. De plus, avant la tombée de la nuit tous les humains devaient être enfermés dans leur maison où le lieu où ils allaient déguster cette « Pâque » avec interdiction de sortir de ce lieu jusqu’à la levée du jour.

 

Mais cette nuit pour les hébreux qui avaient fait les préparatifs, devaient être terrible en dehors de l’angoisse, la peur, les cris des égyptiens et leurs pleurs, mais aussi les cris terrifiants de leurs animaux et vous me pardonnerez mais la mort dégage une drôle d’odeur, alors tous ces phénomènes mélangés en une nuit ont dû marquer les humains dans leur esprit.

 

Lévitique XXIII : 4-8

 

« Voici les solennités d’EL SHADDAÏ, les saines assemblées où vous appellerez les Israélites à la date fixée :

 

Le premier mois, le quatorzième jour du mois, au crépuscule, c’est Pâque pour EL SHADDAÏ, et le quinzième jour de ce mois, c’est la fête des Azymes pour EL SHADDAÏ. Pendant sept jours vous mangerez des pains sans levain.

 

Le premier jour il y aura pour vous une saine assemblée ; vous ne ferez aucune œuvre servile.

 

Pendant sept jours vous offrirez un mets à EL SHADDAÏ. Le septième jour, jour de saine assemblée, vous ne ferez aucune œuvre servile. »

 

La Bible dans le livre de l’Exode du chapitre XII au chapitre XIII verset 16 narre pour la première fois le départ d’un peuple asservit qui s’est formé le long des siècles et décennies dans une terre étrangère, je parle de la formation du peuple hébreu, descendant d’Abraham, dont le fils Jacob aura son nom changé par le Dieu de son père, qu’il nomme EL SHADDAÏ, en « Israël »qui sera le père des douze « Tribus », qui formeront la Nation d’Israël, des décennies après leur délivrance de l’esclavagisme en pays d’Égypte.

 

Les hébreux furent délivrés de leur servitude le jour de la Pâque, fête pastorale, nomade avec lequel est venue s’ajouter en parallèle une fête agricole, celle des « Pains sans Levain » nommés aussi les « Pains Azymes », qui durait sept jours.Galettes--Matzot René, pain Azyme

 

La narration biblique de l’Exode des chapitre XII et XIIIcontient surtout le noyau du développement législatif et les instructions des éléments de tradition sacerdotale et les versets cités dans leurs ensembles sont de traditions plus récentes touchant les Lois et rituelles, et la « Pâque » rentre dans ce contexte législatif avec les « Pains Azymes ».

 

C’est la mention de la pâte non levée, de la viande rôtie, non bouillie, sans briser au os et de la mort des premiers-nés dans tout le pays d’Égypte des humains, des animaux sauvages et domestiques qui ont donné leur point d’attache aux Lois et Instructions sur la « Pâque ». Les lois et rituelles sont à comparer dans laBible avec le chapitre du Lévitique XXIII : 5-8, Nombres XXVIII : 16-25 et le Deutéronome XVI : 1-8, tous écrivent sur la Pâque, le mois, le jour, l’heure, ainsi que la fête agricole qui lui est jointe avec le jour d’une saine assemblée, des sept jours de fête et le septième encore une saine assemblée, et si les textes semblent dire que les célébrations de la « Pâque » et des « Pains Azymes » sont nés avec la sortie d’Égypte, en réalité il s’agit de deux fêtes originairement distinctes, les « Azymes » étant une fête agricole qui a commencé à être célébré par un des fils de Cham qui se nommait « Canaan » et qui donna son nom à la région où il arrêta sa migration qui devint le Pays de « Canaan » où « coule le lait et le miel » tout comme le pays de Coush autre fils de Cham qui bien plus tard prendra le nom « d’Éthiopie » tout comme le « Pays d’Égypte » de la descendance de Cham aussi.

 

Beaucoup de Pays, de Nations doivent leur nom aux humains qui traversèrent le « Déluge » avec les fils de Noah ou Noé. Les « Dieux » humains virent le jour après le décès de Noé. Les enfants deCanaanainsi que les petits-enfants, agriculteurs, gardaient les gerbes de céréales les plus fraiches les plus belles à la fin de l’hiver, début du printemps pour offrir à leurs « Dieux » avec des galettes faites avec des céréales non fermentées en offrande afin que ces « Dieux » protègent la terre des champs et les récoltes des maladies et des intempéries.

 

 Voilà comment est né la « Prêtrise » avec toutes ses « salamalecs » prières, offrandes sonnantes, matériels, processions, torches et flambeaux pour implorer les « Dieux ». Question ? Avez-vous vu, entendu un ecclésiastique « mourir de faim » ?…..

 

Cette coïncidence temporelle justifie que des additions expliquent la fête de la « Pâque » et des « Pains Azymes », comme le mémorial de la sortie d’Égypte. Dans le rituel de la « Pâque », bien avant Jacob nommé « Israël » par EL-SHADDAÏ, l’Exterminateur était le démon qui personnifiait les dangers menaçant le troupeau et la famille ; s’est pour se protéger de ces coups que l’on mettait du sang sur les montants et linteaux des portes des maisons, primitivement des tentes.

 

La tradition sacerdotale rapporte tout le rituel de la « Pâque » à la dixième plaie soit l’exécution de tous les premiers-nés d’Égypte, humains et animaux avec la sortie de tout le peuple Israélite de ce pays de servitude.

 

Bon-odeur pour.-Colonne de feu n°2Mise en relation historique avec cet événement décisif de la vocation d’Israël, ces rites acquirent une signification religieuse entièrement nouvelle, ils exprimèrent « le salut »apporté au Peuple par EL-SHADDAÏ, comme l’expliquait l’instruction qui accompagnait la fête. La « Pâque Juive »préparait ainsi « les Pâques »chrétiennes. « Jésus le Nazôréen »,agneau sans tache ni tare d’EL-SHADDAÏ est immolé et mangé dans le cadre de la « Pâque Juive » la semaine « Sainte »représentant les sept jours des« Pains Azymes ». Il apporte ainsi le « salut »du monde, et le renouvellement mystique de cet acte de rédemption devient le centre de la liturgie chrétienne qui s’organise autour de la Messe, sacrifice et repas. Simplement que les « Pains Azymes »étaient après la « Pâque »,tandis que la semaine « Sainte »a lieu avant « les Pâques », la différence est énorme et perd sa signification !

 

Le premier mois de l’année hébraïque le mois d’Abib correspond par moitié à nos mois de Mars-Avril dans l’ancien calendrier et à Nisân dans le calendrier postexilique d’origine babylonienne.

 

Nombres IX : 1-5

 

« EL SHADDAÏ parla à Moïse, dans le désert du Sinaï, la seconde année après la sortie d’Égypte, au premier mois, et il dit : « Que les Israélites célèbrent la Pâque au temps fixé. C’est le quatorzième jour de ce mois, au crépuscule, que vous la célébrerez au temps fixé. Vous la célébrerez selon toutes les lois et coutumes qui la concernent. »

 

 Moïse dit aux Israélites de célébrer la Pâque. Ils la célébrèrent, dans le désert du Sinaï, au premier mois, le quatorzième jour du mois, au crépuscule. Les Israélites firent tout ce qu’EL SHADDAÏ avait ordonné à Moïse. »

 

Nombres XXVIII 15-19

 

« En plus de l’holocauste perpétuel, il sera offert à EL SHADDAÏ un bouc, en sacrifice pour le péché, avec la libation conjointe.

 

 « Le premier mois, le quatorzième jour du mois, c’est la Pâque d’EL SHADDAÏ, et le quinzième jour de ce moisest un jour de fête. Pendant sept jours on mangera des azymes.

 

Le premier jour, il y aura une sainte assemblée. Vous ne ferez aucune œuvre servile.

 

Vous offrirez à EL SHADDAÏ des mets consumés en holocauste : deux taureaux, un bélier, sept agneaux d’un an, sans défaut » ».

 

Deutéronome XVI :1-2, 16

 

« Observe le mois d’Abib et célèbre une Pâque pour EL SHADDAÏ ton Dieu,car c’est au mois d’Abib qu’EL SHADDAÏ ton Dieu, la nuit, t’a fait sortir d’Égypte. Tu immoleras pour EL SHADDAÏ ton Dieu une pâque de gros et de petit bétail, au lieu choisi par EL SHADDAÏ ton Dieu pour y faire habiter son nom. »

 

« Trois fois par an, on verra tous les mâles de chez toi, devant EL SHADDAÏ ton Dieu, au lieu qu’il aura choisi : à la fête des Azymes, à la fête des Semaines, à la fête des Tentes ».Bon-odeur pour.-Élie fait une offrande

 

Ci-dessus je vous ai posé quelques versets bibliques sur cette fête de la Pâque, j’écris bien de la « Pâque »,et non cette fête hébraïque, le terme français « juif », « juive » me déplaisant énormément, rappelant tout le long de l’histoire de ce « Peuple » avec sa civilisation, les atrocités, ainsi que la recherche de son anéantissement par les Nations, détournée par la première religion mondiale, le « Christianisme »,qu’elle appelle « les Pâques »avec  la sanctification des « Cloches de Rome », des Œufsdécorés et coloriés, des Lapins et des Gâteaux les « buns »

 

Pour nous qui ne sommes pas hébreux une journée commence à l’aube au lever du soleil et la journée de vingt-quatre heures va de l’aube ce jour à l’aurore le lendemain à la même heure. Les hébreux fonctionnent différemment, en effet une journée va d’un coucher de soleil à l’autre coucher de soleil le lendemain exemple aujourd’hui nous sommes le 09 Mars dans la dix-huitième heure de la journée, pour les hébreux c’est la fin de la journée du 09 Mars à 18h30mn, et commence la journée du 10 Mars à 18h32mn et il y a toujours un décalage d’une à deux minutes tous les jours. Souvenez-vous, cette heure de coucher du soleil à une grande importance pour la commémoration de la Pâque, la seule fête qu’EL SHADDAÏnous demande de respecter et le quatorzième jouraprès la« Nouvelle Lune » est le 31 Mars entre « Les Deux Soirs » c’est-à-dire entre le coucher du soleil qui aura lieu dans ma région à 20het la nuit noire vers 23h, 23h30mn. Je reviendrai plus amplement dans mes écrits, mais déjà vous savez ce que représente les « Deux Soirs ».

 

Portez-vous bien ! Prenez soin de vous et de votre maisonnée !

 

Salutations cordiales à Tous !

 

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO »

 

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus